Breaking News

Duke au sommet de la NCAA avec le double sacre en 1991 et 1992

NCAA March Madness History

Dans quelques jours débute le Final Four NCAA. C’est l’occasion pour Basket Rétro de revenir sur les grands moments de cette période phare du basket universitaire outre-Atlantique. Retour aujourd’hui sur le doublé des Blue Devils de Duke en 1991 et 1992. Détails.

En soulevant le trophée NCAA deux fois de suite en 1991 et 1992, l’université de Duke, surnommée les Blue Devils, est devenue à ce moment-là la sixième université à réaliser le doublé en championnat universitaire depuis l’instauration du Final Four en 1939. Les cinq premières facultés à réaliser le back-to-back ont été Oklahoma State (1945-1946) ; Kentucky (1948-1949) ; San Francisco (1955-1956) ; Cincinnati (1961-1962), et UCLA (1964-1965).

En 1991, bien que battu en finale dans leur conférence ACC (Atlantic Coast Conference) par North Carolina, (96-74), Duke doit sa qualification pour la phase finale du tournoi régional grâce au comité de la NCAA. C’est elle qui choisit les 37 autres universités méritant de participer à cette compétition en plus des 31 facs vainqueur de leurs conférences. Avec 25 victoires et 6 défaites (présaison et saison régulière confondue) donc 16 succès et aucune défaite à domicile (au Cameron Indoor Stadium), Duke méritait bien sa place à la March Madness.

Composé entre autres de Christian Laettner, Grant Hill et également de Crawford Palmer (le franco-américain médaillé d’argent aux JO de Sydney en 2000), Duke, coaché par Mike Krzyzewski dit Coach K, a dominé les débats lors de la March Madness 1991 dans la zone régionale Midwest et au Final Four avec la victoire finale :

  • Duke – Northeast Louisiana : 102-73 (8e de finale régionale)
  • Duke – Iowa : 85-70 (quart de finale régionale)
  • Duke – Connecticut : 81-67 (demi-finale régionale – Sweet Sixteen = les 16 meilleures équipes encore en lice toutes zones confondues : 4)
  • Duke – St John : 78-61 (finale régionale – Elite Eight = les 8 meilleures équipes encore en lice toutes zones confondues : 4)
  • Duke – UNLV : 79-77 (demi-finale nationale)
  • Duke – Kansas : 72-65 (finale nationale)
Coach K et ses hommes de Duke champion NCAA 1991 (c) coachk.com

Coach K et ses hommes de Duke champion NCAA 1991 (c) coachk.com

CHRISTIAN LAETTNER MOP DE LA MARCH MADNESS EN 1991…

Chez les Blue Devils, un homme a éclaboussé son talent lors de la March Madness en 1991 : l’ailier Christian Laettner. Ces statistiques ci-dessous parlent d’elles-mêmes :

  • 22 points à 8/12 aux tirs, 4 rebonds et 3 passes en 8ème de finale régionale
  • 19 points à 5/7 aux tirs, 4 rebonds et 2 passes en quart de finale régionale
  • 19 points à 7/13 aux tirs, 4 rebonds et 1 passe en demi-finale régionale (Sweet Sixteen)
  • 19 points à 5/6 aux tirs, 5 rebonds et 3 passes en finale régionale (Elite Eight)
  • 28 points à 9/14 aux tirs, 7 rebonds et 2 passes en demi-finale nationale
  • 18 points à 3/8 aux tirs, 10 rebonds en finale nationale

Ses statistiques de moyennes sur l’ensemble des six matchs de phase finale : 22,5 points, 5,6 rebonds et 1,8 passe. Il a été récompensé pour ses efforts sur les parquets en étant élu MOP de la March Madness en 1991. En saison régulière, il tournait à 19,5 points et 9,8 rebonds.

L’ancien membre de l’équipe de la Dream Team de 1992 s’est fait notamment remarquer en demi-finale en inscrivant deux lancers-francs cruciaux à 12,7 secondes de la fin du match face à UNLV (Université of Nevada-Las Vegas). Anderson Hunt avait la balle de match pour emmener UNLV en finale mais sa tentative de shoot à trois-points a été un échec. Cette fac coachée par Jerry Tarkanian était invaincue depuis 34 matchs et était celle dans laquelle évoluaient Larry Johnson, Stacey Augmon, et Greg Anthony. Une sacrée perf signée des Blue Devils. Et c’est surtout une revanche pour les coéquipiers de Laettner car Duke avait perdu en finale NCAA en 1990 très sévèrement sur le score de 103 à 73 face à UNLV.

