Breaking News

Test : Basketball Pro Management 2015

Jeux vidéos

Pour son quatrième opus, la saga Basket Pro Management, dont BasketRetro est partenaire, continue d’évoluer grâce à un coup de pouce d’un studio spécialisé dans les jeux de gestion : Cyanide. Le jeu vous plonge dans la peau d’un entraîneur d’une équipe que vous choisissez ou que vous créez et vous voilà dans le monde du basket sous l’une de ses formes les plus réalistes.

Dès le lancement du jeu, vous êtes plongé dans l’univers basket grâce à son interface bien modelée qui fait très professionnel et sa playlist hip-hop bien sélectionnée, mais trop courte. Toutes les interfaces sont claires, et la prise en main n’est pas très longue en termes de repères. BPM permet d’avoir accès à un très grand nombre d’équipes et de championnats, mais une fois sa sélection faite, on doit satisfaire les ambitions du président et des supporters avec de bons résultats afin de faire satisfaire ces deux ensembles au maximum.

mac5Dans le cas où le président est mécontent des résultats, un licenciement aura certainement lieu. L’accès aux changements d’infrastructures est intéressant afin de gérer ses recettes de match en amenant du public à la salle, satisfaire leurs besoins, quoi que limité aux boutiques et buvettes. Au sujet du recrutement, il n’est pas compliqué de faire venir des stars avec des contrats intéressants malgré la « naissance » de l’équipe, d’ailleurs, ces contrats seront la seule monnaie d’échange (avec les transferts classiques de joueurs) permettant d’accueillir ces nouveaux joueurs dans son équipe. Le fait que Cyanide y mette sa patte à permit de passer d’une vision de match 2D à la 3D, plus compréhensible en cas de réussite ou d’échec en fonction des stratégies adoptées.

UNE (TROP?) GRANDE DIVERSITE

Chaque nouveau joueur peut être satisfait quant à la variété de choix d’équipes (masculines ou féminine) allant de la plus petite équipe féminine européenne jusqu’aux grandes équipes masculines de NBA. Le challenge peut donc être extrêmement varié en fonction des envies, mais on ne peut pas encore s’occuper d’équipes nationales. Ainsi, avec environ 1.600 équipes, 13.000 joueurs et 43 ligues jouables, les évaluations des joueurs peut être extrême : Une notification sur 20 pour chaque caractère des joueurs allant de sa capacité à shooter à 3 points jusqu’à ses capacités à prendre la bonne décision dans les moments tendus de fin de match. Une évaluation globale est disponible sur cinq étoiles mettant ainsi plus ou moins en valeur des joueurs.

Sans titre2Le principal problème est que le niveau des joueurs se fait à un niveau mondial et non pas national, ce qui peut faciliter le recrutement des joueurs étrangers dans un championnat, mais il faut évaluer l’ensemble du niveau de ce championnat où certains joueurs avec seulement 3 étoiles seront les meilleurs dans un championnat européen ne vaudront pas grand-chose en NBA.

De ce fait, une évaluation sur 100 aurait certainement été plus évidente pour différencier le niveau des joueurs et le niveau des ligues. Cependant les règles de transfert en NBA sont respectées avec des contrats extraordinaires disponibles, les tours de draft, les échanges de joueurs, les plafonds salariaux. La simulation d’une saison peut être effectuée assez rapidement avec la possibilité de passer des semaines en quelques secondes, tout comme le fait de pouvoir vivre un match sur le banc pendant toute une rencontre afin de gérer les changements, la mise en place des tactiques, gérer la fatigue physique et le mental de chacun des joueurs : L’aspect coaching est donc important lorsque l’on souhaite vivre les rencontre de l’intérieur.

UNE IA PERFORMANTE

L’intelligence artificielle est très développée dans le jeu : Lors d’un match, si on opte pour un système défensif particulier et qu’il est très efficace face à nos adversaires, après un temps-mort prit, l’adversaire va être capable de faire évoluer son système offensif et défensif pour parer les stratégies mises en place. Il en est de même pour l’IA de vos propres joueurs qui sera influencé par les options offensives que vous choisirez. L’impact des décisions du coach lors d’une partie peut être décisif dans les moments délicats comme choisir le joueur qui va prendre un shoot en fonction de telle ou telle stratégie préétablie, mais il sera moindre sur l’ensemble de la rencontre.

Sans titre3Il est possible d’établir les entraînements des joueurs de façon individuelle et/ou collective, mais les résultats étant faible, voire inexistant sur une courte durée, on s’en remet vite à l’entraîneur assistant (IA) pour mettre en place les entraînements. Et le principal problème est de ne pas voir ce que l’entraîneur adjoint cherche à faire progresser. Il est également possible de s’en remettre encore une fois à l’entraîneur assistant pour raccourcir des matchs dont on ne trouve plus de solutions pour le gagner, tout comme il est possible de le laisser gérer une rencontre complète. Il peut même gérer le temps de jeu effectif de chacun des joueurs et gérer les tours de drafts.

Finalement il peut être simple de passer rapidement des saisons en laissant de côté la partie « gestion » du jeu. L’IA de la gestion du club elle-même est très importante : Il est nécessaire de maintenir un niveau de satisfaction élevé chez les supporters (résultats sportif, résultats contre le club ennemi) afin de voir son stade rempli, les boutiques et buvettes utilisées, et donc un bilan financier positif. La gestion de la satisfaction du président est aussi importante : Elle est plus ou moins élevée en fonction des objectifs établis en début de saison et s’ils sont réalisés ou non. En cas d’échecs successifs, direction la porte.

LA NOTE : 13/20

+ Points positifs

– Points négatifs

Grand nombre de joueurs, d’équipes et de ligue

 

Peu de clauses dans les contrats (négocier avec des appartements, voitures, …)

 

Temps de chargement très court

Une notification parfois maladroite à cause de sa faible échelle de valeur

 

Matchs visibles en 3D

 

Une IA qui peut prendre le contrôle de tout l’aspect « gestion »

 

Temps de vie du jeu peut devenir très long, ou au contraire être court, au plaisir du joueur

 

Basket Pro Manager 2015 est un jeu qui montre son envie d’évoluer dans le temps et qui souhaite atteindre le niveau des simulations réalistes telles que la licence Football Manager, cependant, même si c’est un bon jeu dans l’ensemble, il lui faudra franchir un nouveau palier pour toucher un public de plus en plus large. L’IA étant très développé, il ne faut pas qu’elle empiète sur le plaisir de faire évoluer son équipe. Ce qui plait dans les simulations sportives est d’avoir la mainmise sur l’effectif est d’avoir la maîtrise des résultats qui en découlent, chose que BPM permet aisément.

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Loïc Brière (6 Articles)
22ans, volleyeur, fan des sports collectifs et/ou avec balle. Licence STAPS filière Entrainement Sportif. Rédacteur sur des sujets sportifs au sein de Bein sport your zone.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.