Breaking News

[NCAA] Stephen Curry, le pistolero de Davidson durant 3 saisons (2006-2009)

NCAA

Basket Rétro revient sur les parcours universitaires des joueurs NBA récompensés individuellement lors de la saison 2014-2015. Focus aujourd’hui sur le MVP: Stephen Curry. En 2006, le meneur de jeu atterrit à Davidson. La faculté du Nord de la Caroline tient alors un joyau et un shooteur de feu pour mener son attaque lors de la saison universitaire jusqu’en 2009, année de son départ pour la NBA. Précisions.

A l’instar de Lebron James, Stephen Curry est né à Akron dans l’Ohio. Mais c’est du côté de la Caroline du Nord à Charlotte que le joueur actuel des Warriors a grandi, ville dans laquelle son père Dell a joué sous la tunique des Hornets. Le père transmet alors le virus du basket à son fils. De 1999 à 2002, Dell Curry joue aux Toronto Raptors. Son fils, Stephen le suit en 2001 et rejoint alors le lycée de la Queensway Christian College à Etobicoke près de Toronto.

RETOUR EN CAROLINE DU NORD A LA CHARLOTTE CHRISTIAN

Stephen Curry ballon en main pour les Charlotte Christian (c) charlotte observer

Stephen Curry ballon en main pour les Charlotte Christian (c) charlotte observer

En 2002, Curry regagne Charlotte pour continuer à acquérir ses connaissances du basket. Il pose donc ses pieds au Charlotte Christian, surnommés les Knights, établissement avec lequel il remporte trois titres de conférence. Shonn Brown, son coach pendant 4 années au Charlotte Christian mettait en avant les qualités indéniables de basketteur de Curry. Il tenait clairement celles-ci de son père Dell : « il pouvait toujours shooter et il adorait vraiment jouer au basket, c’est ce dont je me rappelle le plus. Shooter, manier le ballon, passer, étaient ses grandes qualités. Il essayait toujours de trouver ses partenaires pour faire une bonne passe et vous étiez toujours un peu surpris de la façon dont il shootait depuis de longues distances. Il était si petit.  Vous pourriez le dire, s’il prend du poids, il pourrait finir par devenir un sacré bon joueur». (Source : www.charlotteobserver.com).

Et cette remarque fait référence à la morphologie de Curry, jugé très maigre et très frêle. Mais plus tard, le jeune joueur démontrera que des joueurs de son gabarit peuvent faire la différence et évoluer à un bon niveau sur les terrains.

Comme la plupart des jeunes lycéens, Curry quitte la « high school » pour rentrer à l’université. Il veut alors rejoindre les rangs des Hokies de Virginia Tech, fac où à évoluer son père. Mais l’université de Blacksburg dans l’Etat de la Virginie ne peut lui promettre que le statut de walk-on (ndlr : un joueur sans bourse d’étude). Aucune grande fac NCAA n’estime qu’il soit intéressant de l’intégrer dans un roster. Or, trois universités méconnues se manifestent : Virginia Commonwealth University (VCU), Winthrop et Davidson. Curry opte pour la fac située en Caroline du Nord surnommée les Wildcats comme Kentucky. Il reste alors en Caroline du Nord où il sera coaché par Bob McKillop, coach de Davidson depuis 1989.

Stephen Curry sous le maillot du lycée de la Charlotte Christian (c) Charlotte Christian communications

Stephen Curry sous le maillot du lycée de la Charlotte Christian (c) Charlotte Christian communications

SAISON 2006-2007 : CURRY DÉBARQUE A DAVIDSON OU LE PUBLIC LE DECOUVRE

Posant alors ses valises en 2006, pour son premier universitaire avec Davidson, Curry réalise, pourrait-on dire un drôle de double-double. Contre Eastern Michigan, il score 15 points mais perd 13 ballons. Au match suivant, il se rattrape et finit la rencontre comme il a actuellement l’habitude de faire sous le maillot des Warriors : 32 points, 4 passes et 9 rebonds. La fac de Davidson effectue notamment une belle saison universitaire (29 victoires et 5 défaites), sous l’impulsion notamment d’un très bon Curry qui score en moyenne 21,5 points, prend 4,6 rebonds et délivre 2,8 passes, le tout en 34 matchs dont 33 en tant que titulaire. 

