Breaking News

ALM Évreux Basket (1987-2016), 1000 matchs en LNB !

Ce vendredi 7 octobre 2016, l’ALM Évreux Basket reçoit l’ADA Blois, un match a priori anodin. Pourtant, l’ALM dispute à cette occasion son 1000ème match sous l’égide de la LNB. Et même si son palmarès n’est pas très étoffé, Évreux fait partie du cercle fermé des clubs ayant participé à l’ensemble des saisons LNB (Pro A et Pro B comprises). Basket Rétro revient sur presque 30 ans d’histoire de la balle orange dans la capitale de l’Eure.

Le basket-ball à Évreux est une histoire ancienne. En effet dès les années 1920 on trouve traces des normands. Vainqueur du tournoi de l’Alcazar en janvier 1922, l’Evreux Athletic Club (EAC) sera pendant longtemps au cœur d’une polémique sur l’identité du champion de France 1921. Est-ce le Stade français vainqueur d’un tournoi parisien réunissant les meilleurs équipes de la fédération et des clubs de patronage en mai 1921 ou les normands vainqueur de ce tournoi de promotion ? Il faut attendre 2002 pour que ce premier titre national soit finalement attribué au Stade français. En effet, le tournoi de l’Alcazar n’a jamais eu, même à l’époque, le statut de championnat national mais plus celui d’opération promotionnelle pour la diffusion du basket-ball.

evreux_proa_tshirt_210510

Dédicaces de l’effectif de l’ALM Évreux en 1995. © BASKETBLOG.FR

En 1962, Jean-Pierre Vidal, instituteur de formation et ancien de l’EAC fonde dans le quartier de la Madeleine, l’Association Sportive de la Madeleine. Le club compte dans ses rangs un personnage qui comptera beaucoup dans l’histoire du club un certain Roland Plaisance futur maire de la ville. L’ASM prend le nom de ALM quelques années plus tard et devient ainsi l’Amicale laïque de la Madeleine.

Le club s’installe progressivement dans la hiérarchie du basket français et devient un acteur récurrent de deuxième division. C’est donc tout naturellement qu’en 1987 à la création de la LNB, l’ALM Évreux s’engage dans le championnat Nationale 1B qui deviendra plus tard la Pro B. Sous l’impulsion du maire, grand amateur et ancien joueur, Roland Plaisance et d’une équipe dirigeante dynamique notamment porté par le duo Didier Salvat (entraîneur puis manager du club) et Jean-Louis Dumora (président du club), le club se structure et quitte la colline de la Madeleine pour le centre-ville. Évreux développe dès le début des années 1990 une politique de formation ambitieuse. Les jeunes du club sont champions de France Espoirs Pro B trois années consécutives (1992, 1993 et 1994) et empochent le Trophée du Futur en 1994.

ENFIN LA PRO A !

Bruce Bowen, meilleur marqueur de Pro B 1994-1995.

Bruce Bowen, meilleur marqueur de Pro B 1994-1995. © BASKETBLOG.FR

L’engouement pour la balle orange déjà très présente dans la capitale euroise se confirme avec l’exercice 1994-1995. Le rouennais Michel Veyronnet est aux manettes. Une équipe taillée pour la montée est ainsi constituée. On retrouve notamment le vieux briscard Georges Vestris, Eric Fleury, Patrick Zamour et une paire américaine de haute volée : Claude Williams et Bruce Bowen. Le futur spurs terminera meilleur marqueur de Pro B. L’ALM se balade et termine la saison régulière à la première place synonyme d’accession en Pro A. Le basket à Evreux est alors à son apogée. Le public composé d’aficionados de la balle orange fait de la salle Jean Fourré un chaudron bouillonnant.

On croise même assis l’un à côté de l’autre, comme un symbole, le maire communiste Roland Plaisance et l’évêque d’Évreux Monseigneur Gaillot, tout deux grands supporteurs de l’ ALM !

Pour relever le défi de la Pro A, l’équipe est confiée à l’assistant de Michel Veyronnet (reparti à Rouen) Benoist Burguet. Autour de joueurs confirmés comme Fabrice Courcier, Laurent Sénéchal ou le capitaine Eric Fleury, les jeunes espoirs ont de plus en plus de responsabilités.

Kraidy-ALM

Jean-Marc Kraidy au dunk pour l’ALM Evreux.

On pense particulièrement au meneur natif du quartier de la Madeleine Joseph Gomis, à David Frigout qui poursuivra sa carrière à l’ASVEL et à Limoges et surtout au fantasque ailier franco-ivoirien Jean-Marc Kraidy.

Celui qu’on surnomme le Rodman français pour son look extravagant deviendra la rock star de l’équipe, la coqueluche de la ville et des supporteurs. L’ALM termine sa première saison en Pro A à une honnête 10ème place. Par la suite, même si le club flirte avec la relégation il parvient à se maintenir. Ces années sont également marquées par la paire américaine : James Banks, Claude Williams. Williams qui avait fait la montée restera fidèle au club plusieurs années, tout comme son compatriote James Banks, MVP de Pro B en 1994 et 1995 (avec Nancy et Caen). Drafté par les Sixers dans la célèbre draft de 1984, celui-ci réalisera la quasi totalité de sa carrière en France. La paire fait ainsi les beaux jours de la formation ébroïcienne pendant trois saisons jusqu’en 1998.

