Breaking News

[Coupe Saporta] Titré en 95, Orlando Woolridge a rayonné avec Trévise

Europe

Orlando Woolridge - Bologne (c) ilrestodelcarlino.it

Il aurait eu 57 ans ce 16 décembre. Décédé le 31 mai 2012, Orlando Woolridge fait partie de ses joueurs NBA qui ont terminé leur carrière en Europe. En 1994, il quitte les Etats-Unis pour rejoindre le championnat italien et le Benetton Trevise. Avec ce club européen, l’ex-ailier fort a remporté la Coupe Saporta en 95 avec ses 22,5 points de moyenne dans cette compétition.

Basket Rétro revient une fois de plus sur un épisode du basket européen. Retour ainsi 21 ans en arrière et direction l’Italie, plus précisément à Trévise. En 1994, le club italien du Benetton accueille l’arrivée d’un joueur NBA aux 14 saisons dans la Grande Ligue (Chicago : 1981-1986 ; New Jersey : 1986-1988 LA Lakers : 1988-1990 ; Denver : 1990-1991 ; Detroit : 1991-février 1993 ; Milwaukee : février-novembre 1993 ; Philadelphie : novembre 1993-1994) : Orlando Woolridge. Reconnaissable par ses lunettes, le nouveau numéro 8 du Benetton forme alors une belle équipe avec ses coéquipiers italiens Ricardo Pittis, Denis Marconato, Stefano Rusconi, l’autre américain Kenneth Barlow et le macédonien Petar Naumoski. Le natif de Bernice en Louisiane est coaché par un futur entraineur de la NBA, Mike d’Antoni, ex-joueur du Milan, arrivé à la même période à Trévise pour remplacer Fabrizio Frates.

Benetton Trevise Logo

Benetton Trevise

Drafté en sixième position au premier tour en 1981 par les Chicago Bulls, l’ex-ailier-fort de la fac de Notre-Dame ne rate pas sa première saison sur le continent européen et s’acclimate à un nouveau basket différent évidemment de la NBA à l’âge de 35 ans. En parallèle des matchs de championnat en Lega, Woolridge est une pièce indispensable en Coupe d’Europe, le Benetton participant à la Coupe Saporta, l’actuel Eurocoupe.

Avant de rejoindre la phase de groupes de cette compétition, le Benetton a remporté ses deux confrontations lors de deux tours préliminaires sans leur nouvel ailier-fort et ancien coéquipier de Jordan aux Bulls (l’équipe se qualifie en obtenant le plus gros score que son adversaire sur le score cumulé des deux matchs) :

  • Second tour préliminaire face au BC Plama, club bulgare – 87-77 au match aller et 110-76 au match retour
  • Troisième tour préliminaire face à l’AEK Athènes, club grec – 109-91 au match aller et 110-49 au match retour

UN WOOLRIDGE ENCORE BIEN D’ATTAQUE A 35 ANS

A la fin de ce troisième tour préliminaire, 12 équipes restent en lice pour participer à la phase de groupes. Elles sont réparties en deux poules de 6. Le Benetton est intégré au Groupe B. Chaque club joue 5 matchs aller et 5 matchs retour. Les deux premiers de chaque groupe se hissent ensuite en demi-finale. A ce stade de la compétition, malgré ses 35 ans, Connu pour son adresse aux tirs et claquer de gros dunks (en 1984, il a réalisé le premier Rider au concours de dunk du All-Star Game = faire passer le ballon entre les jambes et le dunker dans l’arceau), le cousin de Willis Reed ne vient pas en Italie pour cirer le banc. Woolridge (22,9 points par match avec Chicago en 1984-1985, sa meilleure saison avec les Bulls) brille en attaque avec Trevise comme le montre ses stats :

