Breaking News

Le coin lecture #7 : « 48 minutes », une nuit au cœur de l’action par Bob Ryan et Terry Pluto (1987)

Lecture

Illustration Une : Adrien PMMP pour Basket Rétro

Tous les 15 jours, Basket Retro vous ouvre les portes de sa bibliothèque pour vous faire découvrir un ouvrage sur l’histoire de la NBA. Cette semaine, une immersion au plus près des joueurs pour une rencontre entre Celtics et Cavaliers en 1987.

LE LIVRE

Généralement, les ouvrages sur la NBA portent sur espaces temporels longs : Une carrière, une équipe sur plusieurs années, une saison en immersion…. 48 minutes est un livre avec une approche totalement originale et différente : faire vivre au lecteur une rencontre NBA comme si il était sur le banc, assis avec les coachs et les joueurs. C’est donc l’histoire d’une rencontre à première vue comme les autres, le 16 janvier 1987, entre les Boston Celtics et les Cleveland Cavaliers. A priori, tout oppose les deux franchises aux trajectoires complètements différentes : d’un côté le champion en titre qui écrase tout sur son passage avec Larry Bird, Kevin McHale et Robert Parish. De l’autre, une franchise qui sort de l’une des périodes les plus tristes de l’histoire avec le catastrophique Ted Stepien et qui, avec trois rookies prometteurs (Ron Harper, Brad Daugherty et John Hot Rod Williams) est en pleine reconstruction.

L’écrit de Pluto et Ryan raconte donc l’histoire de cette rencontre en commençant par les jours qui la précède, avec l’annonce de l’absence de Mark Price pour Cleveland, à cause d’un crise d’appendicite nécessitant une opération en urgence. Pris au dépourvu, les Cavs signent un joueur de fond de banc des Rockets qui a pour seul fait d’arme d’avoir inscrit, d’un Dunk, le dernier panier de la finale précédente dans le garbage time : un certain Craig Helo.

La préparation est détaillée, du shootaround du matin au scouting report partagé par les Cleveland Cavaliers et retranscris tel quel.

La rencontre est expliquée possession par possession. Ce qui fait l’intérêt du livre est le lien entre chaque action et le scouting report mais surtout les commentaires des coachs et parties prenantes. Lenny Wilkens et Jimmy Rodgers (assistant de KC Jones) notamment, contribuent grandement au livre en expliquant les différentes séquences.

Certains schémas de jeu sont même dessinés pour comprendre les systèmes mis en place par les deux équipes.

Une autre époque où les coach étaient plus libre de parler mais aussi ou l’approche du jeu était différente: Un point d’ancrage intérieur indispensable (Mchale / Parish d’un côté, Daugherty de l’autre) mais aussi le tir à trois points qui est presque vu comme une fantaisie.

Lenny Wilkens, revient à plusieurs reprises dans le livre sur l’intérêt du tir à trois points (ou en tout cas sa réticence) notamment auprès de John Bagley, qu’il ordonne de s’approcher de quelques mètres au lieu de prendre un tir à 3pts, plus difficile (en regardant les highlights de la rencontre, on constate en effet que Bagley prend constamment son tir devant la ligne à trois points, ce qui serait une aberration de nos jours)

Autre point notable sur le jeu des Celtics : c’est bien Kevin McHale et non Larry Bird le joueur majeur offensif de Boston. Il faut dire que Bird revient de blessure pour cette rencontre. Le triple MVP de la saison fait tout de même valoir son rôle de leader sur cette rencontre, scorant discrètement 35 points tout en laissant le poids offensif au talentueux McHale (38 points).

Il est intéressant aussi de remarquer l’intelligence de jeu des protagonistes : la recherche de match-ups avantageux, notamment en jouant sur l’avantage de taille, profiter des faiblesses de l’adversaire…. Comme par exemple lorsque des Celtics prennent à deux Brad Daugherty une grande partie de la rencontre, le forçant à utiliser son (excellent) jeu de passe, pour le laisser en un contre un lors des possessions décisives, perturbant le pivot Rookie des Cavaliers.

Mais ce qui caractérise aussi cet écrit, est l’humour de Ryan et Pluto qui n’hésitent pas à « tailler » certains joueurs comme Keith Lee mais aussi à ironiser sur l’arbitrage au Boston Garden.

