Breaking News

[Dossier] Les transferts les plus marquants dans l’histoire de la Deadline (partie 2)

Dossier

Chaque année, on attend avec impatience ce moment décisif où un transfert peut tout changer au sein d’une équipe. Force est de constater que très souvent, on en ressort déçus car rien ne se passe comme on le voudrait avec le nombre insolent de rumeurs qui ont circulé pendant de nombreuses semaines et jusqu’à la dernière minute.

Voici donc un recap des transferts qui ont marqué de leur empreinte l’histoire de la NBA, que ce soit bon ou catastrophique, que ça donne l’avantage à une franchise et décrédibilise l’autre, voir dans certains cas, les deux. Après les années 80-90, retour les années 2000 à de nos jours.

Pau Gasol 2008 (Memphis > L.A Lakers)

Pau Gasol - LA LakersArnaque, vol, complot! Tous les mots ont fusé en ce jour du 1er février 2008. En échange de l’intérieur catalan en sérieuse perte de vitesse et de motivation avec les Grizzlies, les Lakers donnent en échange Kwame Brown, Javaris Crittenton et 2 tours de drafts ainsi que le plus important, les droits sur Marc Gasol, le frangin. Si depuis, ce transfert semble être plus équilibré qu’on le pensait, il a fallu du temps et malgré les bons résultats de Memphis et la progression de Marc, la cicatrisation est loin d’être oubliée. Avec Pau, c’est la finale quelques mois après, perdue face aux Celtics. Mais 2009 et 2010, c’est un Gasol dominateur qui va mener les Lakers avec Kobe et Lamar Odom à 2 titres NBA.

Rasheed Wallace 2004 (Atlanta > Detroit)

Rasheed Wallace - Pistons2 ans que Detroit revit, mais qui n’arrive pas à concrétiser, comme s’il manquait une dernière pièce. Quand Portland échange le Sheed à Atlanta, Dumars saute sur l’occasion et c’est Boston qui va filer un coup de main. Un échange entre 3 franchises, Bob Sura, Zeljko Rebraca, Chris Mills et un futur 1st round (Josh Smith) à Atlanta, Chucky Atkins, Lindsey Hunter et aussi 1 1st round pick (Tony Allen) à Boston et Wallace + Mike James à Detroit. Chacun a gagné plus au moins sa part, Josh Smith devient un joueur importaant au sein des Hawks et Tony Allen un sérieux stoppeur en défense chez les Celtics.

Hunter coupé dans la foulée revient à Detroit pour compléter l’effectif et forme une triplette de meneurs très efficace avec James et Billups. Il manquait un intérieur dangereux, au poste, capable de s’écarter et bon défenseur, Sheed était parfait dans ce rôle. La peur de le voir péter les plombs comme à Portland s’est vite évaporée, sa rage et son envie ont déteint sur ses coéquipiers. New Jersey et Indiana vaincus, une finale incroyable remportée haut la main contre les stars de Los Angeles, une finale perdue mais en 7 matchs contre les Spurs, 3 finales de conférence successives par la suite. C’était le temps où Dumars avait du flair!

Ray Allen/Gary Payton 2003 (Milwaukee – Seattle)

Ray Allen - Gary PaytonLe 20 février 2003, un gros transfert a lieu avec un échange entre 2 superstars. Gary Payton fait ses adieux à Seattle après 12 ans de bons et loyaux services en échange de Ray Allen, encore très jeune et avec qui, les Sonics veulent reconstruire. Là encore, c’est un échec. Non seulement, Seattle ne trouve pas les joueurs pour entourer l’ex shooteur des Bucks, mais en dehors de la campagne 2004-2005, surprenante, où ils ont été jusqu’en demi-finale de conférence face aux Spurs, Seattle n’a jamais été en playoffs et Ray sera transféré à l’été 2007 à Boston pour former le Big Three qu’on a bien connu. Pour Payton, l’aventure à Milwaukee a été bien plus courte, il n’est resté que pour la fin de saison 2003 formant un backcourt de qualité avec Sam Cassell et donnant de sérieuses difficultés aux futurs finalistes, les Nets, au premier tour. C’était la dernière fois que l’on voyait « The Glove » à son meilleur niveau.

