Breaking News

[NCAA] André Iguodala, le joueur polyvalent des Arizona Wildcats (2002-2004)

NCAA

Basket Rétro revient sur les parcours universitaires des joueurs NBA récompensés individuellement lors de la saison 2014-2015. On poursuit la série aujourd’hui avec André Iguodala, joueur élu MVP des Finales NBA avec les Golden State Warriors. Formé dans un lycée à Springfield, Iggy rejoint la NCAA et Arizona pour parfaire le développement de son jeu et devenir un joueur d’une extrême polyvalence. Détails sur sa formation.

Né le 28 janvier 1984 à Springfield dans l’Illinois, André Iguodala fréquente le lycée de Lanphier situé dans cette ville américaine. Fan du Fab Five de Michigan, d]es Bulls de Chicago et de Michael Jordan qu’il admirait à l’adolescence travaillant son fadeaway comme le célèbre numéro 23, l’ex-ailier des Sixers était très bon tant sur le plan scolaire que sur celui athlétique.

ÉTINCELANT A LANPHIER HIGH SCHOOL

Son coach Lawrence Thomas explique pour grantland.com  au sujet de Iguodala : « En tant que freshman, il jouait meneur de jeu bien qu’il était l’enfant le plus grand de l’équipe. Il n’était pas question que j’aille lui dire d’aller sous le panier juste parce qu’il étant l’enfant le plus grand ». (grantland.com)

En tant que junior dans cet établissement de Lanphier, Iguodala, joue au poste de meneur, se montrant à son aise en alignant des moyennes statistiques intéressantes en 2000-2001 avec l’équipe de basket : 13,1 points (58,8 % aux tirs); 6,2 rebonds, Pratiquant le saut en hauteur et le triple saut dans ce même lycée en parallèle, cette saison-là, il contribue pleinement au succès de Lanphier qui présente un bilan de 27 victoires et 3 défaites.

A l’été 2001, avec Lanphier Lions, Iguodala se montre époustouflant lors du tournoi AAU (Amateur Athletic Union, une organisation réunissant des lycées qui promeut le développement du sport amateur). Iguodala score 21 points de moyenne dans ce tournoi et se met en évidence en marquant le tir victorieux au buzzer pour donner le titre des moins de 17 ans à son équipe. Il est élu MVP de ce tournoi. Rich Mcbride, son coéquipier à Lanphier était ahuri de la rapide transformation d’Iguodala dans son basket : « J’ai vu sa progression depuis son année freshman, et chaque année, il grimpait en flèche. De son année junior à celle senior, de tous les joueurs, il est probablement celui qui a le mieux progressé parmi n’importe quel joueur que j’ai jamais vu jouer dans ma vie ».

Lors de sa saison senior au lycée, les stats du natif de l’Illinois augmentent (23,5 points ; 7,9 rebonds et 4,2 passes), menant son équipe à une nouvelle saison brillante : 32 victoires et 2 revers. Pour Associated Press, il fait partie du meilleur cinq des lycéens de l’Etat de l’Illinois. Lors d’un match de championnat de l’Illinois Class AA state, il score 29 points en plus de ses 6 rebonds et 4 passes. Avec son lycée, il finit second du championnat et est élu joueur de l’année par le Chicago Sun Times. Son profil intéresse alors les universités NCAA et selon recruitingusa.com, il est classé en 17ème position parmi tous les ailiers-forts de sa génération.

André Iguodala - Lanphier High School (c) Chris Young - Philly.com

André Iguodala – Lanphier High School (c) Chris Young – Philly.com

ARRIVÉE MANQUÉE A ARKANSAS

Amadoué par Maryland, Iguodala a réduit son choix à deux universités pour la NCAA : Kansas et Arkansas. A.I explique que ces deux facs l’ont séduit pour une raison particulière : « ces deux écoles étaient les seuls à me dire qu’il souhaitait me voir jouer au poste 1-3 (preuve de sa polyvalence) tandis que les autres écoles voulaient juste de moi au poste 3 (source : highschoolelite.com). Alors qu’on pensait qu’il allait jouer pour Arkansas après avoir signé « the letter of intent » (ndlr : il s‘agit d’un document remis à l’université attestant que le joueur s’engage à participer au championnat NCAA) en faveur des Razorbacks et visité le campus avec ses parents, Iguodala fait volte-face. La raison ? Le coach d’Arkansas Nolan Richardson s’est fait éjecter de son poste de head coach en 2002.

Il fait une croix sur Arkansas et opte cette année-là pour Arizona, coaché par Lute Olson, fac dans laquelle il évoluera aux côtés de joueurs qui vont rejoindre la NBA ultérieurement avec plus ou moins de longévité dans la Grande Ligue : Channing Frye, Luke Walton, Mustafa Shakur, Salim Stoudamire, et Hassan Adams. Lute Olson évoque un échange téléphonique avec Iggy sur sa possible arrivée à Arizona : « Quand il s’est libéré d’Arkansas, il m’a appelé pour savoir si nous étions toujours intéressés par lui. J’ai dit oui c’est le cas. Mais nous vous avons recruté une fois. Nous n’allons pas commencer à vous recruter de nouveau. Nous sommes intéressés par vous, mais seulement si vous allez venir avec nous ». (source : grantland.com).

