Breaking News

Arizona Veterans Memorial Coliseum – Suns 1968-1992

Arena

Montage Une - Luca Cerutti

A Phoenix, la chaleur est reine, alors pour jouer au basket mieux vaut être bien à l’abri d’autant plus quand on s’appelle les Suns. Pendant presque 25 ans l’Arizona Veterans Memorial Coliseum fut la maison des Suns. Chronique une maison un peu folle.

Début des années 60, la ville de Phoenix voulait se doter d’une nouvelle enceinte notamment pour accueillir la foire annuelle et d’autres événements tout au long de l’année. En 1964, l’architecte Leslie Mahoney dessine les plans de la future arène dont les premiers coups de pioches résonnèrent dès l’été 1964. 15 mois et 7 millions plus tard, le 3 novembre 1965, le complexe et toute la ville fêtèrent son inauguration. Les habitants de la ville pouvaient être fier de sa structure et notamment de son toit en forme de selle, suspendu par des câbles, soutenant plus de 1000 panneaux de béton préfabriqué.

Si le nom initial était l’Arizona State Fairgrounds Exposition Center, très rapidement celui-ci fut renommé en Arizona Veterans Memorial Coliseum, en hommage aux vétérans américains.

1968 – 1992 : L’antre des Suns

A la suite d’une expansion, la ville de Phoenix est devenue l’heureuse hôte d’une nouvelle franchise. Le nom était tout trouvé dans cet état très ensoleillé, les SUNS ! Quant à la salle, le débat se résolu assez vite également, la salle était récente, moderne et disponible, elle était donc le parfait écrin. Capable d’accueillir au début un peu plus de 12 000 spectateurs, la salle a connu quelques améliorations qui lui ont permis de recevoir jusqu’à 14 300 joyeux fans des Suns.

En raison de la très bonne ambiance dans l’arène et de sa localisation, 1826 West McDowell Road, la salle acquit le gentil sobriquet de »The Mad House on McDowell ».

La première saison fut marquée par un pile ou face aux lourdes conséquences. En effet, l’enjeu était de déterminer qui aurait le premier pick de la draft. Milwaukee l’emporte et choisit un certain Lew Alcindor, devenu plus tard Kareem AbdulJabbar. Les Suns draftèrent Neal Walk. Il y resta de 1969 à 1974.

Dès la saison 1969-1970, le public de Phoenix eut le plaisir de connaître ses premiers playoffs et s’inclinèrent face aux Lakers (champion à l’Ouest cette même saison). Il fallut attendre 1976 pour retrouver la sensation des playoffs.

L’équipe de la saison 1975-1976, malgré une saison régulière un peu complexe (42V-40D), parvint à atteindre les finales NBA pour y affronter les Celtics de Boston. Mais les hommes de John MacLeod ne purent rien faire face au duo John Havlicek et Jo Jo White (élu MVP de la série).

Double peine pour les fans des Suns car la série se termina au Arizona Veterans Memorial Coliseum, sur le score de 80-87.

Un an auparavant, la Arizona Veterans Memorial Coliseum eut l’honneur d’accueillir le All Star Game 1975 qui vit la victoire de l’Est (108-102) et la consécration de Walt Frazier en MVP.

Les années suivantes furent un peu plus compliquées notamment pour des raisons éloignées du parquet avec beaucoup de problèmes de drogues de joueurs, malheureusement fréquents à cette époque.

Petite éclaircie en 1988, avec l’arrivée de Kevin Johnson et le rookie Dan Majerle, et surtout une très belle saison en 90-91, où ils envoyèrent 4 de leurs joueurs au All Star Game (Chambers, Johnson, Hornacek, et Majerle).

Tel un feu d’artifice, les Suns jouèrent un dernier match mythique, match 4, face aux TrailBlazers, lors de demies-finales de conférence.

Ce 11 mai 1992, la bande de Kevin Johnson (35 points et meilleur marqueur du match) refusa de se laisser faire. Il a fallut à Portland deux overtime pour s’imposer 153-151. Ce match est encore aujourd’hui, le match de playoff avec le plus de points inscrits par les deux équipes (304 points, le deuxième n’est qu’à 287 points). Les Suns perdirent également le cinquième, et finalement la série (4-1).

Fin du bal pour les joueurs et pour la salle car dorénavant les Suns jouent au America West Arena (nouvellement nommé Talking Stick Resort Arena).

LES AUTRES RÉSIDENTS:

Phoenix Roadrunners (WHL) (1967–1974)
Phoenix Roadrunners (WHA) (1974–1977)
Phoenix Racquets (WTT) (1975–1978)
Phoenix Roadrunners (CHL) (1977)
Phoenix Roadrunners (PHL) (1977–1979)
Phoenix Inferno (MISL) (1980–1984)
Phoenix Roadrunners (IHL) (1989–1997)
Phoenix Cobras (RHI) (1994–1995)
Phoenix Mustangs (WCHL) (1997–2001)
Arizona Thunder (WISL) (1998–2000)
Phoenix Eclipse (ABA) (2001–2002)
Phoenix Flame (IBL) (2007)
Arizona Derby Dames (2009–present)
Phoenix Mercury (WNBA) (2020)

 

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About ThePenDontLie (21 Articles)
Mon premier article est sur Bryant Reeves, what else ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.