Il signe chez les Lakers avec Karl Malone à l’été 2003, puis joue pour Boston et enfin gagne sa bague chez le Heat de Miami en 2006. On n’oublie pas de mentionner les autres joueurs qui ont fait parti de ce trade. Desmond Mason avait accompagné Payton, continuant de faire plaisir à la foule de ses dunks et alley hoop spectaculaires et pour les Sonics, Ronald « Flip » Murray s’était révélé au début de la saison 2003-2004 où il cartonnait (20 pts de moyenne) avant que Ray ne revienne de blessure et qu’il tombe de nouveau dans l’oubli malgré quelques bons passages à Detroit ou Cleveland par la suite. Ayant bénéficié d’un 1st pick dans cet échange, Seattle drafte le meneur Luke Ridnour, une bonne pioche. Ce transfert confirme qu’un échange de 2 joueurs majeurs n’est pas forcement bénéfique.

Dikembe Mutombo 2001 (Atlanta > Philadelphia)

Dikembe Mutombo - 76ers 2001Le succès n’a duré que quelques mois. Les fans étaient plutôt dubitatifs, trop cher et trop « vieux ». Les 76ers de 2000-2001, c’était l’équipe au top de la conférence est, mais 2 facteurs importants vont chambouler leurs plans. Tout d’abord, la blessure de Theo Ratliff, contreur fabuleux, jeune et athlétique, out pour la saison. Ensuite au cours du All Star Game à Washington, Larry Brown coach de l’est voit en Dikembe Mutombo, l’ultime rempart, le pivot qui leur faut pour viser le titre. Deke termine avec 22 rebonds et l’est avec une victoire impensable contre les cadors de l’ouest. Le 22 février, Mutombo est envoyé à Philadelphia contre Toni Kukoc, Theo Ratliff blessé et Nazr Mohammed. L’ailier croate retrouve des couleurs après une cohabitation difficile avec Iverson et Ratliff fait son retour la saison suivante, mais Atlanta doit attendre 7 ans avant de revenir en playoffs. Quand aux Sixers avec Iverson en scoreur et Mutombo en muraille, ils remportent la division Atlantic, numéro 1 à l’est et finaliste courageux contre les invincibles Lakers!

Deron Williams 2011 (Utah > New Jersey)

Deron Williams - Nets 2011En voyant Melo partir chez les Knicks, les rivaux voulaient aussi obtenir un gros poisson. Finalement, ils font venir Deron Williams, indésirable à Utah après l’histoire tumultueuse autour de Jerry Sloan, en donnant en contrepartie, Devin Harris, le prometteur Derrick Favors et un futur 1st round, Enes Kanter. Un risque élevé car D-Will est agent libre et ne donne aucune assurance à vouloir rester dans le New Jersey, à moins de bâtir quelque chose de solide. Le déménagement à Brooklyn a été un facteur important de même qu’un gros salaire, hélas, de multiples pépins vont altérer son niveau, lui qui faisait parti du top 3 des meneurs…

Carmelo Anthony 2011 (Denver > New York)

Carmelo Anthony - Knicks 2011Le dernier gros transfert de la deadline à ce jour! Beaucoup de fans se sont décomposés ce jour-là et en voyant les joueurs que New York a dû sacrifier pour faire venir Melo, il y avait de quoi être méfiant. Les Knicks tournent bien avec un effectif équilibré autour d’Amaré Stoudemire, monstrueux depuis son arrivée à la Big Apple. Mais il en faut plus pour les dirigeants, une autre superstar pour former un duo dévastateur. L’italien Danilo Gallinari, Wilson Chandler, Raymond Felton, Timofey Mozgov et un 1st pick de 2014 partent dans le Colorado où mis à part Felton, s’en sortent bien et Denver aussi! Il a fallu une 3ème franchise pour aider les Knicks à réaliser ce trade, les Wolves ont obtenu le contrat boulet d’Eddy Curry et le jeune Anthony Randolph.

NY accueille donc Melo, Chauncey Billups, Anthony Carter, Renaldo Balkman et Shelden Williams. Les 2 derniers cités ne jouent presque pas, Carter apporte ce qu’il peut en playoffs notamment à cause de la blessure de Billups et quand à Anthony, les Knicks retrouvent les playoffs après 10 ans d’absence, prend un sweep d’entrée avec Boston, évite de peu la même sanction contre Miami en 2012 et enfin une année fructueuse en 2013, mais des playoffs foireux. Depuis, les Knicks sont en totale reconstruction où seul Melo fait encore parti de l’effectif démantelé de 2013 avec l’arrivée au pouvoir de Phil Jackson.