Brian Davis de Duke lève une affiche contre UNLV après la victoire en finale face à Kansas en 1991 (c) Mike Conroy - AP Photo)

Brian Davis de Duke lève une affiche contre UNLV après la victoire en finale face à Kansas en 1991 (c) Mike Conroy – AP Photo)

Coach K, à la tête de Duke pour sa onzième année à ce moment-là s’est félicité de cette victoire qui permettait à ses hommes d’atteindre pour la première fois la finale du championnat universitaire : « C’était un match fantastique de basket. On a eu le privilège d’avoir joué face à UNLV et d’avoir gagné ». (source : Washingtonpost.com). Ce match plein de suspense a été marqué par 17 égalités et 25 changements de leader au tableau d’affichage.

En finale face à Kansas, Duke a bataillé pendant 40 minutes et a enfin pu inscrire son nom pour la première fois dans l’histoire du championnat NCAA en gagnant 72 à 65 avec un bon Grant Hill (10 points, 8 rebonds) et Bobby Hurley (12 points et 9 passes).

En début de saison, en septembre 1990, on apprenait que Coach K avait donné le ton en disant à ses 13 joueurs réunis dans les vestiaires que son but était de gagner le championnat universitaire. Un discours certainement en référence à la défaite en 1990 face à UNLV en finale. « Depuis le premier jour, il semblait que nous étions destinés à la victoire. Il y avait une qualité particulière, une proximité, et une alchimie que je n’avais jamais vues auparavant dans une équipe de basket », déclarait Grant Hill pour sa première année (freshman) au sein de Duke. (source : extrait du Crowning Glory: The Story of Duke’s 1991 NCAA Championship Season and the Men’s Basketball 1991-1992 Yearbook).

… ET HÉROS DE LA FINALE RÉGIONALE EN 1992 FACE A KENTUCKY

Un an plus tard, les Blue Devils remettaient leur titre en jeu. L’université possèdait un bon bilan positif de 25 victoires et 2 défaites en saison régulière remportant au passage leurs 17 premiers matchs. Elle a remporté ensuite pour la neuvième fois de son histoire le titre de champion de la conférence ACC en battant en finale leurs rivaux : les Tar Heels de North Carolina. Cette victoire leur a permis d’être tête de série dans le tournoi régional lors de la March Madness en 1992 (zone Est).

La joie de Laettner après son tir victorieux face à Kentucky en 1991 (c) AP photo

La joie de Laettner après son tir victorieux face à Kentucky en 1991 (c) AP photo

Le 28 mars 1992, Duke joue sa finale régionale face aux Wildcats de Kentucky. Laettner a une nouvelle fois pointé le bout de son nez et a enfilé le costume de héros devenant, à partir de cette date, une légende de Duke. Face à Kentucky, les deux équipes sont à égalité 93-93. En prolongation, les deux universités étaient toujours au coude-à-coude. Kentucky menait 103 à 102. Il restait 2,1 secondes à jouer. Duke a la balle de qualification pour le Final Four en main. Touche pour les Blue Devils. Grant Hill se charge de faire la passe. L’ancien joueur des Pistons, digne d’un quarterback de la NFL, a envoyé le ballon qu’a réceptionné Christian Laettner. Ce dernier a pris l’ultime shoot qui est rentré dans le panier. Victoire 104-103 en faveur des Blue Devils.

Laettner a marqué une page dans l’histoire de Duke et de la NCAA avec ce tir que l’on a renommée : « The Shot ». Ce tir victorieux signé Laettner a permis à Duke d’atteindre pour la quatrième fois d’affilée le Final Four. Laettner a fini ce match plein de suspense avec 31 points, 7 rebonds et 3 passes. Le héros du match précisait sur cet ultime action «  Il y avait aucun doute dans ma tête quand j’ai attrapé le ballon. Je pouvais presque sentir le cuir » (espn.com)

Coach K a qualifié ce shoot de miraculeux : «  A miraculous shot ». (Source : espn.com). Après que Kentucky ait inscrit le panier pour mener 103-102, Duke a demandé temps-mort. D’après espn.com, on apprend que Coack K avait prononcé ses mots à son équipe «  Nous allons gagner », rappelant à ses joueurs que le chrono ne tourne pas tant que le ballon n’a pas été touché par un joueur qui le capte sur une remise en jeu. Le chrono se déclenche lorsque le ballon est dans les mains du joueur.  Il est alors possible d’effectuer une passe d’une vingtaine de mètres, chose réalisée par Grant Hill.

