Breaking News

[Témoignage] Ma rencontre avec le jeune Kobe alors âgé de 15 ans

T&moignage

Montage Une : Laurent Rullier pour Basket Rétro

Collaborateur de Basket Retro, Dominique Wendling,  a eu l’honneur  de croiser Kobe Bryant, alors âgé de 15 ans, à l’ABCD Camp en 1994, sans bien-sûr imaginer le destin qui l’attendait. Témoignage.

5 juillet 1994 – « Avec Philippe, un collègue, nous participons à une réunion marketing avec des collègues de l’international à New-York. Dans le programme, figure un court déplacement à Teaneck, dans le New-Jersey, pour assister au lancement de l’ABCD Camp, que notre entreprise, Adidas, sponsorise cette année-là pour la première fois. Ce camp lancé par Sonny Vaccaro, l’homme qui a fait signer Michael Jordan chez Nike avant d’être recruté par Adidas, est en concurrence frontale et féroce avec le Nike Scholastic Festival à Chicago. Il accueille 60 lycéens, nés en 1977 et 78, parmi la fine fleur des jeunes prospects du basket américain. La Fairleigh Dickinson University de Madison en est l’écrin. Un immense hall avec une dizaine de terrains alignés côte à côte sert de théâtre aux opérations. Lorsque nous arrivons, les jeunes stagiaires, très attentifs, sont assis en demi-cercle autour des organisateurs qui expliquent longuement le processus et les codes à respecter durant les cinq jours de stage.

Kobe Bryant âgé de 15 ans sous le maillot de son lycée Lower Merion @ Getty Images

Quelque temps après, un coup de sifflet donne le coup d’envoi des opérations. Les joueurs, qui ont enfilé un maillot avec un numéro qu’ils garderont tout le stage, se répartissent sur six terrains avec coaches et officiels de l’organisation pour un premier round de matches qui se déroulent tous en même temps. C’est aussi le moment où peuvent entrer scouts de NBA, coaches d’université et observateurs, qui viennent assister, prendre des notes, compléter des fiches, échanger entre eux, sans avoir le droit d’approcher directement les joueurs durant le stage. Les joueurs sont lancés dans un impressionnant tableau vivant de jeunes talents très concentrés qui sautent très haut, courent dans tous les sens, et dribblent à tout-va. Peu de jeu collectif, forcément, mais une débauche d’ardeur juvénile. Depuis la touche, les observateurs font leur boulot, chacun avec sa technique, tels des maquignons à l’affût.

Les organisateurs nous ont donné une liste avec les 60 noms et nous arpentons, en esthètes, les terrains en échangeant sur les actions et les jeunes joueurs qui déroulaient leurs promesses sous nos yeux. Nous entendant parler, un scout chevronné, nous glisse : +

« Vous êtes Français ? Regardez le 145, son père est un vétéran de la NBA et il a joué quelques mois en France avant de revenir au pays. Mulhouse, vous connaissez ? ».

Tout de go, je lui réponds : « C’est à 100 km de chez moi ! ». Ravi de son effet, Il nous montre sa fiche qu’il a commencé à noircir dans un style très codé avant de poursuivre : « Ce garçon a un drôle de prénom, Kobe. C’est un de mes joueurs préférés ici, je pense qu’il a un bel avenir dans le basket ». Nous regardons donc le 145. Une taille haute, un style fluide, un engagement de tous les instants, et, surtout, c’est frappant, un sourire lumineux et un vrai plaisir d’être là. Le scout poursuit : « Vous devriez garder la feuille avec les 60 noms. Ressortez la dans quelques années. Sûr que certains auront percé en NBA ! ».

J’ai suivi le conseil du vieux scout. J’ai gardé la liste et le tee shirt jusqu’à aujourd’hui.

Trois ans plus tard, un mémo arrive sur mon bureau. C’est un communiqué de presse qui annonce la signature par Adidas, d’un jeune talent, récemment drafté et engagé par les Lakers, du nom de Kobe Bryant avec la perspective de réaliser une chaussure à son nom. Avec un commentaire à la main d’un collègue américain : « Il était stagiaire à l’ABCD Camp quand tu y es venu ! ». Je cherche ma feuille de 1994 et voit en effet son nom et le nom de son collège, Lower Merion en Pennsylvanie, et me souviens de l’épisode du scout. Je m’aperçois que Kobe, né en août 1978, n’avait pas 16 ans ! Il était l’un des plus jeunes. Sur la liste, je retrouve des noms de joueurs qui depuis ont fait leur chemin, comme Paul Pierce, Chauncey Billups, Stephon Marbury (MVP du camp de 1994), Shareef Abdul Rahim, notamment, mais aussi, des futurs acteurs du championnat de France comme Norris Bell ou Shawnta Rogers.

Kobe revint à l’ABCD Camp en 1995, en fut déclaré MVP, avant d’être drafté en 1996 (13°) par les Charlotte Hornets qui cédèrent aussitôt leurs droits aux Lakers. Avant d’écrire son histoire en lettres d’or… »

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Dominique WENDLING (5 Articles)
Ancien journaliste, joueur, entraîneur, dirigeant, président de club. Co-auteur, avec Jean-Claude Frey, de "Plus près des étoiles", le livre paru fin 2018 sur les 90 ans de la SIG Strasbourg.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.