Jason Kidd/Devin Harris 2008 (Dallas – New Jersey)

Jason Kidd - Devin Harris 2008Après avoir porté les Nets sur ses épaules et avoir goûté 2 ans consécutifs aux Finales NBA, Jason Kidd sait qu’il ne peut gagner le titre suprême avec eux. C’est en février 2008 qu’il retourne là où sa carrière a commencé, Dallas. On laisse de côté Malik Allen et Antoine Wright qui l’ont accompagné vu qu’ils ne font pas long feu. Nombreux furent sceptiques, Kidd est vieux et se fait marcher dessus par Chris Paul en playoffs. 2009 et 2010 ne sont guère mieux, sauf qu’on constate une certaine progression dans son tir extérieur. Les différentes acquisitions et l’alchimie font des Mavs, le champion NBA en 2011, Jason remporte enfin sa bague depuis ses débuts en 1994! Les Nets sombrent peu à peu, Devin Harris est excellent mais perd inexplicablement ses talents en quelques mois, dommage.

Gerald Wallace 2011 (Charlotte > Portland)

Gerald Wallace - PortlandIl était le seul joueur à avoir une bonne valeur marchande dans l’effectif des Bobcats. Les résultats étant catastrophiques, il fallait réagir et c’est donc le 24 février 2011 que G-Will fait ses bagages pour Portland. Le package en retour fait peur: Dante Cunningham, le neo zélandais Sean Marks, le toujours blessé Joel Przybilla, un premier tour de draft 2011 (qui s’avère être Tobias Harris) et un futur 1st round 2013, + du cash. Pendant que Wallace joue les playoffs face à Dallas, les Bobcats continuent leur descente aux enfers et sur les 2 ans qui ont suivi, la franchise de Jordan n’a gagné que 20% de ses matchs et tous les joueurs arrivés lors de ce transfert ne sont plus là…

Kendrick Perkins/Jeff Green 2011 (Oklahoma City – Boston)

Kendrick Perkins - OKCMême jour et même année, les fans et les joueurs de Boston sont sous le choc. Danny Ainge se sépare de leur pivot Kendrick Perkins pour aller dénicher un ailier prometteur, Jeff Green. Les Celtics se retrouvent ainsi démunis à l’intérieur, l’idée de Ainge étant de donner du sang neuf à l’effectif vieillissant des verts. Le Thunder possède déjà Durant, Westbrook et Harden, et ne veulent pas s’encombrer d’un futur contrat à négocier avec Green. Ils espèrent aussi obtenir avec Perkins, le pivot qui manquait pour aller loin en playoffs, l’arme contre Bynum et Gasol par exemple.

Perkins est accompagné de Nate Robinson en échange donc de Green, Nenad Krstic, du cash et un premier tour de draft 2012 (Fab Melo). Que ce soit Krstic ou Cryptonate, aucun n’a fait long feu et n’a apporté quoi que ce soit, Robinson étant coupé quelques mois plus tard. Quand aux acteurs principaux… Perkins signe une extension de 22 millions sur 4 ans, une énorme erreur quand on voit et constate son inutilité et pour Green, son problème de coeur d’entrée n’a pas effrayé Ainge qui lui offre 9 millions la saison sur 4 ans. Depuis et ceux malgré quelques perfs intéressantes (son énorme match face à Lebron en 2013), il n’est qu’une déception à tel point qu’actuellement, Ainge est à l’écoute pour des offres à encontre.

Nick Van Exel/Juwan Howard 2002 (Dallas – Denver)

Nick Van Exel - MavsPersonne ne pouvait se douter que Nick The Quick allait apporter autant à Dallas, même si ça n’a duré qu’un an. Le 21 février 2002, Mark Cuban cherche un vrai booster offensif pour bonifier le banc des Mavs. Juwan Howard ayant déçu et mal utilisé, il est expédié à Denver en compagnie d’un joueur quelconque (Donnel Harvey), du cash et un futur 1er tour de draft. Les Texans voient arriver Van Exel, Raef Lafrentz, Tariq Abdul Wahad et le vieux Avery Johnson. Si la première saison n’a pas connu le succès escompté (éliminés en demi-finale 4-1 par les Kings), la suivante en 2003 a permis à Dallas d’atteindre la finale de conférence, une première depuis 1988 pour la franchise! Un Nowitzki impérial jusqu’à sa malheureuse blessure face aux Spurs et une nouvelle demi-finale contre Sacramento. Les Kings vont tout donner après la blessure de Chris Webber (celle qui a changé sa carrière…) et au bout d’une série acharnée de 7 matchs, prendre leur revanche. Au cours de cette série en tant que 6ème homme, Van Exel a tourné à 25,3 pts, le facteur X!