Stephen Curry lors d'un match face à Duke (c) Ben McKeown -wralsportsfan com

Stephen Curry lors d’un match face à Duke (c) Ben McKeown -wralsportsfan com

Ce bilan positif permet à l’université de remporter le titre de la Southern Conference (= SoCon : zone dans laquelle évolue Davidson en saison régulière). Parmi tous les freshmans NCAA de cette saison, il est le deuxième meilleur marqueur de première année derrière un certain Kevin Durant (25,8 points avec la fac du Texas). Le 2 mars 2007, Curry bat le record du nombre de tirs à trois points réussis en une saison : 113. Il inscrit ce 113ème tir lors de la demi-finale de la SoCon face à Furman, match que gagne Davidson 91-68. Curry efface ainsi le record précédent détenu par Keydren Clark (ex-joueur de Nanterre et de Nancy), avec St Peter’s. Le 15 mars 2007, il finit meilleur marqueur de son équipe avec 30 points mais ne parvient pas à éviter la défaite des siens lors du huitième de finale régionale dans la zone Midwest face à Maryland (82-70).

A l’issue de son excellente première saison, Curry reçoit plusieurs distinctions individuelles : freshman de l’année dans la SoCon ; MVP du tournoi de la SoCon ; figure parmi l’équipe type du tournoi de la SoCon ; figure parmi l’équipe type de tous les Freshman de la saison 2006-2007. Ses bonnes performances lui permettent d’obtenir sa place pour le championnat du monde des moins de 19 ans avec Team USA, sélection avec laquelle il obtient la médaille d’argent. Il conclut cette compétition internationale avec des moyennes de 9,4 points ; 3,8 rebonds et 2,2 passes.

SAISON 2007-2008 : UN CURRY QUI RÉGALE DAVIDSON AU TOURNOI NCAA

La joie de Stephen Curry après avoir éliminé Gonzaga en 2008 avec Davidson (c) Jeff Siner/Charlotte Observer/MCT)

La joie de Stephen Curry après avoir éliminé Gonzaga en 2008 avec Davidson (c) Jeff Siner/Charlotte Observer/MCT)

Curry entame sa saison sophomore avec Davidson. Sa moyenne de points augmente avec 25,5 points et il obtient les mêmes moyennes au niveau des rebonds (4,7) et des passes (2,8). La fac maintient son excellent niveau et termine la saison régulière 2007-2008 avec un bilan de 26 victoires et 6 défaites. Davidson obtient le droit de jouer le tournoi NCAA pour la troisième fois consécutive (deux pour Curry). Le 21 juin 2008, Curry est le joueur du match face à Gonzaga lors du huitième de finale régionale. Malgré leurs 11 points d’avance, Gonzaga va voir son adversaire revenir dans le match et notamment un Steph Curry chaud bouillant aux shoots. Il plante après la pause 30 points en plus des 10 inscrits en première période. Avec 40 points dont un 8/10 derrière l’arc, il donne la victoire à Davidson 82-76. C’est la première victoire des Wildcats dans un tournoi NCAA depuis 1969, soit près de 39 ans.

A la fin du match, Curry soulignait qu’il ne s’était pas mis de pression et avait abordé ce match couperet sans changer ses habitudes : « Je prépare chaque match de la même manière avec la même approche. Donc ce n’est rien de différent pour moi. Je m’échauffais et shootais de la même façon. Je voulais pas être emporté par l’atmosphère ». Son coach Bob McKillop comparait la performance de Curry à une prestation remarquable d’un artiste : C’était comme une première d’un spectacle durant laquelle la star brillait à Broadway. Et il était une star lequel était bien entouré. Le public a été sensationnel. Il y avait beaucoup de musique, de bonnes chansons et beaucoup de danse ». (source : sports.espn.go.com)

Stephen Curry après la victoire contre Georgetown (c) Kevin C. Cox - Getty Images

Stephen Curry après la victoire contre Georgetown (c) Kevin C. Cox – Getty Images

Deux jours plus tard, Curry enflamme ce tournoi NCAA en quart de finale régionale face au favori de la rencontre, les Hoyas de Georgetown, équipe dans laquelle évolue Roy Hibbert, l’ex pivot des Pacers. Alors que la fac de Washington semble dominer Davidson à la mi-temps (37-28) et ses 17 points d’avance au cours de la deuxième mi-temps, Davidson revient une nouvelle fois dans le match et compte sur son homme providentiel, Curry. Le meneur rentre 25 de se 30 unités 5 (+ 3 rebonds et 5 passes à la fin du match) en seconde période. Grâce au joueur qui porte le numéro 30, Davidson rafle un succès de 4 points (74-70) avec une deuxième mi-temps bien maîtrisé (47-32). Avec ce nouveau succès, Davidson et Curry s’envolent pour le Sweet Sixteen (demi-finale régionale). Après la rencontre, Curry expliquait qu’il était bien en phase avec son tir durant ce soir de match : « J’avais confiance pour prendre les tirs à chaque fois que je le faisais. Sur le terrain, c’est mon jeu : prendre ses appuis sur ses pieds pour rentrer les shoots. Je me sentais bien quand je commençais à prendre des tirs » (source : scores.espn.go.com).