UN JOUEUR RAFFERMI ENTRE SES DEUX SAISONS UNIVERSITAIRES A ARIZONA

André Iguodala - Arizona Wildcats (c) nbasource. blogspot.com

André Iguodala – Arizona Wildcats (c) nbasource. blogspot.com

Pour sa saison freshman (2002-2003) avec les Wildcats d’Arizona, Iguodala réalise son meilleur match pour sa première saison le 13 février 2003 face à UCLA : 18 points à 4/8 aux tirs et 8/8 aux lancers-francs. Le 21 décembre, face à Louisiana State, il prend 11 rebonds, soit son meilleur total dans cette catégorie stats. Iguodala vit aussi pour la première fois les phases finales NCAA, tournoi durant lequel sa fac atteint le Elite Eight (finale régionale dans la zone Ouest : défaite d’Arizona face à Kansas 78-75). Nommé dans l’équipe type parmi tous les Freshmen de la conférence Pac-10 (zone dans laquelle évolue Arizona en NCAA), l’ailier finit sa première année de fac avec des moyennes de 6,5 points, 4,9 rebonds et 2,1 passes en 32 matchs et 19,2 minutes de jeu. Olson indique qu’il a été un atout majeur lors de la saison freshman : « Il a pris beaucoup de rebonds défensifs et par conséquent on a fini avec beaucoup de séquences offensives et des contre-attaque grâce au joueur qu’il était ». (source : grantland.com)

IGGY DANS L’HISTOIRE D’ARIZONA AVEC SES 3 TRIPLE-DOUBLE

La saison suivante en tant que sophomore, Iguodala hausse son niveau de jeu et fait preuve à plusieurs reprises de sa polyvalence sur le parquet : shoots, rebonds, passes, qualités défensives et athlétiques, rapidité et générosité. Il signe son premier double-double en carrière universitaire avec 16 points et 13 rebonds suivi de 5 passes le 6 décembre à Saint-Louis. Il finit 10 matchs avec un double-double dont:

  • 10 points et 12 rebonds le 22 décembre contre San Diego State
  • 15 points et 11 rebonds le 10 janvier contre Stanford
  • 10 points et 15 rebonds le 29 janvier contre Washington State
  • 12 points, 11 rebonds et 7 passes le 7 mars contre Arizona State
  • 12 points et 16 rebonds (son record de la saison) + 3 passes le 28 février contre Washington State

Il réalise le 7ème triple-double dans l’histoire de la fac d’Arizona (le 17ème dans la conf Pac-10) soit le 1er de sa carrière : 13 points, 13 rebonds et 10 passes face au Texas le 6 décembre. Il réitère cette performance deux fois de plus lors de cette même saison:

  • 13 points, 11 rebonds et 11 passes contre Liberty le 28 décembre
  • 14 points (9/10 aux tirs), 11 rebonds et 10 passes + 5 interceptions contre UCLA le 14 février

André Iguodala est devenu avec Jason Kidd (4 triple-double avec les Golden Bears de California) un des seuls joueurs de l’histoire dans la conférence Pac-10 à réaliser 2 triple-doubles et plus lors d’une même saison universitaire. Il réalise d’ailleurs :

  • son premier match à 20 points et plus (23 unités) dont un shoot à deux points victorieux à 10 secondes de la fin du match + 9 rebonds et 5 passes le 30 décembre face à Louisiana-Lafayette.
  • Un match, le 5 février, avec 25 points accompagnés de 8 rebonds et 3 passes face à la fac de California.
  • 11 matchs avec 10 rebonds et plus.
André Iguodala - Arizona Wildcats (c) Mindofai9.com

André Iguodala – Arizona Wildcats (c) Mindofai9.com

Iguodala devient le premier joueur de l’histoire d’Arizona à être leader de l’équipe dans la catégorie à la fois des rebonds, des passes et des interceptions dans la même saison (2003-2004). Arizona, éliminé par Seton Hall au premier tour du tournoi NCAA 2004, Iguodala finit sa saison sophomore avec 12,6 points ; 8,2 rebonds et 4,3 passes. En deux saisons avec Arizona, il aura joué 62 matchs pour des moyennes de 9,4 points (594 au total) ; 6,6 rebonds (409) ; 3,4 passes (213 au total) ; 1,53 interceptions (95 au total).