Shaquille O’Neal/Shawn Marion 2008 (Phoenix – Miami)

Shaq-Marion 2008« Si ça marche, on peut gagner le titre, si ça foire, je saute ». Steve Kerr alors GM des Suns tente le coup de poker le 6 février 2008. Shawn Marion était à Phoenix depuis 1999, il fait ses bagages à Miami au cours d’une saison catastrophique pour la franchise Floridienne (15 victoires au total!) avec Marcus Banks pour équilibrer la masse salariale que représente le futur « Big Cactus ». Shaq et Stoud dans la raquette, c’est potentiellement monstrueux, surtout que Nash est toujours là. Malheureusement, l’apport de O’Neal s’avère un échec, trop peu de temps pour réussir à jouer avec l’ensemble de l’effectif et aussi de s’habituer aux systèmes de run and gun de Mike D’Antoni. Un premier tour empoisonné avec la confrontation contre les Spurs d’entrée, un Game 1 historique avec le panier primé ultra clutch de Duncan qui brise le moral des Suns, défaite 4-1. L’année suivante, même avec les cartons de Stoudemire, Phoenix loupe le wagon des playoffs malgré un bilan honorable, 46 succès. Shaq est transféré à Cleveland en 2009 pour s’associer avec Lebron (nouveau camouflet), Phoenix retrouve son top niveau et joue une finale de conférence mouvementée contre les Lakers.

Chris Webber 2005 (Sacramento > Philadelphia)

Chris Webber - 76ers 2006Jerry Stackhouse, Toni Kukoc et Chris Webber ont un point commun. Aucun d’eux n’a réussi à évoluer à leur meilleur niveau avec Allen Iverson en coéquipier. Après sa terrible blessure au genou lors des playoffs 2003, C-Webb n’est plus jamais redevenu le même, ralenti et détente au ras du sol. L’élimination des Kings contre les Wolves en 2004 a sonné comme le dernier combat de cette équipe spectaculaire. Il est transféré le 23 février 2005 emmenant avec lui, Matt Barnes (peu connu) et Michael Bradley à Philadelphia en échange de Corliss Williamson, le gros contrat de Kenny Thomas et Brian Skinner. Les Kings se font sortir sans gloire au premier tour par Seattle, puis avec bien plu de hargne grâce à l’apport de Bonzi Wells et Ron Artest en 2006 face aux Spurs, mais depuis, le néant. Les 76ers voient toute la difficulté de Webber à s’acclimater autour des systèmes AI. Habitué au jeu léché et collectif des Kings pendant des années, il se retrouve en tant que pauvre lieutenant sur de l’isolation. Ils se font dégager par les Pistons en 2005, pas de playoffs en 2006 et le contrat de l’ex star de Michigan est racheté en 2007 où il signera avec Detroit. Vous avez dit foireux?

Ron Artest/Jalen Rose 2002 (Indiana – Chicago)

Ron Artest - PacersLe 19 février 2002, Ron Artest connu pour ses qualités défensives et son caractère de cochon fait ses valises dans l’Indiana avec Brad Miller, Ron Mercer et Kevin Ollie. En 2 ans avec l’émergence de Jermaine O’Neal, il redonne un statut de challenger au titre aux Pacers, glanant un titre de défenseur de l’année, sélectionné au All Star Game et une finale de conférence épique contre Detroit. Malheureusement, l’histoire de la bagarre au Palace d’Auburn Hills au début de la saison 2004-2005 va définitivement cassé l’alchimie de l’équipe et la confiance que Larry Bird avait placé en lui. Il sera de nouveau transféré ou plutôt exilé chez les Kings quelques mois après. Ron Mercer ne fera rien de bon et Brad Miller est aussi échangé à Sacramento à l’été 2003 contre… Scot Pollard. Les Bulls quand à eux vont continuer à galérer pendant presque 3 ans, Rose n’ayant pas d’impact spécialement positif et que les autres joueurs (Travis Best, Norm Richardon et le futur bide de draft, Lonny Baxter) ne sont pas resté longtemps dans l’effectif.

