Breaking News

Quai 54 : plus de 10 ans de streetball avec son traditionnel tournoi dans Paris

Streetball

Les 13 et 14 juin derniers, le célèbre et grand tournoi international de basket de rue en plein air, Quai 54, s’est déroulé à la Place de la Concorde, soit la 13ème édition. Basket Rétro vous relate l’histoire de cette compétition qui unit joueurs amateurs et professionnels de France et du monde entier. Détails.

Hammadoun Sidibé, son nom vous dit peut-être rien. Et pourtant depuis plus de 10 ans, ce franco-malien de 40 ans, natif de Bagneux et passionné de hip-hop et de basket, travaille d’arrache-pied avec son équipe en tant que fondateur de l’événement (Thibaut de Longeville, Almamy Soumah, Hugues Lawson) pour organiser le Quai 54, le tournoi international de basket de rue de la ville Parisienne.

Hammadoun Sidibé (c) Jerôme Bonnet - Télérama

Hammadoun Sidibé (c) Jerôme Bonnet – Télérama

Cet événement gratuit est calqué ou s’inspire de celui du modèle du Rucker Park à Harlem ou Venice Beach (Los Angeles). Cette compétition référence dans le milieu du playground propose de réunir amateurs de basket et joueurs professionnels de la balle orange sur un playground installé pour l’occasion. C’est sur celui-ci que s’enchaîne les matchs sur deux jours, le temps d’un weekend, au rythme de la musique hip-hop et du bruit des supporters.

Le format : des matchs de 5 vs 5 sur deux fois 12 minutes, rencontres durant lesquelles les DJ balance du son hip-hop. 16 équipes sont inscrites dont 5 issus des qualifications. Ajoutez à cela, à l’image du NBA All-Star-Game, des concours de dunk (le Dunk contest by House Of Hoops by Foot Locker) et celui à trois-points sont organisés pour faire encore plus lever la foule, puis des démonstrations de danse.

L’ORIGINE DE L’EVÉNEMENT ET SON EVOLUTION

Alors pourquoi ce tournoi est nommé le Quai 54 et pas Avenue 32 ou Boulevard 57 ? Tout simplement, la première édition de ce tournoi avait lieu dans la ville de Levallois en 2003 au 54 quai Michelet. Auparavant, le Quai 54 avait lieu dans d’autres endroits prestigieux de la capitale : au Champ de Mars pour fêter les 10 ans en 2012, au Trocadéro au pied de la Tour Eiffel en 2011 et 2014. L’édition 2015 s’est déroulé quant à elle le weekend d’ailleurs à la Place de la Concorde.

Tout au long de ces années, le nombre de spectateurs a vu s’accroître progressivement passant d’un millier à plus de 8 000. Les participants aux premières éditions du Quai 54 étaient des joueurs français mais en 2005, des joueurs étrangers sont venus se greffer au tournoi comme l’a indiqué Hammadoun Sidibé dans une interview pour sneakers.fr : « l’une des toutes premières équipes internationales connues à être venue est l’équipe de Fat Joe, Terror Squad. Et on les a battus ! (rires). Depuis son existence, le Quai 54 a accueilli des équipes venues de différents pays : Allemagne, Espagne, Guinée, Chine et de toute évidence les Etats-Unis dont la culture playground est ancrée en eux.

DES PARTENAIRES DE RENOM ACCOLES AU QUAI 54

Si cet événement, dont le slogan est rentré dans les têtes (« Bring Your Game, Not Your Game ») a attiré l’œil des spectateurs, elle a touché aussi des entreprises de choix qui sont devenues des partenaires historiques. C’est ce qu’a souligné, toujours dans ce même entretien, le fondateur Hammadoun Sidibé : « j’ai lancé le tout premier Quai 54 avec comme partenaire la marque Nike. Le tournoi grandissant, et ses conséquences budgétaires, nous avions besoin de voir plus grand. Gentry Humphrey, General Manager chez Jordan Brand, était déjà venu au Quai 54 et appréciait véritablement l’événement. Le côté hip-hop puis le fait qu’il devenait de plus en plus en visible à l’international l’ont convaincu que Jordan Brand devait y être associé ». (source : sneakers.fr).

Et depuis plus de 10 ans, la marque Jordan, qui a fêté ses 30 ans le même weekend au Palais de Tokyo, la suit jusqu’à maintenant en tant que partenaire incontestable.  En parlant de la marque Jordan, celle du logo Quai 54, crée par Thibault de Longeville, s’est retrouvé visible sur une des paires Air Jordan.

