Breaking News

L’épopée magnifique de Syracuse de Carmelo Anthony en 2003

NCAA March Madness History

Depuis l’instauration du Final Four en 1939, les Orangemen de l’université de Syracuse n’ont remporté aucun titre N.C.A.A. Nous sommes au début de la saison 2002-2003.

Syracuse ne fait pas partie des prétendants au titre, les Panthers de Pittsburgh et les Huskies d’U.C.O.N.N s’affirment comme les ogres de cette Big East Conférence et sont des candidats potentiels au titre national aux côtés des Wildcats, des Jayhawks, et des Sooners. Mais c’est sans compter sur l’arrivée dans l’équipe d’un gamin venu de la Oak Hill Academy et originaire de Brooklyn, un certain Carmelo Anthony. 

LA CONSTRUCTION D’UN GROUPE

syracuse-michigan-st

L’équipe se présente en début de championnat avec un roster assez jeune mais talentueux. Pour compenser la perte de DeShaun Williams et James Thues, Jim Boheim dont la réputation n’est plus à faire en tant que coach, peut compter sur l’arrivée de Gerry McNamara et surtout de la star lycéenne Carmelo Anthony. Malgré une première défaite sur le terrain de Memphis, les Orangemen survolent le début de saison. Carmelo Anthony enchaîne les doubles-doubles, Hakim Warrick et Gerry McNamara occupent parfaitement leurs rôles de lieutenant, la machine orange est en route. Disposant d’un bilan de 23 victoires pour 4 défaites à l’approche du premier tour du tournoi final de la Big East Conference, l’université surprend tous les spécialistes du pays et se retrouve propulsée à la 11éme place du classement national.

RETOUR A LA RÉALITÉ

Leader de cette conférence, Syracuse ne dispute pas le 1er tour, elle se retrouve opposée en quart de finale au Hoyas de Georgetown. Fort de leurs deux victoires en saison régulière, cette partie s’annonce comme une formalité pour les hommes de coach Boheim, mais sur le terrain c’est une autre histoire. Porté par Mickael Sweetney (29 pts, 13rbs) les Hoyas sont proche de l’exploit. Syracuse poussée dans ses derniers retranchements doit son salut à sa défense héroïque en fin de match et a une belle réussite aux lancers-francs. Les Orange retrouveront en demi-finale les Huskies d’U.C.O.N.N. Défait de 14 points en phase régulière par cette même équipe, Carmelo et ses coéquipiers sont attendus au tournant, ce match symbolise le premier gros test de cette équipe. Menés à la pause de 3 points, Syracuse est maintenue à flot grâce à Mélo son Ailier star. Le deuxième acte ne sera qu’une formalité pour les Huskies. Maladroits et désorganisés en attaque, les joueurs de l’Etat de New-York s’inclinent par 14 points d’écart, malgré les 29 points et 9 rebonds d’Anthony. Les Panthers de Pittsburgh remporteront la finale de conférence en écrasant U.C.O.N.N sur le score de 74-56.

SECONDE CHANCE 

Bénéficiant d’une des quatre places offertes à la Big East, les Orangemen s’envolent pour  le tournoi final. Les trois premiers tours vont être compliqués pour Syracuse, si Carmelo Anthony s’affirme comme l’un des meilleurs marqueurs universitaires(22 pts de moyenne), c’est bien  la défense qui va permettre à cette équipe de se hisser en finale  de la East Regional (la 1ére fois depuis 1996) afin d’y affronter le favoris les Sooners d’Oklahoma. Jim Boheim met en place une défense de zone 2-3. Ce schéma défensif permet  à Syracuse d’obtenir la maîtrise du rebond, il oblige également les intérieurs adverses (Gilbert et Bookoot) a organiser le jeu entre les lignes et force les arrières à prendre des tirs extérieurs. Les Sooners sont déstabilisés par la défense agressive des Orange, pulvérisés aux rebonds, maladroits aux tirs et subissant la foudre d’un Mélo en mode M.O.P (20pts, 10rbs), ils s’inclinent sur le score 63-47 et Syracuse accède pour la 3éme fois de son histoire (après 1987 et 1996) au final four.

L’HEURE DE VÉRITÉ 

SI_0414_largeLe final four 2003 se déroule au Superdome de la Nouvelle-Orléans. La première rencontre oppose les Orange de Syracuse aux Longhorns du Texas tandis que Les Golden Eagles de Marquette affrontent les Jayhawks de Kansas. Lors de ses deux dernières apparitions au final four(1987,1996) les Orange ont toujours atteint la finale, l’épopée 2003 ne déroge pas à la règle. Le trio Anthony (33pts), McNamara (19pts) et Warrick (18pts) mettent à bas la défense des Longhorns qui durant toute cette rencontre n’aura pu stopper les assauts répétés des Orangemen, malgré l’excellent match côté texans de Brandon Mouton (25pts). Kansas tombeur de Marquette sur le score de 94-61 les rejoints en finale.

Jamais dans son histoire Syracuse n’a pu ramener le trophée dans l’Etat de New-York et la tâche semble encore compliquée cette année, tant les Jayhawks semblent favoris,  en raison de l’expérience de leur roster notamment (Kirk Hinrich, Nick Collison, Aaron Miles). Après un début de rencontre assez hasardeux de là part des deux équipes, la rapidité et l’adresse aux tirs longue distance vont permettre à Syracuse de prendre 11 points d’avance à la mi-temps. Les Orangemen gèrent parfaitement le début du deuxième acte et conservent une avance confortable quand  Roy Williams, head coach des Jayhawks décide de changer de stratégie.

Les joueurs de Kansas défendent en tout terrain et font parler leur physique. Sous l’impulsion de l’interieur Nick Collison (19pts, 21rbs) les Jayhawks reviennent dans la partie et ne sont plus menés que de 3 points à 13 secondes de la fin du match. Hakim Warrick se retrouve sur la ligne des lancers-francs et n’en réussi aucun. La tension est à son comble, le souvenir de la défaite de Syracuse en 1987 face aux Hoosiers d’Indiana,  à la dernière seconde, dans cette même salle est dans toutes les têtes. Les jayhawks remontent la balle et Hinrich auteur d’une belle prestation (16pts) décale la balle à l’aile pour Michael Lee qui prend le tir à 3pts. C’est le moment que choisit Hakim Warrick pour réaliser l’action du match, il s’élance et contre Lee. La foule est debout, il ne reste plus qu’une seconde à Kansas pour égaliser. Hinrich récupère la balle, prend son impulsion et une brique plus tard Syracuse remporte le premier titre de son histoire. Carmélo Anthony (20 points,10 rebonds,7 passes en finale) est élu M.O.P du final Four.

MELOMAN

S’affirmant dès le début de la saison comme le leader de cette équipe, Carmélo a éclaboussé le championnat universitaire par son talent. Doté d’une adresse aux tirs incroyable, d’une technique largement au-dessus de la moyenne, il se présente à la draft 2003 où il sera sélectionné en 3éme position par les Denver Nuggets. Devenu une véritable star en N.B.A, il garde encore des liens très forts avec son ancienne université, disputant  des matchs de pré-saison sous les couleurs des New-York Knicks, décidément l’orange lui va si bien.

LA FINALE NCAA – KANSAS VS SYRACUSE EN IMAGES

Crédits photo : Sports Illustrated/ Vague Space/ Dailynews

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Nicolas Abila (24 Articles)
Rédacteur Basket rétro, @Belile81

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.