Baron Davis 2005 (New Orleans > Golden State)

Baron Davis - WarriorsIl a été l’âme des Hornets pendant 5 ans, et pour cause de blessure et de démotivation, ses dirigeants s’en débarrassent contre… Speedy Claxton et Dale Davis. Le premier ne devient qu’un simple back-up et l’intérieur vétéran est coupé 1 mois après. Même pas de tour de draft, rien! La valeur de B-Diddy avait terriblement chuté. Malgré des pourcentages de réussite douteux (à peine 40%), il revit sur la baie de San Francisco et GS retourne en playoffs en 2007, une première depuis 1994! Non seulement, le Baron joue à un niveau incroyable, mais il se paye le scalp des grand favoris, les Mavs dès le premier tour! Un upset historique! Ca n’a duré qu’un an, mais rien que cette courte période fut mémorable pour les fans!

Joe Johnson 2002 (Boston > Phoenix)

Joe Johnson - Suns 2005Voulant à tout prix profiter de la très grosse faiblesse de la conférence est, Boston cherche à acquérir des vétérans capable de les aider à aller loin en playoffs. Le 20 février 2002, ils décident de se séparer de leur rookie, Joe Johnson contre Rodney Rogers et Tony Delk. Les Celtics vont en finale de conférence et après s’être fait sortir par New Jersey, Rogers quitte la Green Team pour les Nets justement. Delk part l’année suivante. Johnson montre tout son talent avec les Suns et explose en 2004-2005 à l’arrivée de Steve Nash avant de finalement de partir lui aussi chez les Hawks.

Baron Davis 2011 (L.A Clippers > Cleveland)

Baron Davis - CavsHyper décevant chez les Clipps, Le Baron est envoyé à Cleveland le 24 février 2011 en échange de Mo Williams et Jamario Moon. Ce dernier jouera peu et n’est pas resigné au cours de l’été. Williams est titulaire jusqu’à l’arrivée de Chris Paul quelques mois après. Les Cavs continuent de perdre, Davis fait quelques bons matchs ici et là. Mais là où le bas blesse, l’ironie du sort a fait qu’avec Davis, les Clippers avaient aussi donné leur 1er tour de draft qui allait devenir le premier choix, Kyrie Irving!

Steve Francis 2006 (Orlando > New York)

Steve Francis - KnicksIsiah Thomas dans toute sa splendeur. Les Knicks sont mauvais et sont bourrés d’arrières croqueur entre Marbury et Crawford? Pas grave, on ajoute Steve Francis. Non seulement, ça a été un désastre, mais en plus il a fallu que NY paye 49 millions sur les 3 saisons restant sur son contrat, ce qui fait un total de 130 millions de dollars en salary cap! Orlando a eu le nez creux, ils se débarrassent de Francis, coupe Penny dans la foulée et Trevor Ariza s’impose. C’était le 22 février 2006.

Antoine Walker 2005 (Atlanta > Boston)

Antoine Walker - Boston 20051 an d’exil à Dallas et Toine retrouve ses sensations chez les Hawks. Les stats remontent en flèche malgré une sélection de tirs toujours aussi approximative. Boston le ramène à la maison en échange de Gary Payton, Tom Gugliotta et d’un futur premier tour de draft. Avec un accord préalable, The Glove est coupé de suite par les Hawks et rejoint aussitôt Boston. Googs prend sa retraite. Boston est éliminée après un combat acharné en 7 matchs contre les Pacers au premier tour et Walker est de nouveau transféré, à Miami pour un titre de champion. Mais le plus important, c’est que le pick reçu par les Hawks est envoyé à Phoenix qui sélectionne Rajon Rondo et le refile à… Boston.

Keith Van Horn 2004 (New York – Milwaukee)

Keith Van Horn - BucksTrès anecdotique. Van Horn aux Knicks, c’était pas mauvais, mais pas du tout le genre de joueur pour New York, direction Milwaukee en échange de Tim Thomas et Nazr Mohammed en février 2004. Les 2 équipes vont en playoffs, les Bucks sortent la tête haute contre les futurs champions au premier tour, les Knicks humiliés 4-0 par leurs voisins du New Jersey.

Nazr Mohammed 2005 (New York > San Antonio)

Nazr Mohammed - SpursOk, c’était pas un foudre de guerre, mais Mohammed a été pivot titulaire pour les Spurs avec le titre en 2005! Pendant ce temps, Malik Rose qui n’avait plus la côte auprès de Gregg Popovich s’enlise encore plus chez les Knicks et comme lot de consolation, le 1st round pick qu’ils ont reçu des texans, Nate Robinson.