Meneur de Duke, Bobby Hurley était comblé d’avoir joué un tel match de phase finale en March Madness : « Jouer un  match comme celui-là, le jouer avec un tel haut niveau, en tant que compétiteur, ce sont ces genres de matchs auxquels vous souhaitez participer. C’est gratifiant de savoir que ce match a eu un tel impact sur les gens ». Et quel impact surtout pour les fans de Kentucky. Dans une vidéo aux Etats-Unis, ces derniers détestent quand on prononce le nom de Christian Laettner depuis qu’il a inscrit ce tir qui a fait mal aux fans des Wildcats.

BOBBY HURLEY MOP DE LA MARCH MADNESS 1992

Au-delà de ce moment mémorable pour Laettner et Duke en finale régionale, c’est un autre Blue Devil qui a tiré son épingle du jeu lors de la March Madness en 1992 : le meneur Bobby Hurley. Après que Duke ait brillé en saison régulière avec un excellent bilan (25 victoires et 2 défaites) et est devenu champion de la conférence ACC en battant North Carolina 94-74 en finale, Hurley a mené Duke vers les sommets. Grâce au titre de MOP reçu en 1992, le meneur a été étincelant lors du tournoi régional jusqu’à la victoire en finale comme en témoignent ces belles lignes de statistiques :

  • 10 points, 3 rebonds et 10 passes en 8ème de finale régionale face à Campbell , victoire 82-56
  • 12 points, 4 rebonds et 9 passes face à Iowa en quart de finale régionale , victoire 75-62
  • 4 points, 1 rebond et 7 passes face à Seton Hall en demi-finale régionale, victoire 81-69 (Sweet Sixteen)
  • 22 points, 3 rebonds et 10 passes face à Kentucky en finale régionale, victoire 104-103 (Elite Eight)
  • 26 points, 4 passes face à Indiana en demi-finale nationale, victoire 81-78
  • 9 points, 3 rebonds et 7 passes en finale nationale, victoire 71-51

Ses statistiques de moyennes sur ces six matchs : 13,8 points ; 2,3 rebonds et 7,8 passes

Pourtant, Laettner aurait mérité et pu recevoir une deuxième fois de suite le titre de MOP. Lui aussi avait rendu de belles feuilles de stats au bout des six matchs du tournoi final NCAA en 1992:

  • 22 points, 9 rebonds et 4 passes en 8ème de finale régionale
  • 19 points, 8 rebonds et 1 passe en quart de finale régionale
  • 16 points, 6 rebonds et 1 passe en demi-finale régionale (Sweet Sixteen)
  • 31 points, 7 rebonds et 3 passes en finale régionale (Elite Eight)
  • 8 points, 10 rebonds et 1 passe en demi-finale nationale
  • 19 points, 7 rebonds en finale nationale

Ses statistiques de moyennes sur les six matchs : 19,1 points ; 7,8 rebonds et 1,6 passe.

Avec l’aide précieuse de Laettner et Hurley, Duke a remporté le 6 avril 1992, son deuxième titre universitaire d’affilée en battant Michigan et le fameux Fab Five (Chris Webber, Jalen Rose, Juwan Howard). Duke a largement disposé des Wolverines en gagnant de 20 points ce dernier match NCAA de la saison 1991-1992 : 71-51. Grant Hill a réalisé un double-double avec 18 points à 8/14 aux tirs, 10 rebonds et 5 passes pour sa deuxième saison avec Duke (sophomore). Coach K est devenu à cet instant le deuxième coach à réaliser le doublé après John Wooden et son équipe de UCLA en 1972 et 1973. Il  a également été élu coach de l’année en 1992 : Naismith College Coach Of The Year.

