Breaking News

Il y a 31 ans, le duel de légende entre Larry Bird et Dominique Wilkins

NBA Playoffs

Le 22 mai 1988, Larry Bird et Dominique Wilkins vont nous offrir un duel de légende dans la mythique salle du Boston Garden. Dans le cadre du Game 7 des demi-finales de conférence des Play-Offs de l’année 88, les deux hommes vont se livrer à un véritable combat. Explications…

A cette époque, Wilkins était comme Michael Jordan, trop seul. Il butait logiquement chaque année contre de nombreux collectifs bien rodés.

L’ancienne gloire de la Virtus Bologne était un joueur d’exception qui n’a finalement jamais été bien entouré. C’est ce qui lui manquait auprès des experts et supporters dans le microcosme NBA pour accéder légitimement au rang de légende. Doté d’une explosivité hors du commun, la star des Hawks pouvait dunker sur n’importe qui à l’image de Vince Carter. Ses excellentes statistiques et son jeu hors pair lui auront tout de même valu d’être sélectionné à neuf reprises au All Star Game. Malgré cela, Wilkins qui était surnommé Human Highlight Film restera tout au long de sa carrière dans l’ombre de MJ, comme peut en témoigner son surnom sur les playgrounds : Le Michael Jordan du Pauvre

dominique-wilkinsRevenons-en à l’exploit, c’était le 22 Mai 1988, durant les demi-finales de conférence Est.

Lors de ce tour, les Hawks d’Atlanta emmenés par Dominique Wilkins, Doc Rivers, Antoine Carr, Tree Rollins, Spudd Webb et Kevin Willis rencontraient les Boston Celtics de Larry Bird, Kevin McHale, Reggie Lewis, Artis Gilmore ou encore Danny Ainge.

Sous la houlette de Mike Fratello, l’ancien entraîneur de la sélection Ukrainienne, Atlanta était premier de la Central Division et pointait en troisième position de la conférence Est, avec 50 victoire pour 32 défaites. A part les Celtics, seul les Pistons de Detroit les devançaient au classement.

Du coté de Beantown, les Celtics étaient leaders de la Conférence Est. Ils figuraient une nouvelle fois parmi les favoris, pour remporter le titre NBA. Seulement leur domination était de plus en plus contestée par de nouveaux clubs émergents comme Detroit ou encore les Los Angeles Lakers version showtime. Avec un bilan de 57 victoires pour 25 défaites, Boston faisait d’ores et déjà office de favori face à Atlanta, après deux premières victoires relativement faciles pour les Bostoniens, en grande partie dus aux 38 points de Bird au Game 1 et aux 32 de McHale dans le Game 2.

Puis, ce fut l’hécatombe. Ils perdront près de 3 rencontres d’affilée en Géorgie !

domm1A ce moment, plus personne n’arrêtait les Hawks emmenés par un Do Wilkins de feu bien secondé par le très bon Doc Rivers, qui alimentait à la perfection ses coéquipiers. Dans le Game 3, Wilkins scorait 40 points tandis que son acolyte gérait parfaitement le collectif d’Atlanta et donnait 22 dimes. A la rencontre suivante, les Celtics menaient pourtant de 8 points à l’entame du quatrième quart-temps, seulement ils encaissèrent ensuite 43 points pour finalement s’incliner. Néanmoins, nous savons tous qu’il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué.

Au Game 6, les Verts l’emportèrent de 2 petits points malgré la performance dantesque du duo Rivers/ Willis qui marqua 67 points ce soir là. Inévitablement, c’est un Game 7 qui se profilait au mythique Boston Garden. C’est ce moment qu’a choisi Dominique Wilkins pour inscrire une performance d’anthologie. Malheureusement, bien que la star des Hawks ait marqué 47 points, Larry Bird sortit de sa torpeur et se mit à scorer 20 points dans le dernier quart temps !

Le leader Bostonien finira la rencontre avec 34 points à 15/24 aux tirs. Son coéquipier Kevin McHale aura aussi fait le chantier dans la peinture. Ses 33 points à 10/14 aux shoots et ses 13 rebonds peuvent en témoigner. Les deux compères auront donc eu raison de cette sublime équipe venue tout droit de Géorgie. Ils gagnèrent le match 118-116 dans un Boston Garden de feu et accédèrent par la même occasion aux finales de conférence pour jouer les Pistons de Detroit.

LA RÉACTION DE LARRY BIRD

« J’ai participé à de nombreux matchs intenses qu’il est pour moi difficile de les classer. Ils sont tous différents selon moi. Pourtant après ce Game 7, j’étais certain que c’était le meilleur que j’ai pu jouer. Sincèrement. »

LA RÉACTION DE DOMINIQUE WILKINS

« Je me souviens que j’avais marché sur tout le monde, j’étais sur une autre planète. Il était impossible de m’arrêter et même de me ralentir. Je voulais la victoire, seulement Larry la voulait aussi. Son quatrième quart temps était monumental. Personne ne m’enlèvera de la tête que ce sont ses 20 points d’affilé qui nous ont étés fatal. Une chose est sure, j’ai tout donné et mes équipiers aussi. »

LA FEUILLE DE MATCH

box score celtics-hawks

LES IMAGES DE CE DUEL DE LEGENDE

Crédits photo : NBAE/Getty Images

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Nicolas Marsoudet (31 Articles)
Élevé aux cross d'Allen Iverson, au scoring de Kobe, à la puissance et à la domination de LeBron James, je suis un jeune rédacteur et fan absolu de la NBA de nos jours... mais aussi de la NBA d'antan. J'aimerais un jour réaliser mon rêve: devenir journaliste sportif !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.