Durant sa carrière universitaire, Iggy soulignait l’importance d’avoir côtoyé Walton qui l’a aidé à progresser. Selon lui, le fils de Bill Walton était un joueur modèle très important dans son apprentissage du basket, annonçant même à Olson qu’il voulait s’inspirer de son partenaire sur le terrain : « Walton a été génial pour moi. J’ai eu des bons chiffres au lycée. J’ai marqué beaucoup de points au lycée. Mais Luke m’a montré comment jouer au basket : comment apprendre à passer, comment se positionner soi-même, comment se sacrifier pour un coéquipier ». (source : Grantland). Partenaire pendant deux saisons à Arizona, Luke Walton affirmait qu’Iggy sera un futur très grand : « Il sera plus que jamais l’un des meilleurs joueurs à sortir de l’Arizona au moment où il le fera ». (source : Grantland).

André Iguodala et Luke Walton à Arizona (c) grantland.com

André Iguodala et Luke Walton à Arizona (c) grantland.com

A.I renonce ensuite à sa saison junior chez les Wildcats et annonce qu’il se présente à la Draft 2004 qui s’est déroulé à New-York au Madison Square Garden.  « Je trouvais que c’est le bon moment pour moi que je réalise mon rêve de toujours, jouer en NBA ». (source : tucson.com). A la fin de la saison, il engage un agent qui n’est autre celui qui a représente des joueurs NBA comme Kobe Bryant, Carlos Boozer ou encore Gérald Wallace : Rob Pelinka

Avant de savoir en juin 2004 quelle est la franchise NBA qui le drafte, Iguodala poursuit ses efforts avec du travail individuel « Tout ce que je faisais était de shooter, shooter et shooter toute la journée ». Il prenait 600 tirs par jour. Lute Olsen n’était pas surpris par la progression de l’ailier qui l’a entrainé pendant deux saisons : « Il a effectué d’immense entraînements. Et il a commencé à vraiment très bien shooter ». D’autres observateurs mettaient en avant la polyvalence de Iggy, qui rappelait totalement le jeu de Scottie Pippen, ce que le joueur a affirmé : « Je le pense, être proche et d’être capable de faire beaucoup de choses, être polyvalent. Pippen pouvait aller au panier, prendre des rebonds. C’était un immense joueur dans son ensemble. Et c’est ce dont je veux faire quand j’intégrerais la Ligue. Etre bon sur tous les coins du terrain ».

André Iguodala et son coach Lute Olsen à Arizona (c) arizonawildcats.com

André Iguodala et son coach Lute Olsen à Arizona (c) arizonawildcats.com

Ryan Blake, un scout NBA était admiratif du profil du joueur « Je connais beaucoup de gars comme lui qui peuvent jouer à plusieurs postes. Il a beaucoup de talent et c’est un joueur d’équipe. Un gars qui peut jouer pour lui-même et les autres le rend complet. Ajoutez-y son intelligence et ses capacités athlétiques. C’est un bon choix. (source : tucsoncitizen.com)

D’après les pronostics en coulisses, Chicago, Dallas, Atlanta et Philadelphia sont les 4 équipes intéressées par Iguodala. Une rumeur court indiquant que les Bulls le choisiraient en troisième position. Un sacré clin d’œil pour celui qui est né dans l’Illinois. Or, ce sont les 76ers qui vont le sélectionner en neuvième position, Chicago ayant choisi Ben Gordon. Iguodala devient le 11ème joueur d’Arizona sous l’ère Lute Olson à rejoindre les rangs de la NBA et être choisi au premier tour d’une draft après :

  • Sean Elliott : 3e par les San Antonio Spurs en 1989
  • Anthony Cook, 24e par Phoenix en 1989
  • Brian Williams, 10e par Orlando en 1991
  • Chris Mills, 22e par Cleveland en 1993
  • Khalid Reeves, 12e par Miami en 1994
  • Damon Stoudamire, 7e par Toronto Raptors en 1995
  • Mike Bibby, 2e par Vancouver Grizzlies en 1998
  • Michael Dickerson, 14e par Houston en 1998
  • Jason Terry, 10e par Atlanta en 1999
  • Richard Jefferson, 13e par Houston Rockets en 2001

« Sur le potentiel pur, c’est un des meilleurs joueurs au rebond. Et les Sixers ont longtemps cherché un backcourt pour enlever un peu de pression à Allen Iverson. Iguodala ne prendra pas les shoots à la place de A.I ou Glenn Robinson mais il peut être ce joueur pot de colle qui peut rendre une équipe meilleure », selon CBSsportsline.com Philadelphia. Iggy foulera les parquets de la NBA et celui des Sixers, passant huit saisons en Pennsylvanie. Toujours aussi polyvalent lors de ses années à Philly, Iguodala réalise sa meilleure saison en attaque avec les Sixers en scorant près de 20 points par match en 2007-2008 (4 matchs à 30 points et plus ; 39 matchs à 20 points et plus notamment)

HIGHLIGHTS D’ANDRE IGUODOLA A L’UNIVERSITÉ

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Richard Sengmany (357 Articles)
Découvrant le basket dans les années 90 grâce à la diffusion des matchs NBA sur Canal+, je rédige depuis plus de dix ans des articles sur la balle orange, sur d'autres disciplines sportives et la culture.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.