A ce stade de la compétition, le 28 mars 2008, Curry enchaîne avec une nouvelle performance exceptionnelle. Auteur de 33 points, Davidson remporte aisément sa demi-finale régionale contre Wisconsin 73-56. Les Wildcats se hissent au Elite 8 (finale régionale), une première depuis 1969. A cet instant, après Clyde Lovelette, Jerry Chambers et Glenn Robinson, Stephen Curry devient le quatrième joueur universitaire à marquer au moins 30 points lors de ces 4 premiers matchs de phases finales dans un tournoi NCAA (en l’occurrence les 3 premiers en 2008 + celui joué en 2007 : défaite contre Maryland).

Par la même occasion, Curry inscrit son 158ème shoot à trois-points de la saison lors de cette demi, égalant le record de Darrin Fitzgerald, qui a réalisé la même prouesse avec la fac de Butler. Curry le dépasse avec son 159ème tir réussi derrière l’arc lors de la finale régionale face à Kansas. Cette fois-ci, ce soir du 30 mars 2008, Davidson ne créera pas un nouvel exploit face aux Jayhawks. Défaite de Davidson 59-57 malgré les 25 unités de Curry. Sur ces 4 matchs joués par Davidson lors de ce tournoi NCAA, Curry aura tourné à 32 points par match, âgé alors de 20 ans. Tout simplement fantastique, sublime.

Grâce à ses cartons offensifs, il est fort logiquement élu Most Outstanding Player du tournoi NCAA dans la zone Midwest et devient le premier joueur d’une équipe qui ne se trouve pas au Final Four à recevoir ce trophée d’honneur. Une première depuis Juwan Howard en 1994. A l’issue de sa saison sophomore, Curry annonce son intention de vouloir rester une année de plus à Davidson. Il effectue alors sa saison junior.

SAISON 2008-2009 : MEILLEUR MARQUEUR DE LA FAC DE DAVIDSON ALL-TIME

Le meneur natif d’Akron ne s’arrête pas en si bon chemin et va continuer à écœurer les défenses adverses en multipliant les bons matchs en attaque pour sa troisième année. Curry continue donc sur sa lancée et de sa folle série de performance d’attaque au tournoi NCAA 2008. Le 18 novembre 2008, il plante 44 points, son plus gros score de la saison, face à Oklahoma mais son équipe perd 82-78. Il réitère la même performance face à North Carolina State lors de la victoire des Wildcats 72-67 le 7 décembre 2008. Ce soir-là, à la Time Warner Cable Arena, Lebron James est sur place pour voir Stephen Curry, avec qui il est très ami. C’est ce que ESPN nous apprend sur son site. King James a profité de son passage à Charlotte avec son club de de Cleveland qui avait joué la veille contre les Bobcats, pour assister à ce match universitaire de son pote Curry.

Curry inscrit dans ce match un tir à 3 points décisif permettant à son équipe de mener de 4 points : 70-66. Lebron James analysait ce tir important de Curry : « il fallait juste un peu de place (pour tirer) et vous ne pouvez pas lui donner beaucoup d’espace. C’était un gros shoot ». Suite à ce shoot, Curry racontait « j’ai dirigé mon regard vers James en le pointant du doigt. Ensuite mes coéquipiers sont venus vers moi et nous nous sommes tous dirigés vers le banc. Il y avait un peu d’excitation ». (source : sports.espn.go.com).

Curry expliquait  même pour Espn que James encourageait Davidson et que celui-ci avait contacté Curry par texto pour peut-être aller voir ce match : « Ses réactions étaient cool à voir envers nous sur le terrain. C’était du pur divertissement.  Nous nous sommes amusés. Et les gens ont apprécié. C’était vraiment cool, spécialement pour lui. Il m’avait envoyé un sms le matin du match me souhaitant bonne chance et me disait qu’allait essayer de venir au match. Je m’attendais pas à ce qu’il vienne ». James est alors arrivé à la Time Warner au moment où il restait 14 minutes de jeu en première période et que Davidson était mené de 9 points : 16-7.

Stephen Curry - Davidson (c) Gregory Shamus - Getty Images Sport

Stephen Curry – Davidson (c) Gregory Shamus – Getty Images Sport

Durant la saison 2008-2009, Curry enchaîne aussi 7 matchs avec au moins 25 points marqués. Le 21 novembre, il délivre 13 passes, son record dans cette catégorie, accompagnés de 30 points lors de la large victoire de Davidson face à Winthrop 97-70. Le 25 novembre, capable de récitals offensifs depuis son arrivée à Davidson, Curry se dérègle face à Loyola en n’inscrivant aucun point. La tactique de Loyola état de faire systématiquement prise à deux sur Curry pour éviter alors qu’il prenne feu en attaque. C’est son seul match à zéro point dans un match universitaire et le deuxième en marquant moins de 10 points. Malgré une panne en attaque pour Curry avec un 0/3 et peu de shoots pris inhabituellement, Davidson s’impose tout de même aisément de 30 points face à Loyola : 78-48.