Quai 54 - Bring your game not your name (c) Diesemag.com

Quai 54 – Bring your game not your name (c) Diesemag.com

DES JOUEURS NBA EN GUEST…

Par la même occasion, le Quai 54 a prouvé aussi qu’ils pouvaient faire venir des joueurs de la NBA dans la capitale. C’est ainsi qu’en 2010, Chris Paul est venu assister à l’événement à l’époque où le meneur évoluait encore chez les Hornets de la Nouvelle-Orléans. Paul était venu un vendredi dans une des boutiques House Of Hoops, partenaire du Quai 54, pour échanger avec les journalistes sur sa saison NBA et sur les joueurs français évoluant dans la Grande Ligue. En 2011, un des shooteurs fou de la NBA, Ray Allen a fait escale à Paris pour découvrir l’ambiance du Quai 54 au Trocadéro. Le champion NBA 2008 avec Boston n’était pas le seul joueur pro cette année là à avoir fait le déplacement puisque Nicolas Batum et Rodrigue Beaubois ont fait acte de leur présence également. Devant le public parisien, Ray Allen a montre l’étendue de son talent en improvisant une série de shoots sur le terrain comme il l’a montré durant toute sa carrière.

L’année dernière d’autres grands noms de la NBA ont pointé leurs bouts de leur nez. Carmelo Anthony et Scottie Pippen étaient ainsi conviés pour saluer le public parisien sous un soleil éclatant. On notera également la participation de Thabo Sefolosha et de Yakhouba Diawara.

… ET CEUX DU CHAMPIONNAT DE FRANCE EN TANT QUE PARTICIPANTS

De nombreux spectateurs de cette décennie ont également pu apercevoir des figures connues du championnat de France de Pro A : Ali Traoré, Steed Tchicamboud, William Gradit, Amara Sy ou encore les dunkeurs français : Kadour Ziani, Justin Darlington, Guy Dupuy. Des noms d’équipes résonnent forts aussi dans le Quai 54 : La Fusion vainqueur en 2008, 2009,2010 et 2012, et la team la Relève, plusieurs fois demi-finalistes et gagnant en 2011 qui ont déjà remporté le tournoi, emmené par Thomas Larrouquis. Thomas Ngijol et Mokobé ont été sollicités pour mettre une bonne ambiance de feu tout au long de ces weekends sur plusieurs éditions sans oublier les uniques prestations de Ludacris, Fat Joe, ou encore Usher.  Seul bémol, le manque de professionnalisme est pointé du doigt sur les réseaux sociaux concernant les problèmes de sécurité.

Le 13 juin dernier, Basket Rétro n’a pas pu rentrer et voir de lui-même l’envers du décor de l’intérieur mais a rodé aux alentours de la Place de la Concorde qui jouxte le jardin des tuileries pour savoir ce que le Quai 54 représente aux yeux des spectateurs. Morceaux choisis :

« J’ai connu le Quai 54 grâce à mes potes, les réseaux sociaux, Internet. C’est devenu une plateforme mondiale. Cette initiative était bien jusqu’à cette année. Personne ne peut voir tout ce qui se passe car ils ont tout clôturé. Plus personne ne peut rentrer à un moment » (Terrence, 21 ans).

« Je viens de découvrir le Quai 54 cette année avec mes potes. J’ai pas bien vu l’événement en soi car je suis pas rentré. C’est compliqué d’y accéder par la sécurité. Il y a de l’ambiance, avec du son. C’est un événement de basket. J’aime bien ce sport. J’en ai fait un an il y a deux ans ».(Raphael, 21 ans).

« Je connais le Quai 54 depuis la première édition. J’avais vu des images sur la chaîne Game One auparavant. J’étais venu voir ce tournoi l’année dernière au Trocadéro. C’était pas mal. On pouvait le voir même si on rentrait pas. Cette année, ils ont changé d’endroit. Le Quai 54 est un plus, je pense. Il n’y a pas beaucoup d’événements hip-hop et basket. Il y avait à Cergy avant à Saint-Christophe. J’aimerais voir plus d’événements comme ça. Il y avait des bons guests : Tiger, French Montana, Kaaris qui étaient passés.  La meilleure édition, c’est celle au Trocadéro. La différence par rapport aux autres années est que le Quai 54 est plus connu, prend de l’ampleur. Au début, ce n’était pas juste des mecs qui faisaient du streetball. Là ils arrivent à faire ramener de vrais gens (joueurs pro). J’aimerais bien y participer mais j’ai pas le niveau.(Nabil, 21 ans).

« J’ai connu le Quai 54 sur Internet. La journée s’est bien passée. Ca m’a beaucoup plu ». (Kévin, 17 ans).

« J’ai connu le Quai 54 par Facebook. C’est un bel événement, une bonne idée d’organiser ça. J’y étais l’année dernière. L’événement était plus visible en 2014 au Trocadéro. C’est difficile pour les gens de rentrer cette année ». (Thomas,  17 ans).

Photos du Quai 54 – édition 2015 Place de la Concorde (crédits photo : Richard.S – Basket Rétro)

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Richard Sengmany (361 Articles)
Découvrant le basket dans les années 90 grâce à la diffusion des matchs NBA sur Canal+, je rédige depuis plus de dix ans des articles sur la balle orange, sur d'autres disciplines sportives et la culture.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.