Duke champion NCAA 1992 (c) Jonathan Daniel - Getty Images

Duke champion NCAA 1992 (c) Jonathan Daniel – Getty Images

Coach K faisait part de sa satisfaction d’avoir réalisé ce doublé à l’issue de cette finale : « Notre parcours jusqu’au Final Four avec au bout la victoire du championnat national a été la route la plus compliquée à laquelle nous avons fait face. Cela s’est produit à un moment de l’année lorsque je ne savais pas si notre équipe pouvait devenir assez émotionnelle. Lors des deux derniers matchs, l’usure et les larmes commençaient à apparaître et nous avons dû attendre une mi-temps pour être dans un état émotionnel. J’ai aimé quand il y avait beaucoup d’émotion chez mon équipe et ils ont su saisir l’occasion (de gagner) ». (Source : Crowning Glory: The Story of Duke’s 1991 NCAA Championship Season and the Men’s Basketball 1991-1992 Yearbook).

Laettner a reçu plusieurs distinctions individuelles : Oscar Robertson trophy (le United States Basketball Writers Association : USBWA élit le meilleur joueur universitaire de basket) ; le John Wooden Award (le Los Angeles Athletic Club remet le trophée au meilleur joueur universitaire de basket) ; le Naismith award (le Atlanta Tip Off Club remet le trophée au meilleur joueur universitaire de basket)

LAETTNER, CIBLE DE SES COÉQUIPIERS ET DE HURLEY

Bobby Hurley et Christian Laettner à Duke (c) Starledger

Bobby Hurley et Christian Laettner à Duke (c) Starledger

Respectivement MOP en 1991 et MOP en 1992, Laettner et Hurley, bien que coéquipiers, étaient pas les meilleurs amis du monde dans cette équipe de Duke. Cela s’est ainsi traduit par des tensions. En 2011, dans un entretien téléphonique pour Usa Today, Hurley confirmait les relations tendues avec son ex-coéquipier : « Christian était dur. Nous avions des désaccords de temps en temps. Une fois, je ne lui ai pas fait la passe. Je l’ai raté au poste alors qu’il était ouvert et nous avons tellement continué à discuter de cette séquence sur le parquet que j’avais presque violé la règle des 10 secondes ». Hurley a même balancé le ballon sur le visage de Laettner qui indiquera que ce geste était volontaire du meneur.

« Je me moquais de lui, lui ai dit qu’il craignait et qu’il avait besoin de rentrer chez lui. Et je me suis excusé pour cela. J’étais dur avec Bobby. Je me souviens de la première fois quand je l’ai vu joué. C’était comme : «  Whaou, je vais jouer avec ce gamin », expliquait Laettner.

Bien que leader d’attaque efficace de Duke, Laettner était la cible de ses coéquipiers. «  J’étais en quelque sorte celui qui donnait des coups de fouet. On m’a demandé de le faire. Et j’étais bon à ça ». Une phrase pleine de métaphore pour expliquer la dureté et le leadership de Laettner. Ce que Grant Hill confirmait : « Christian provoquait tout le monde dans l’équipe ». (espn.com)

Malgré son caractère, on ne peut pas reprocher à Laettner d’avoir montré l’exemple sur le terrain. La preuve en est avec ses statistiques moyennes en saison régulière avec Duke, université dans laquelle il a passé 4 ans :

  • 1989 : 8,9 points, 4,7 rebonds et 1,2 passe (36 matchs)
  • 1990 : 16,3 points, 9,6 rebonds et 2,2 passes (38 matchs)
  • 1991 : 19,8 points, 8,7 rebonds et 1,9 passes (39 matchs)
  • 1992 : 21,5 points, 7,9 rebonds et 2 passes (35 matchs)

Son maillot ainsi que celui de Hurley ont été retirées.

LAETTNER ET HILL, CO-PRODUCTEUR D’UN DOCUMENTAIRE SUR DUKE

Pour laisser d’une autre manière une trace mémorable de ce fantastique doublé, Christian Laettner et Grant Hill ont été les co-producteurs du documentaire : « Duke 91 et 92 : Back-to-Back ». Celui-ci a été diffusé en 2012 sur plusieurs chaînes nationales américaines et revient ainsi sur la belle épopée des Blue Devils sur les deux ans de triomphe : de la saison 1990-1991 à 1991-1992. Par la suite, Duke a encore brillé au niveau régional et national en décrochant deux autres titres : en 2001 et 2010 sous les ordres de l’inusable Coach K.

LA FINALE NCAA DUKE VS KANSAS EN 1991

LA FINALE NCAA DUKE VS MICHIGAN EN 1992

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Richard Sengmany (376 Articles)
Découvrant le basket dans les années 90 grâce à la diffusion des matchs NBA sur Canal+, je rédige depuis plus de dix ans des articles sur la balle orange, sur d'autres disciplines sportives et la culture.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.