Breaking News

Ruth Riley, MOP du Final Four 2001 avec les Fighting Irish Notre Dame

March Madness

Ruth Riley face à Katie Douglas lors de la finale 2001 Notre Dame - Purdue (c) AP

Grâce à son double-double (28 points, 13 rebonds), Ruth Riley offrait il y a 15 ans à l’équipe des Fighting Irish de Notre Dame son premier titre NCAA. La pivot reçoit par la même occasion le titre de Most Outstanding Player du Final Four.

Sur la ligne des lancers-francs, elle réussit un 2/2 sur le parquet de la Savvis Center à Saint-Louis et ses 20,551 spectateurs. Elle inscrit à cet instant ses 27ème et 28ème points en finale du championnat NCAA opposant son équipe de Notre Dame à celle de Purdue, surnommées les Boilermakers. Elle, c’est Ruth Riley qui grâce à ses deux lancers d’affilée a permis aux Fighting Irish de prendre 2 points d’avance : 68-66. Il resta alors 5,8 secondes à jouer avant la fin du match. Purdue ne réussira pas à égaliser ou passer devant dans ce temps restant. Fin du match. Victoire 68-66. Grande première pour l’université de Notre-Dame qui remporta le championnat NCAA. Son meilleur résultat en March Madness était alors une demi-finale nationale disputée 4 ans auparavant en 1997, défaite 80-66 face à Tennessee.

10EME DOUBLE-DOUBLE

Ruth Riley en 2001 - Notre Dame Fighting Irish (c) realgoodsports.com

Ruth Riley en 2001 – Notre Dame Fighting Irish (c) realgoodsports.com

Ruth Riley fut la joueuse majeure de cette finale, réussissant son 10ème double-double de la saison 2000-2001 en alignant 28 points (9/13 aux tirs et 10/14 aux lancers-francs), 13 rebonds et 7 contres en 35 minutes. Elle avait frôlé le double-double en demi-finale nationale contre les Huskies de Connecticut de Diana Taurasi (18 points, 9 rebonds). Meilleure scoreuse et rebondeuse de cette finale, la pivot américaine est élue Most Outstanding Player et nommée dans l’équipe type du Final Four 2001. La joueuse senior conclut de la plus belle des manières sa fin de carrière universitaire pour démarrer celle professionnelle qui l’emmènera vers la WNBA et l’Europe. Associated Press la nomma aussi joueuse de l’année 2001.

A la fin du match, fière du travail accompli cette année, Ruth Riley était submergé par l’émotion incontestablement : « Je ne peux pas décrire cela. C’est la seule chose que je voulais (le titre). Pouvoir partager ça avec mes partenaires est incroyable. Nous avons travaillé si dur que c’est normal de finir la saison de cette manière. Tous ces lancers-francs que j’ai rentré après l’entraînement ont payé ». (fs.ncaa.org)

LA REMONTEE DE NOTRE DAME

Du coté des perdants, on a admis la forte domination de Riley : « Elle a été énorme à l’intérieur. Nous savions que ce serait un combat dans la raquette. J’aurai aimé que nous soyons capables d’élever un peu plus notre niveau de jeu. On doit rendre hommage à Ruth qui a très bien joué ». (Camille Cooper, interieur de Purdue, articles.baltimoresun.com).

« Riley a réalisé un grand match. S’il elle ne contrait pas les shoots, elle changeait son tir. Elle a pris beaucoup de rebonds. C’était sa soirée » (Katie Douglas, arrière de Purdue, auteur de 18 points et 5 passes)

Pourtant, les Boilermakers étaient bien partis dans cette finale : 32-26 à la mi-temps en leur faveur. Encaissant un 8-0 en presque trois minutes 34-32, Purdue retrouvait de l’allant par la suite (42-37 après 5:18 de jeu en deuxième mi-temps, 49-41 après 7:30). Notre Dame reviendra à 55 partout.

Arrivée à Notre Dame en 1997, Riley conclut ses 4 années universitaires en compilant de très jolies moyennes : 187 points (63,2 % aux tirs, 76,8 % aux lancers-francs), et 7,8 rebonds en 131 matchs. Diplômée en psychologie, elle scora 2072 points au total (dont 41 points contre Providence le 30 janvier 1998, son meilleur total en un match), prit 1007 rebonds (record de fac, dont 18 face à Duke le 21 novembre 1998 = record en un match ), et effectua 370 contres (8, son meilleur total contre Duke le même jour que son record de rebonds en un match).

La dernière action du match Notre Dame – Purdue 

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Richard Sengmany (354 Articles)
Découvrant le basket dans les années 90 grâce à la diffusion des matchs NBA sur Canal+, je rédige depuis plus de dix ans des articles sur la balle orange, sur d'autres disciplines sportives et la culture.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.