  • 26 points à 8/11 aux tirs et 9/10 aux lancers-francs, 4 rebonds face à l’ASK Broceni de Riga, victoire 105-96
  • 20 points à 7/17 aux tirs dont 4/9 à 3-points, face au Fenerbahce, défaite 80-72
  • 26 points à 9/81 aux tirs et 8/13 aux lancers-francs, 4 rebonds et 5 passes face au ASK Broceni de Riga, victoire 88-83
  • 33 points à 11/23 aux tirs et 10/11 aux lancers-francs, 6 rebonds face au Tau Vitoria, défaite 80-71
  • 13 points à 6/16 aux tirs, 2 rebonds face au Hapoel Philips Tel Aviv, victoire 95-82
  • 23 points à 7/14 aux tirs et 9/11 aux lancers-francs, 10 rebonds et 4 interceptions face au Fenerbahce, victoire 97-86
  • 15 points à 6/12 aux tirs et 3/4 aux lancers-francs, 4 rebonds, 5 passes et 5 interceptions en 16 minutes face à Anwil Wroclaw, victoire 100-85
  • 20 points à 9/18 aux tirs et 9/10 aux lancers-francs, 2 rebonds face à Anwil Wroclaw, victoire 111-81
  • 26 points à 10/17 aux tirs et 6/6 aux lancers-francs, 5 rebonds, 2 passes face à Tau Vitoria, victoire 99-89
  • 22 points à 7/12 aux tirs et 7/8 aux lancers-francs, 6 rebonds, 3 passes face au Hapoel Philips Tel Aviv, victoire 128-82
Orlando Woolridge - 1959-2012 (c) nba.com

Orlando Woolridge – 1959-2012 (c) nba.com

TREVISE SORT ANTIBES EN DEMI-FINALE

Avec 7 victoires en 10 matchs, le Benetton Trevise finit deuxième du Groupe B derrière le Tau Vitoria (9 victoires et 1 défaite). Le club italien rencontre en demi-finale un club français, l’Olympique d’Antibes, premier du Groupe A avec 9 succès et 1 revers. Le club de Provence-Alpes-Cote d’Azur est emmené par un magnifique roster (David Rivers, Arsène Ade-Mensah, Stéphane Ostrowski, Laurent Foirest, Willie Redden, Michael Rae Richardson), le tout coaché par Jacques Monclar. Les demi-finales se jouaient au meilleur des trois matchs. Le duel a tenu ses promesses avec 3 matchs serrés. C’est le club italien qui aura eu le dernier mot.

Le 14 février 1995, Woolridge est proche du triple-double lors de la défaite au match aller à Trévise : 25 points à 8/14 aux tirs, 9/10 aux lancers-francs, 9 rebonds et 8 balles perdues. Antibes remporte la première manche 95-88 avec notamment 22 points de Rivers puis 21 points, 8 rebonds de Richardson.

Trévise est donc dos au mur. Une deuxième défaite d’affilée le 21 février 1995 qualifierait Antibes pour la finale. Mais l’insaisissable Woolridge ne l’a pas entendu de cette oreille et a rebuté la défense antiboise : 20 points à 7/14 aux tirs, 6/10 aux lancers-francs, 4 rebonds et 3 passes. Victoire 99-93 (highlights du match en cliquant iciavec un Naumoski qui a vécu sur une autre planète : 44 points à 13/17 aux shoots dont 5/8 à 3-points en faveur du Benetton. En face, Antibes n’a pas démérité. Et c’est Stéphane Ostrowski qui est sorti du lot en finissant avec un double-double : 24 points à 8/14 aux tirs, 11 rebonds. 1-1. Balle au centre. Le match d’appui entre ces deux clubs demi-finalistes s’annonçait frémissante.

Deux jours plus tard, le 23 février 1995, retour à Trévise pour ce match 3. Malgré 17 points d’avance à la mi-temps, 45-28, les coéquipiers de Woolridge se déconcentrent et laissent revenir Antibes dans cette deuxième mi-temps. Mais le Benetton tient jusqu’au bout et s’imposent 87-83 (55-42 pour Antibes en seconde période, pas suffisant). Woolridge signe 20 points à 6/9 aux tirs et 8/9 aux lancers-francs suivis de 5 rebonds. Son compère Naumoski a été encore étincelant : 26 points à 5/8 aux tirs et 14/16 aux lancers-francs. Les joueurs d’Antibes se sont montrés encore bien combatifs : Rivers (22 points à 8/13, 4 rebonds et 4 passes), Richardson (14 points et 8 rebonds).

