Breaking News

Quand Tony Parker marquait ses premiers points en Nationale…

France

Montage Une : Laurent Rullier pour Basket Rétro

Nous sommes au début de la saison 1998-1999 quand le jeune William Anthony Parker fait ses grands débuts en Nationale 1… Petit retour en arrière !

Sa première année à l’INSEP est déjà très remarquée. TP débute la saison 1997-1998 à seulement 15 ans (rappelons qu’il est né le 17 mai 1982 à Bruges). Son coéquipier David Gautier – qui est alors en troisième et dernière année à l’INSEP – se souvient:

« Il était trop rapide. Il se faufilait, et puis, de toute façon, il partait souvent en coast to coast!

Ce qui était le plus fort avec lui, c’était son mental. Il est arrivé avec une assurance et une faculté d’adaptation impressionnantes. Plus la saison avançait, plus il prenait les rênes de l’équipe. » 

@ Le Parisien

Au fil des matchs, TP gagne en confiance jusqu’au match contre Bondy, premier du championnat, qui marque un tournant dans sa carrière :

« C’est le match contre Bondy lors de ma première année à l’INSEP qui m’a fait penser que je pouvais aller en NBA. J’ai 15 ans, Bondy est premier du Championnat et je mets 28 points en dominant des pros. A la fin, je me dis : « Bon, c’est pas mal je pense que je peux aller loin. »

TP termine cette première saison à l’INSEP avec de très très belles statistiques: 14.7 points de moyenne à 50 % de réussite, 37 sur 108 à 3 points, 5.6 passes décisives (10ème au classement des meilleurs passeurs) et 2.7 rebonds par match.  Il est le 2ème meilleur marqueur de l’équipe (derrière David Gautier). Le Centre Fédéral termine la saison 6ème de sa poule avec un bilan positif (16 victoires et 14 défaites) et accède à la Nationale 1.

Et pour son 1er match en Nationale 1, TP va frapper encore plus fort!

@ Gérard Baude

Habitué à être surclassé, c’est au sein d’une équipe qui présente « un baby starting five », 16 ans de moyenne d’âge, qu’il va battre un record de précocité en passant 35 points contre Andrézieux ! 1ère journée, premier match, et déjà TP devance les américains de N1. Ses statistiques pour cette entrée remarquée : 35 points à 12/19 (avec un joli 4/7 à trois points), 7/7 aux lancers-francs, 6 rebonds, 4 interceptions, 3 passes décisives. Seulement deux petites ombres à son tableau de chasse : 5 balles perdues et une première défaite à domicile concédée par le Centre Fédéral (77-82).

Ce match marque aussi les débuts de la relation particulière que TP va nouer avec Lucien Legrand, nommé entraîneur à l’INSEP pour cette saison 1998-1999.

@ FFBB

Dans le joli portrait que lui dresse le journaliste David Loriot  (l’Equipe Magazine, 14 décembre 2013), TP confie:

« Il fallait s’adapter à mon jeu. Je n’étais pas un meneur classique et Lucien m’a donné carte blanche. »

Lucien Legrand s’explique :

« Tony n’est pas un meneur comme les autres […]  Dès les premiers matches, c’est un patron qui veut aller shooter sur la tronche des mecs ! »

L’accord passé entre « Lulu » et TP est simple: s’il shoote à plus de 50%, il fait ce qu’il veut ! Lors de la 2ème journée, la marque est mieux répartie pour le Centre fédéral. TP score 19 points. Nouvelle défaite, cette fois à l’extérieur, face à Bordeaux, 80 à 61. Boris Diaw, âgé lui aussi de 16 ans, marque ses 2 premiers points pour le Centre Fédéral.

Cette 2ème année à l’INSEP sera énorme. TP termine meilleur marqueur français avec 22.1 points, 4 rebonds, 3.5 interceptions (pour 2 balles perdues) et 10 passes de moyenne. Il ne fera pas de 3ème année de formation. C’est la PRO A, le PSG-Racing et Laurent Sciarra qui l’attendent pour la saison 1999-2000. Mais ça c’est une autre histoire…

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Tony Tricot (2 Articles)
Un peu archiviste, amoureux de la balle orange que j'ai découverte dans les années 90! Supporter de l'Elan Béarnais (et donc "hater" de longue date du CSP Limoges ), je suis ravi de replonger dans mes archives et mes souvenirs pour Basket Rétro! Membre du jury du Prix Bulles de sport qui récompense la meilleure BD de sport chaque année.

1 Trackback / Pingback

  1. [Portrait] Andrei Kirilenko, nom de code AK-47 – Basket Retro

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.