Breaking News

Benny The Bull, l’unique mascotte expulsée d’un match NBA

Insolite

Montage Une ! Aurélien Sohard pour Basket Rétro

Un soir d’Avril 1974, lors de la série de la finale de conférence Ouest entre les Chicago Bulls et les Milwaukee Bucks, l’invraisemblable se déroule, 3 personnes sont expulsées, le coach, le capitaine et la mascotte des Bulls.

Tout d’abord, revenons en 1969, les Bulls sont si mauvais que l’équipe organise des matchs à domicile à Kansas City, car la fréquentation moyenne est inférieure à 4 000 personnes par match. La mascotte est créée par le directeur général Pat William, qui invente ce personnage pour faire venir du monde et remplir les sièges du Chicago Stadium. Ben Bentley, alors publiciste de l’équipe, a l’honneur d’avoir son prénom comme nom de mascotte : « Benny » À ses débuts, Benny porte un costume en tissu ample et mal ajusté surmonté d’une tête en papier mâché extrêmement grande. Il est tout de même difficile de faire venir un public tout en portant le costume d’Halloween fait maison d’un enfant. Mais les années passent, les personnes sous le costume se succèdent, jusqu’au jour où Harvey Johnson l’enfile pour deux saisons, suffisamment longues pour créer un scandale.

Benny The Bull dans les années 60 Source : Chicago Tribune

La rivalité entre les Bulls et les Bucks au début des années 70’s est très présente, cela peut s’illustrer tout d’abord avec les coachs car Dick Motta (Bulls) et Larry Costello (Bucks) se détestent, ou par les joueurs qui se rendent coups pour coups, à l’instar de Dennis Awtrey qui met une droite à Kareem Abdul-Jabbar lors d’un match de saison régulière.

Lors du Game 1 des finales de conférence ouest 1974, les Bulls subissent une défaite écrasante de la part de Milwaukee 101 à 85. Après la rencontre, les journalistes demandent à l’entraîneur des Bulls, s’il avait envisagé de prendre une faute technique délibérée pour inspirer son équipe. Il répondit froidement : « J’y ai pensé, mais je n’avais tout simplement pas l’enthousiasme.

Benny The Bull est escorté par la sécurité. Source : Newspaper

Pour le Game 2, Motta ne prend pas de technique car les Bulls sont à deux doigts de remonter un déficit de 20 points, malgré l’une des plus belles performances de Kareem Abdul-Jabbar, qui compile ce soir-là, 44 points et 21 rebonds, les Bulls perdent malheureusement de deux petits points, 113-111.

Dans le Game 3, la tension est palpable, Dick Motta qui a déjà une épée de Damoclès au-dessus de lui, est sanctionné d’une première technique  au début du match pour une contestation envers le deuxième arbitre. Puis le troisième quart temps démarre, les Bulls sont menés 71 à 54, une collision entre Chet Walker et Kareem Abdul-Jabbar survient, une faute offensive sifflé pour Chet rend furieux Motta qui conteste cette décision, il enroule son manteau et le jette aux pieds de l’arbitre en lui criant : « Vu que vous avez pris tout le reste, vous pourriez aussi bien prendre cela. » pour lui Kareem a fait trébuché Chet et doit prendre sa cinquième faute.

Ni une ni deux, Earl Strom met la deuxième technique à l’entraineur qui est éjecté du match. Néanmoins cette histoire ne s’arrête pas là, bien au contraire. Quelques secondes plus tard lorsque l’entraineur quitte le terrain, Benny The Bull se précipite pour défendre l’entraineur faisant part de son mécontentement aux arbitres avec des gestes obscènes. Ainsi pour la première et la dernière fois, un arbitre exécute l’inimaginable. Il exclut la mascotte bovine qui est conduit vers la sortie par la sécurité. Puis s’en suit l’exclusion du capitaine des Bulls, Jerry Sloan, qui est assis en tenue de ville sur le banc. A la suite de tout ce cirque, les Bulls s’inclinent 113 à 90, les 32 points de Kareem Abdul‐Jabbar ont bien aidés dans la balance, ce qui élimine les Bulls des Playoffs 1974.

Suite à ce fameux accrochage avec Earl Strom, Harvey Johnson est démis de ses fonctions pour être remplacé par Howard Kirshner, qui pour son premier match se rendra au vestiaire des arbitres pour se présenter comme le « nouveau Benny », plus doux, plus décontracté, plus calme aussi bien dans le costume qu’en apparence. Il demeure sous ce costume jusqu’en 1985, jusqu’au début de « L’ère Jordan » où il est licencié. Pour cette nouvelle ère, les Bulls veulent en effet une nouveau costume et surtout une nouvelle image.

Pour cela ils appellent Dan LeMonnier, qui quitte le costume de « Roohab » la mascotte des White Sox, pour enfiler celui de Benny, fraichement changé. Il restera dans le costume de 1985 à 2004. Si vous avez découvert la NBA avec Michael Jordan, vous avez forcement vu Dan dans le costume de Benny The Bull.

Michael Jordan et Benny The Bull Source : NBC Sports

Le sweep des Bucks sur les Bulls, la rivalité entre les deux franchises proches localement, l’arbitrage et la réputation du l’homme sous le costume de Benny font de cette rencontre une très bonne histoire à raconter. En effet Benny depuis sa création est passé d’une attraction secondaire à l’attraction principale en devenant le personnage en costume rouge le plus populaire depuis le Père Noël. De son côté, Earl Strom est rentré dans l’histoire de la NBA, en devenant le premier arbitre à exclure une mascotte.

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Yvanmontgury (2 Articles)
Une moustache bien aiguisée pour fouiller dans le passé est essentielle pour mieux comprendre le présent.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.