LES AUTEURS

Associer Terry Pluto et Bob Ryan sur un même ouvrage, c’est comme associer Larry Bird et Magic Johnson au milieu des années 80 :

Terry Pluto est auteur de Cleveland, spécialisé dans le basket-ball et le baseball qui a écrit de nombreuses années pour des journaux de l’Ohio comme l’Akron Beacon Journal. Il est également l’auteur de plus de 20 ouvrages sur le sport et la religion. Parmis ses écrits les plus connus, l’excellent « Loose Balls » sur l’histoire de la ABA ou encore « LeBron James: The Making of an MVP », (Co-écrit avec Brian Windhorst en 2009). Bob Ryan est un personnage bien connu du côté de Boston : peut-être l’auteur le plus célèbre du Massachussetts, il a été journaliste de terrain pour les Celtics dans les années 70, puis écrivain pour le Boston Globe pendant plus de 30 ans. Il a été également un participant régulier aux émissions « Around the Horn » et « Pardon the Interuption » sur ESPN que les abonnés de ESPN America pouvaient regarder en France au début des années 2010.

EXTRAIT

Extrait du discours avant la rencontre de Lenny Wilkens dans le vestiaire.

« Kevin McHale : Il doit être notre priorité numéro 1. On sait qu’il vont faire beaucoup de jeu à deux avec Mchale et un arrière. Nous devons toujours suivre McHale avec un arrière. Ron (Harper), parfois ce sera toi et sinon ce sera Bags (John Bagley). Nous devons aider Hot Rod

Dennis Johnson : Ron, tu ne dois pas laisser DJ te poster à l’intérieur. Il adore faire cela parce qu’il arrive à tirer par dessus n’importe qui dans cette ligue. Éloigne le du panier

Danny Ainge : Bags, rappelle toi que Ainge est le plus efficace quand il attaque le cercle. Laisse lui quelques mètres à l’extérieur. Laisse lui croire qu’il pourra prendre un tir de loin. Si il marque à 3pts, ce n’est pas grave, OK ? Si Ainge tir, cela veut dire que Bird et McHale ne tirent pas, et c’est ce que nous voulons. Eloignez le ballon de McHale et Bird.

Rebond : Tout le monde au rebond, je ne veux pas leur laisser de deuxième chance. Pas de claquettes. Et quand on a le ballon, on part, il faut les faire courir. On peut courir plus que eux le peuvent. Rappelez vous la dernière rencontre, la façon dont nous avons fait circuler le ballon avec quatre, cinq, six passes. C’est comme cela que nous allons avoir des tirs faciles. Quand la balle circule, on rentre nos tirs extérieurs.

Robert Parish : Brad (Daugherty), force Robert à aller sur la gauche. Place ton corps devant, les bras levés.

Earl Storm (arbirtre) : Un autre point, Earl Storm officie ce soir : rappelez vous qu’il aime bien laisser jouer physique. Jouer dur, battez vous pour les positions. Earl nous donnera un bon arbitrage si nous jouons dur. Il ne va pas se laisser intimider par les fans ou par autre chose.

Larry Bird et les remises en jeu : Ecoutez, nous devons faire très attention sur les remises en jeu en bord de terrain. Souvenez vous qu’ils aiment bien positionner McHale seul sous le panier avec Bird qui fait la remise. Ils vont essayer de la mettre à McHale. Si ils y arrivent et que la personne sur Larry va doubler McHale, il va la remettre rapidement à Bird pour un 3pts. Donc la personne sur Larry doit être active et se rappeler qu’il va devoir descendre sur McHale et remonter rapidement sur Bird.

Regarder le ballon : Vous ne pouvez pas revenir en défense le dos tourné. Regardez toujours le ballon. Soyez au courant de qui a le ballon et où est votre gars. Protégez les longues passes, faites les dribbler.

L’AVIS DE BASKET RETRO

A première vue, difficile d’imaginer qu’un livre sur une rencontre, qui plus est anecdotique, puisse avoir un intérêt. Et pourtant, le talent de Ryan et Pluto rendent cet écrit passionnant : les auteurs prennent le temps de détailler minute la préparation, en faisant également des apartés sur l’histoire de chaque franchise, de chaque joueur. L’analyse a posteriori, notamment des deux coachs mais aussi de certains joueurs sur chaque action, donne beaucoup de profondeur au livre.

Il trouve également son intérêt de nos jours dans la mise en perspective que l’on peut faire avec la NBA actuelle. Deux approches différentes sur le jeu mais aussi sur le rôle de l’entraîneur et la place des joueurs dans l’organisation.

Ce qui est censé être une rencontre déséquilibrée devient en fait un affrontement tactique passionnant, ou de jeunes Cavaliers de Cleveland ne se laissent pas impressionner par les champions en titre et l’ambiance du Boston Garden, en étant devant une grande partie de la rencontre. Un final haletant pour un match très serré et plein de surprises qui verra l’emporter……pour cela, nous vous laissons découvrir 48 minutes !

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Jay Swan (63 Articles)
Twitter : @junkyardswan

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.