Le maillot de Woolridge - Benetton Trevise (c) italybasketballjersey.wordpress.com

Le maillot de Woolridge – Benetton Trevise (c) italybasketballjersey.wordpress.com

PREMIERE COUPE D’EUROPE GAGNE, 2 TITRES NATIONAUX

Le Benetton franchit une nouvelle étape dans cette Coupe Saporta et affronte en finale un adversaire qu’il connait bien pour les avoir joué deux fois en phase de poules : le Tau Vitoria. Le 14 mars 1995, la finale se déroule en Turquie à Istanbul devant 6000 spectateurs. Et Trevise n’aura pas eu la tache facile pour se débarrasser de son adversaire. Chacune des deux équipes avaient remporté un match dans leurs deux confrontations en phase de poules. Une fois de plus, Trévise est allé s’arracher pour prendre le meilleur sur son adversaire espagnol. Succès 94-86 avec encore un Woolridge très remuant : 26 points à 11/17 aux tirs et 4/6 aux lancers-francs, 5 rebonds, 2 passes. Il a bien été épaulé par Petar Naumoski avec 26 points (7/10 aux tirs), 5 passes. Du côté des adversaires, le pivot américain Kevin Anthony Green, monstrueux dans cette Coupe Saporta (moyenne de 19,7 points et 12,5 rebonds en 17 matchs), a livré un match fantastique avec un double-double : 26 points 14 rebonds.

Benetton Trevise vainqueur de la Coupe Saporta en 95 (c) eurocupbasketball.com

Benetton Trevise vainqueur de la Coupe Saporta en 95 (c) eurocupbasketball.com

Après ses longues années NBA, Woolridge remporte en 1995 le premier titre de sa carrière professionnelle avec cette Coupe Saporta. En 14 matchs disputés dans ce tournoi, il termine cinquième meilleur scoreur de cette compétition et premier de son équipe : 22,5 points à 52,8 % aux tirs (8/15,1 en moyenne) et 80,6 % aux lancers-francs (5,9/7,4 en moyenne). Il ajoute à ses points 4,2 rebonds et 2 passes. Woolridge fait partie des joueurs NBA à avoir gagné un trophée européen au même titre que Bob McAdoo (Euroligue en 1987 et 1988) et Dominique Wilkins (Euroligue en 1996).

En 1995, il double la mise avec Trevise puisqu’il remporte aussi la Coupe d’Italie, victoire 81-77 face à Trieste. En finale de cette compétition nationale, Woolridge termine MVP. En parallèle de la Coupe d’Europe, il conclut une bonne première saison de championnat en Italie : 20,2 points ; 5,2 rebonds en 30 matchs. La saison suivante, il rejoint un autre club du championnat italien, le Buckler de Bologne. Il décroche un nouveau trophée avec ce club : la Supercoupe d’Italie en 1995. Pour sa deuxième saison en Lega Serie A, il inscrit en moyenne 18,4 points et prend 5,9 rebonds en 25 matchs. En deux saisons en Italie, il aura gagné trois trophées.

Woolridge stoppe définitivement sa carrière de basketteur à 37 ans en entamera une courte carrière d’entraîneur. Il a coaché notamment en WNBA et les Sparks de Los Angeles en 98 et 99 en faisant progresser Lisa Leslie. Ensuite, il entraîne en ABA : Houston Takers (2007-2008) et Arizona Rhinos (2008-2009). Après un long combat contre une maladie du coeur, Woolridge est décédé le 31 mai 2012 dans la maison de ses parents à Mansfield en Louisiane à l’âge de 52 ans. Un formidable scoreur des années 80, une fois de plus, a rejoint les cieux.

Les images d’Orlando Woolridge à Trévise en 94-95

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Richard Sengmany (365 Articles)
Découvrant le basket dans les années 90 grâce à la diffusion des matchs NBA sur Canal+, je rédige depuis plus de dix ans des articles sur la balle orange, sur d'autres disciplines sportives et la culture.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.