Breaking News

Spurs 2014 : The Beautiful Revenge

NBA Finals

Montage Une : Aurélien Sohard pour Basket Rétro

Alors que les NBA Finals 2022 se sont terminées, retour en 2014, au milieu de la décennie 2010 dominée par les deux superstars James et Curry qui ont remporté sept titres en 10 ans. Cette année là, un collectif émerge celui des San Antonio Spurs. Ensemble !! tel est le mot d’ordre de la philosophie de jeu prônée par leur mentor Gregg Popovich devenu le 11 mars dernier, le coach avec le plus grand nombre de victoires en NBA. Let’s go!!

UN TRAUMATISME A EFFACER

18 juin 2013, Game 6 des finales entre le Heat et les Spurs, la franchise de San Antonio mène 3 à 2 et se dirige tout droit vers un cinquième titre. A 20 secondes de la fin alors que le score est de 95 à 92 en faveur des Texans, Lebron James tente un tir à 3 points, c’est raté. Chris Bosh prend le rebond

offensif et transmet sur la droite à Ray Allen laissé seul par Tony Parker, le deuxième meilleur marqueur de l’histoire à 3 points ajuste un tir primé et égalise à 95 partout. Les deux équipes iront en prolongation, la franchise de Miami remportera le match 103 à 100 puis, le titre lors du game 7 des NBA Finals 2013. A l’issue de ce match, Gregg Popovich organisera un repas au restaurant avec tous les joueurs fortement marqués psychologiquement. Le but est de permettre à chacun d’extérioriser ses sentiments.

UNE SAISON REGULIERE QUASI PARFAITE

Pour resserrer les liens, Coach Popovich organise un stage commando de cinq jours dans une base militaire du Colorado. Le défi pour cette saison est de taille : prendre la revanche sur les dernières NBA Finals.

Sous l’impulsion du leader Tim Duncan, de ses fidèles lieutenants Manu Ginobili positionné en sixième homme et Tony Parker ainsi que de la star en devenir Kawhi Leonard, les Spurs vont pratiquer l’un des plus beaux baskets collectifs jamais pratiqué. Un système de jeu où les joueurs bougent, coupent passent et se trouvent les yeux fermés. Aucun shoot n’est forcé et la notion d’équipe est primordiale. La franchise du Texas terminera première de la Ligue avec 62 victoires sur 82 matchs joués.

PLAYOFFS GO TO THE NBA FINALS

Au premier tour, c’est un derby du Texas qui attend les joueurs de Popovich face aux Mavericks de Dallas. Le duel est serré et accroché, Duncan gagne son duel face à Nowitzki et permet à sa franchise de remporter la série 4 manches à 3. Au deuxième tour, les Blazers de Lillard se dressent face aux Spurs. Le résultat est sans appel, les joueurs de San Antonio toujours en mission vont remporter la demi finale de conférence 4 manches à une.
La finale de conférence oppose la franchise des Spurs à celle du Thunder menée par la jeune garde Durant et Westbrook finaliste malheureux des finales 2012 contre le Heat. Le duel s’annonce âpre et serré entre deux équipes revanchardes. Animés par cette volonté d’aller au bout, Tim Duncan et ses coéquipiers remportent la série sur le score de 4 à 2 et se dirigent tout droit vers les NBA finals et le duel tant attendu face à la bande de James et Wade.

DES FINALES EN APOTHEOSE

Lors des finales, le jeu fluide et altruiste orchestré par Popovich est à son apogée, la défense n’est pas en reste, James, Wade et Bosh sont muselés, la franchise et la ville de Miami vacillent. Les Spurs remportent ce duel 4 à 1. Le point culminant de cette opposition se déroule lors de la première mi-temps du Game 3 remportée par les Spurs 71 à 50 avec prés de 76 % de réussite au shoot.

« Plus beau basket », « c’est ainsi que l’on devrait jouer au basket » tels sont les mots prononcés par Bosh et James à l’issue de ses finales. Ce titre est également l’avènement de Kawhi Leonard qui confirme son statut de « star en devenir » en étant élu MVP des finales.

Ce titre reste comme le quatrième et dernier de la dynastie des Spurs bâtie autour du big three Duncan, Parker et Ginobili. Il laissera le souvenir d’une masterclass de basket d’une des plus belle équipe collective de l’histoire où le jeu pratiqué « The Beautiful Game » est resté dans la postérité.

 

Crédits photos : Pinterest, Challenges, Poundingtherock, Eurosport

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Nicolas Woloszyn (4 Articles)
Je suis un passionné de basket, suiveur attentif de la NBA et du basket français depuis les années 90. Je suis fan de joueurs comme Michael Jordan, Magic Johnson, Penny Hardaway ou encore Stephen Curry. En France je suis supporter de l'Elan Béarnais.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.