Shane Battier 2011 (Houston > Memphis)

Shane Battier - Memphis 2011Discret, mais efficace. Houston s’en sépare pourtant le 24 février 2011 à Memphis en échange … d’Hasheem Thabeet et d’un futur 1st round pick. Incompréhensible, on peut parler sans mauvais jeu de mots, d’une belle couillonade. Pas de Playoffs pour les Texans alors que les Grizzlies obtiennent le dernier spot avec l’honneur d’affronter San Antonio, le favori. Un upset historique et une série dingue contre OKC, mais ça ne suffit pas à Battier qui s’en va vers le soleil des three amigos à Miami.

Andrew Bogut 2012 (Milwaukee > Golden State)

Andrew Bogut - Warriors 2015Gros salaire, souvent blessé, Andrew Bogut n’a plus la confiance de ses dirigeants et l’expédient en Californie en compagnie de Richard Jefferson et d’un 1st et 2nd pick. Les Bucks récupèrent Kwame Brown, Stephen Jackson, Ekpe Udoh et surtout Monta Ellis. Les Bucks forment un backcourt Ellis/Brandon Jennings et redeviennent des candidats pour une place en playoffs alors que GS s’arme enfin d’un pivot plus que correct. Sa présence et l’explosion de Stephen Curry font des Warriors une grosse sensation en 2013 en donnant des sueurs froides aux Spurs en demi-finale de conférence (la première depuis 1991!) et un titre de champion en 2015!

Nene Hilario/Javale McGee 2012 (Washington – Denver)

Nene - Wizards 2012Là aussi, le constat est édifiant. Un sacré salaire, habitué à l’infirmerie, le brésilien Nene part pour la capitale où petit à petit, il va s’avérer précieux au sein d’un effectif jeune et talentueux. McGee, gros jump, du spectacle en terme de dunks, de contres et de bouffoneries à tel point qu’il devient la coqueluche du Shaq’in Fool. Javale a au final peu porté le jersey des Nuggets à force d’être blessé et très rarement utilisé à cause de son QI basket très limité.

Danny Granger/Evan Turner 2014 (Philadelphia – Indiana)

Evan Turner - Danny Granger 2014La gourmandise de Larry Bird a été une des nombreuses failles dans la descente aux enfers des Pacers lors de la saison 2013/2014. Premier à l’est, le GM d’Indiana préfère pourtant encore améliorer son effectif afin de se donner toutes les chances de vaincre le Heat de Lebron James et de remporter le titre. Danny Granger, joueur fragile physiquement, mais un leader vocal dans les vestiaires part pour la pire franchise de la ligue, Philadelphia. En échange, c’est le jeune potentiel Evan Turner, talentueux et irrégulier, décevant pour un second choix de draft qui se voit offrir les clés du banc d’un candidat au trophée suprême. Résultat, les Pacers sont méconnaissables et perdent totalement confiance, réussissant par miracle et la volonté de David West à se qualifier en finale de conférence. Turner est fantômatique, Danny Granger est coupé.

Michael Carter Williams 2015 (Philadelphia > Milwaukee)

Michael+Carter+Williams+Milwaukee+Bucks+v+U0oQFeg-LI9lUne sélection de tirs douteuse, mais le seul rayon de soleil des 76ers en 2013-2014 où il fut élu rookie de l’année. Sa saison sophomore est compliquée et ne parvient pas à se ressaisir. Sam Hinkie, le GM de Phila s’en débarrasse chez les Bucks contre des picks…MCW remplace Brandon Knight parti à Phoenix et n’a pas vraiment convaincu jusqu’ici. Difficile de juger aussi tôt pour savoir qui a fait une bonne affaire.

Bien qu’il y ait eu des transferts importants en 2015, il nous paraît encore trop juste d’en tirer des conclusions. Le seul exemple cité plus haut concernant Michael Carter Williams est suffisant. Nous reviendrons peut-être plus tard sur les échanges Kevin Garnett/Thaddeus Young, Reggie Jackson à Detroit, Enes Kanter à OKC ou Goran Dragic à Miami.

LES PIRES TRANSFERTS DE LA DEADLINE

RÉCAPITULATIF DES TRANSFERTS MAJEURS EN 2011

Crédits photo : Complex/Getty Images

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Anthony "Pred" Saliou (491 Articles)
Fan de MJ, d'Hakeem, Bird et Sir Charles notamment, déteste les Sonics et le Thunder, peu d'amour pour les Lakers, mais adore par-dessus tout le basket "tough". A passé plus de 15 ans sur la toile basket à débattre et râler comme tout vieux qui se respecte.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.