Breaking News

L’histoire des séries : Los Angeles Clippers vs Dallas Mavericks

NBA Playoffs

Montage Une : Anthony Jeffrey pour Basket Rétro

D’ici quelques jours, les playoffs 2021 feront leur entrée. Pour bien vous préparer, Basket Rétro vous a concocté un menu complet avec un retour dans les archives de la NBA en se basant sur les confrontations passées des affiches 2021. Place à L.A. Cippers – Dallas.

2020 : LUKA FAIT EXPLOSER LA BULLE, MAIS PAS KAWHI

Fin juillet 2021, playoffs à part. En pleine pandémie mondiale, la NBA décide de délocaliser la postseason à Orlando et d’y faire une bulle, où se retrouvent toutes les franchises.

Pour la première fois de l’histoire, l’avantage du terrain n’existe pas et le soutien des fans non plus. Une salle vide mais du spectacle quand même pour ce Clippers/Mavericks, petite affiche inédite du 1er tour.

Luka Doncic, @Getty Images

À l’intersaison, les Californiens ont réussi le gros coup en mettant la main sur Kawhi Leonard et Paul George. Dès lors, ils font office de contenders numéro 1 pour le titre. Le rendez-vous avec les Lakers en finale de conférence est programmé, mais il faudra déjà se débarrasser des Mavericks… et cela ne sera pas simple. La raison tient en un blaze : Luka Doncic. Le jeune slovène a émerveillé toute la planète basket et s’apprête à jouer ses premiers playoffs.

Seulement, s’il compile 42 pts – 9 pds – 7 rbds – 3 stls au Game 1, il perd également 11 ballons ; et cela coûte bonbon aux Texans. En face, on joue sérieux en s’appuyant sur le tandem Leonard-George, tout en profitant de l’expulsion de Kristaps Porzingis en début de seconde période. Les Clippers ont fait le boulot (118-110) mais vont tomber de haut au match suivant.

Paul George tout d’abord, qui ne trouve rien de mieux que de ne marquer aucun point en première mi-temps. Face à la second unit des Mavericks ensuite, qui se montre décisive pendant que Doncic est cloué sur le banc à cause de problèmes de fautes. Seth Curry, Trey Burke, Delon Wright soutiennent parfaitement Tim Hardaway Jr et Porzingis pour égaliser.

La bonne affaire est conclue, et ‘Staps n’en doutait pas :

« On savait après ce premier match qu’on était bien, qu’on pouvait jouer les yeux dans les yeux face à un favori. On est arrivé totalement prêt pour ce match. »

Voilà les Clippers sous la pression. Alors, comme le patron qu’il est, Kawhi fait du Kawhi : 36 pts, 9 rbds, 8 pds histoire de calmer les ardeurs des Mavs. Il fallait au moins ça pour faire oublier le 3/16 aux tirs de Paul George. Doncic a validé son triple-double (13/10/10) mais en étant à 4/14 aux shoots, avant de sortir pour blessure. Mais le pire est à venir pour les hommes de Rick Carlisle avec la perte de Porzingis. Le Letton, impeccable sur ce Game 3 (34 pts et 13 rbds) vient de jouer son dernier match de la saison à cause d’une blessure au ménisque.

Un véritable cauchemar pour les Mavericks, sauf que Luka Doncic est lui opérationnel.

Game 4, place à un moment d’histoire. Le rookie de l’année 2019 pose un classic intemporel en détruisant à lui seul les Clippers : 43 pts, 17 rbds, 13 pds et le trey au buzzer s’il vous plaît !!!

LE GAME WINNER DE LUKA DONCIC AU GAME 4

Une performance iconique, qui fait passer au second plan le comeback des siens (-20) ainsi que les gros de matchs de Burke (25 pts), Hardaway (21 pts), Curry (15 pts) et Boban Marjanovic (10 pts et 7 rbds). Le géant serbe (2,24 m) joue peu, mais pèse énormément. Déjà excellent au Game 2 (13 pts et 9 rbds en moins de dix minutes), sa présence est un vrai souci pour des Clippers qui ne peuvent décidément pas compter sur Paul George (3/14).

Néanmoins, Playoffs P a de l’orgueil et il le fait savoir dans le Game 5 : 35 pts à 12/18 dans un blowout taille XXL (154-11). Seules deux équipes dans l’histoire ont marqué plus de points dans un match de playoffs (Celtics 1990 et Bucks 1970), ça vous classe la performance.

Difficile de croire que ce scénario va se répéter, et Dallas montre autre chose dès l’entame du Game 6. Mais Kawhi Leonard n’a pas envie de partir pour un Game 7 et s’offre 33 pts, 14 rbds, 7 pds et 5 stls grâce à une seconde période royale. Doncic n’a pas à rougir, il termine sa première campagne de playoffs par un carton (38/8/8), en étant délaissé par une partie du cinq de départ.

Malgré l’élimination, le génie slovène a montré qu’il était déjà un grand joueur. Il a fait preuve de caractère face au trash talking de Montrezl Harrell qui lâchera un « Bitch ass white boy » bien malvenu. Son leadership est indéniable et l’avenir des Mavericks s’annonce radieux comme l’explique coach Carlisle : « Je m’attends  à ce qu’il revienne encore plus fort la saison prochaine, avec une nouvelle arme comme Larry Bird, Magic Johnson, Michael Jordan et d’autres grands joueurs le faisaient chaque été. »

Quant aux Clippers, cette série est un cache misère qui prendra fin face aux Nuggets au tour suivant.

BILAN ALL TIME DE LA SERIE

Source : Land Of Basketball

LE GAME WINNER DE LUKA DONCIC AU GAME 4

Ecrit par Julien Mùller

Retrouvez plus de Basket Retro sur





Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.