Breaking News

Georgia Dome, Georgia on my mind !

Arena

Montage Une : Aurélien Sohard pour Basket Rétro

Après la destruction de l'Omni Coliseum, les Hawks d'Atlanta se retrouvent temporairement réparti dans deux salles, pendant deux saisons. L'une d'entre elles est le Georgia Dome, un colosse (70 000 à 80 000 places) d'argile (à peine 25 ans de vie) a réussi pendant cette brève période à s'imposer dans l'histoire de la NBA et un peu au-delà.

Tout commença le 22 novembre 1989 quand le premier coup de pioche résonna en plein cœur d’Atlanta à proximité de l’Omni Coliseum. Il était l’une des nouvelles composantes d’un projet immobilier beaucoup plus global qu’est le Georgia World Congress Center. Un espace de plus de 360 000 m² en plein cœur de la capitale de l’Etat de la Géorgie ce qui en fait toujours le troisième plus grand convention center des Etats-Unis.

Le 6 septembre 1992, le stade fut inauguré par une victoire des Falcons contre les New-York Jets (20-17) après des travaux qui ont coûté plus de 214 millions de dollars à l’époque. Au moment de son inauguration, il était le plus grand dôme du monde bien qu’une controverse existe avec le Pontiac Silverdome.

Pour bien comprendre l’immensité de la structure le voici en quelques chiffres; un bâtiment de 37 200 m², 82,5 m de haut pour 227 m de long et 185 m de large.

Le toit en tissu de fibre de verre était considéré comme une prouesse technologique à l’époque afin d’émerveiller les 80 000 spectateurs (configuration large) et les 171 suites qui le composent.

LE GEORGIA DOME, UN NID TEMPORAIRE MAIS HISTORIQUE:

Lorsque l’Omni Coliseum a été démoli, la franchise se retrouva sans salle pour jouer à domicile. La solution temporaire a été de répartir les Hawks pendant cette période de deux ans (jusqu’au début de la saison 1999) dans deux salles le Alexander Memorial Coliseum et donc le Georgia Dome. Lors de ce court passage dans ces deux enceintes, les Hawks d’Atlanta ont fait plutôt de bons matchs mais si un seul doit être retenu c’est sans aucun doute celui du 27 mars 1998.

Cette saison était assez particulière à tel point qu’elle eut le privilège rare de se voir surnommer « The Last Dance« . Une dernière danse ? Oui, celle de Michael Jordan. Si rien n’était officiel, la rumeur ne cessait de planer au-dessus de la planète NBA. Jordan jouait sa dernière saison NBA. Tout le monde voulait voir l’équipe des Bulls et surtout sa star.

Et qui dit danse, dit bal et qui dit bal dit salle de bal. Le Georgia Dome était parfait pour l’occasion.

Atlanta voulait voir les choses en grands, Jordan une fois de plus voulait un record, il ne pouvait pas mieux s’entendre. C’était à l’occasion de la venue des Bulls à Atlanta que le 27 mars 1998 se joua le match de NBA avec le record de spectateurs, 62 046 fans.

Il est à noter que ce n’était pas la première rencontre entre les deux franchises à Atlanta lors de cette saison. Déjà, le 7 novembre 1997, le Georgia Dome a accueilli  45 790 spectateurs. Les Hawks l’ont remporté de deux points face aux Bulls. Cette affluence reste une des plus 10 plus grandes affluences de l’histoire.

Les 57 000 places initialement prévues ont été vendues en 2 jours. Or, le précédent record de spectateurs en NBA était de 61 983 (établit lors du match Celtics face aux Pistons à Détroit en 1988). Il fallait donc faire quelque chose, et vite.

Pour être sûr d’obtenir le record, la franchise a donc décidé de vendre 8 046 sièges à 5$. Vu le prix, il ne fut pas étonnant de voir partir les billets en moins de deux jours bien que les sièges étaient particulièrement mal placés et ne laissaient qu’une vue bien mauvaise du match. Peu importa, il faillait y être. Ils y furent. Cette soirée exceptionnelle fut aussi l’occasion de réunir 40 000 $ pour les victimes d’un orage qui avait violemment frappé la Géorgie quand l’histoire se mêle avec beau geste, on est fan.

Jordan n’avait sûrement pas oublié la défaite du premier match, et il était bien décidé à laisser un dernier souvenir à sa façon aux fans d’Atlanta. Bilan une victoire des Bulls 89-74, avec un Jordan de gala 34 points, 5 rebonds et 4 passes.

UNE VIE MOUVEMENTÉE:

Trois ans après l’achèvement du Dome, l’intégrité de son toit était devenue un problème. Lors d’un match de pré-saison des Falcons en août 1995, un violent orage a provoqué une accumulation d’eau sur la toile, déchirant une partie, et provoquant la chute d’une section du toit dans le stade. L’orage fut suffisamment intense pour que l’on puisse voir les panneaux du toit bouger pendant le match. Une partie du toit tomba ensuite et fracassa les sièges des étages supérieurs et troua dans les sols en béton. Heureusement, l’effondrement se produisit après que les fans eurent quitté le stade.

Le 14 mars 2008, lors d’un tournoi de basketball masculin 2008, une tornade a fait deux trous dans le dome pendant un quart de finale du match opposant Alabama contre Mississippi State, retardant le match d’environ une heure.

En 2010, les premières rumeurs arrivèrent à propos de la fin du Georgia Dome. L’une des raisons était la volonté pour le propriétaire des Falcons d’avoir une salle plus moderne avec un toit rétractable pour pouvoir jouer certains matchs en configuration outdoor.

En 2013, les autorités locales adoptent le futur Mercedes-Benz Stadium, et en 2014 commencent les premiers travaux.

Le 22 janvier 2017, le dernier match des Falcons dans le dome fut une victoire 44-21 contre les Packers de Green Bay. Cette victoire envoya les Falcons à participer au Super Bowl.

LES AUTRES RÉSIDENTS:

    1. Atlanta Falcons (NFL) (1992–2016) et deux Super Bowl.Peach Bowl (NCAA) (1993–2016)

 

    1. Georgia State Panthers (NCAA) (2010–2016)

 

    Celebration Bowl (NCAA) (2015–2016)

Le stade a accueilli également des compétitions sportives lors des Jeux Olympiques 96 dont le handball et sa très belle finale hommes entre la Croatie et la Suède (27-26). Cette même enceinte a reçu également les compétitions de gymnastique artistiques lors de ses mêmes Jeux olympiques avec la légendaire performance de Kerry Strug.

Enfin, le Georgia Dome a été l’hôte de plusieurs matchs de football. Il a été surtout le seul stade a avoir accueilli les Jeux Olympiques, le Super Bowl (deux fois) et une finale NCAA du Final Four (trois fois-2002, 2007 et 2013).

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About ThePenDontLie (20 Articles)
Mon premier article est sur Bryant Reeves, what else ?

2 Comments on Georgia Dome, Georgia on my mind !

  1. Il y a une petite coquille dans la durée de vie du dôme, qui était de 25 ans et non 15 ans d’après ce qu’on lit. Super article sinon !

    J'aime

Répondre à ThePenDontLie Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.