LA CHUTE

Programme du match ALM-ASVEL du 20 décembre 1997 avec Claude Williams en fondu. Victoire de l'ASVEL sur un tir au buzzer de Delaney Rudd. (c) BASKETBLOG.FR

Programme du match ALM-ASVEL du 20 décembre 1997 avec Claude Williams en fondu.
 © BASKETBLOG.FR

L’aventure dans l’élite tourne cependant court lors de la saison 2000-2001. La mayonnaise ne prend pas et l’équipe n’est qu’une somme d’individualités. Le nouveau coach Jean-Paul Rebatet ne parvient pas à créer une bonne dynamique. Le climat est délétère et l’ALM utilise une vingtaine de joueurs lors de cet exercice. Contraint de jouer des barrages avec les meilleurs clubs de Pro B, le club fait appel à un ancien de la maison, le tout jeune retraité Valery Demory. Malgré une embellie, il ne réussit pas à remporter ces barrages et l’ALM se voit relégué en Pro B.

Pour la saison 2001-2002, l’ALM Evreux a la gueule de bois. Le maire historique Roland Plaisance a laissé sa place à l’hôtel de ville à l’ancien ministre Jean-Louis Debré. L’équipe dirigeante est renouvelée. Didier Salvat l’homme fort de l’ALM quitte le club. C’est la fin d’une époque. Les jaunes et bleus repartent donc en Pro B. Après une encourageante sixième place la première année, ils végètent en milieu de tableau les saisons suivantes.

LE COMMANDO KKR

Il faut attendre 2005 pour revoir un coup d’éclat des ébroïciens. Sous les ordres de Pascal Thibaud, l’ALM termine à la troisième place du championnat derrière l’Etendard de Brest d’Yves-Marie Vérove et le désormais rival le SPO Rouen (monté en Pro B seulement deux ans auparavant) emmené par une vielle connaissance Michel Veyronnet. L’équipe est porté par un trio étranger surnommé le commando KKR, composé de l’ailier américain Mark Karcher ancien de Hyères-Toulon qui sort d’une saison blanche, de son compatriote l’intérieur Damien Kinloch et de l’ailier fort slovaque Radoslav Rancik champion de France Pro B en titre avec Chalons-en-Champagne. La formation euroise parvient en finale des play-offs d’accession mais échouent face à Brest. L’étendard étant déjà assuré de monter grâce à sa première place de la saison régulière, c’est Rouen deuxième de la saison qui coiffe l’ALM au poteau et s’envole en Pro A. Les amicalistes finissent vice-champions de France Pro B mais demeurent en deuxième division.

LES ANNEES VALIN

Rémy Valin et Michel Veyronnet. © France 3 Normandie

Rémy Valin et Michel Veyronnet.
© France 3 Normandie

En 2007, sept journées avant la fin de saison, Pascal Thibaud est limogé. Le club est à la peine et c’est son assistant qui prend les rênes de l’équipe. Celui-ci n’a que 30 ans et peu d’expérience en tant que coach principal. Il s’agit de Rémy Valin. Le technicien parisien va imposer sa patte et parvenir à qualifier le club cinq années de suite en plays-off de Pro B, performance inédite dans l’histoire de l’ALM. En 2011, le capitaine franco-portugais Philippe Da Silva sera également distingué du titre de meilleur joueur français de Pro B. De plus, Rémy Valin se révèle être un fin recruteur. Le modeste budget d’Évreux l’oblige à tenter des paris. Ils seront souvent gagnants. C’est ainsi que le coach Valin va se faire une spécialité d’engager des intérieurs de petite taille à la fois puissants et mobiles. Certains marqueront le club par leur fidélité comme James Mathis recordman de matchs joués sous les couleurs jaunes et bleus pour un joueur américain, record battu depuis par Drake Reed. Reed, véritable guerrier au style peu académique mais efficace participera d’ailleurs à la belle épopée de 2013 où les amicalistes terminèrent 2ème de la saison régulière. L’ALM s’inclinera en demi-finale mais se verra récompensé par les distinctions de meilleur entraîneur de la saison pour Rémy Valin et de meilleur étranger pour l’intérieur américain Jeremiah Wood.

L'ALM Evreux saison 2012-2013

L’ALM Evreux saison 2012-2013. © LNB.fr

Les rumeurs de départ de Rémy Valin circulaient depuis quelques temps en cette saison 2014-2015. Elles seront officialisées lors du dernier match à domicile. Rémy Valin quitte l’ALM Evreux après huit ans de bons et loyaux services et le record de longévité à la tête de l’équipe depuis 1987.

Souvent placé mais peu de fois gagnant comme l’an dernier en chutant en finale des play-offs de Pro B sous les ordres de Laurent Pluvy pourtant bien emmené par l’intérieur amérindien Joe Burton (MVP de la saison 2015-2016), l’ALM Evreux est devenu au fil de ces mille matchs un incontournable du paysage du basket français.

Montage Une : Laurent Rullier pour Basket Rétro

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Julien Hector (42 Articles)
aime les vieux grimoires surtout quand ils parlent de basket et de l'ALM Evreux Basket !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.