Le 3 janvier 2009, avec notamment 21 points marqués contre Samford, Curry atteint la barre symbolique des 2000 points avec Davidson. Près de deux mois plus tard, le 28 février 2009, le meneur devient le meilleur scoreur de l’histoire de Davidson. Lors du succès d’éclat des Wildcats ce soir-là face à Georgia Southern (99-56), Curry termine le match avec 34 points, il inscrit au total alors 2 488 points dépassant le record précédent de John Gerdy. Avec les nouvelles prestations de feu de Curry, Davidson termine premier du championnat de la SoCon avec un bilan de 18 victoires et 2 défaites.

Après cette saison régulière, les équipes de la SoCon jouent le tournoi éliminatoire. En quart de finale face à Appalachian State (84-68), Curry, une fois de plus, faire parler la poudre avec 43 unités, soit le troisième meilleur total de points inscrits dans cette compétition. En demi-finale, face à Charleston College, Davidson s’incline 59-52 avec 20 points de Curry. Les Wildcats ne participeront pas au tournoi NCAA 2009 mais jouent le NIT (National Invitation Tournament), un tournoi regroupant 32 universités n’ayant pas obtenu leur billet pour le tournoi NCAA. Au premier tour de ce tournoi, Davidson bat 70-63 South Carolina avec 32 points de Curry. Au second tour, Davidson s’incline 80-68 malgré une nouvelle prestation éblouissante de Curry: 26 points, 9 rebonds et 5 passes.

Bob Mckillop, coach de Curry pendant 3 ans à Davidson (c) Charlotte Observer

Bob Mckillop, coach de Curry pendant 3 ans à Davidson (c) Charlotte Observer

Cette défaite est synonyme de fin de saison pour Davidson. Stephen Curry a délivré des moyennes statistiques qui se sont amplifiées d’une saison à l’autre : 28,6 points ; 5,6 passes et 2,5 interceptions. Seuls sa moyenne de rebonds n’a pas bougé : 4,4. Il est le meilleur scoreur de toute la NCAA lors de cette saison 2008-2009 : 974 points en 34 matchs. Curry n’effectuera pas sa saison senior. Après 3 saisons sublimes à Davidson, Curry laisse une empreinte remarquable dans cette fac de Charlotte qu’est Davidson, qui a découvert peut-être aux alentours de la ville non seulement les Harley mais aussi un serial shooteur. Le prodigieux Curry devient alors pour Davidson :

  • le meilleur marqueur all-time de Davidson : 2635
  • le meilleur marqueur à trois-points de Davidson : 414
  • le meilleur marqueur à 30 reprises avec 30 points et plus en 104 matchs
  • le meilleur marqueur à 6 reprises avec 40 points et plus en 104 points
  • meilleur intercepteur de Davidson dans une saison : 86 en 2008-2009

Curry se présente ensuite à la draft 2009 où il sera choisi en septième position par les Golden State Warriors. Une page se tourne et une nouvelle aventure commence pour le shooteur fou de Davidson : « J’ai été ancrée dans ce programme universitaire. L’idée de quitter mes coéquipiers, le staff du coach, et la famille qui ont été une partie de moi pendant trois ans, cela va prendre quelque temps pour réaliser ce que cela signifie en réalité. Mais le côté avantageux est que j’ai une superbe occasion (rejoindre la NBA), donc je suis enthousiasmé ». (source : www.sportingnews.com)

Son coach Bob McKillop exprimait sa fierté d’avoir vu grandir et pu compter sur Curry à Davidson « Il a travaillé si dur sur le plan universitaire ici et il a été un étudiant et un athlète modèle ici. Je suis attristé pour l’inachèvement du processus (ndlr : ne pas aller au bout du système universitaire et donc de valider son année senior), mais je suis ravi de ce qu’il a accompli, de ce qu’il laisse derrière lui et de l’opportunité qu’il attend (la NBA). (source : www.sportingnews.com)

De Davidson à Golden State, au fil des saisons NBA, Curry ne cesse de montrer tout son talent offensif et s‘est imposé comme un des joueurs dominateurs sur les parquets nord-américain faisant vibrer alors le public d’Oakland. L’éclatante ascension de Curry a été marquée l’été dernier par son premier titre NBA et celui de MVP de la saison régulière.

LES 40 POINTS DE STEPHEN CURRY EN 2008

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Richard Sengmany (361 Articles)
Découvrant le basket dans les années 90 grâce à la diffusion des matchs NBA sur Canal+, je rédige depuis plus de dix ans des articles sur la balle orange, sur d'autres disciplines sportives et la culture.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.