Breaking News

Le basket Pro à ses débuts. Épisode 3 : les Big Leagues – 1925-1937

Histoire

Inventé en 1891 à Springfield par James Naismith, le basket-ball mit plusieurs décennies à se structurer pour devenir à terme l’une des disciplines les plus populaires du globe. A ses débuts, notre sport avait finalement peu de points en commun avec le basket que nous pratiquons aujourd’hui.

Troisième partie de notre dossier consacré aux premiers championnats professionnels de basket. Place cette fois aux Big Leagues qui apparurent pendant l’entre-deux-guerres. Une nouvelle étape importante dans l’évolution de la balle orange.

LES BIG LEAGUES (1925-1937)

Les Regional Leagues avaient su se montrer plus ambitieuses que les Micro Leagues en regroupant dans des mêmes championnats des équipes distantes de plusieurs dizaines de miles. Mais il fallut patienter jusqu’au milieu des années 20 pour voir éclore des ligues plus conséquentes qui allaient repousser leurs frontières sur plusieurs états.

En s’étendant de Chicago à Boston, l’American Basketball League (ABL), qui avait pour ambition de devenir la toute première ligue nationale, fut la première des trois Big Leagues à émerger dans le Nord Est du pays, seul territoire pour le moment concerné par le basket professionnel. 

  • L’American Basketball League – 1ère saison : 1925/26 – Chicago, Detroit, Fort Wayne, Cleveland, Buffalo, Rochester, Washington, New York, Boston
  • La Metropolitan League – 1ère saison : 1926/27 – Région de New York City
  • La Midwestern Basketball Conference – 1ère saison : 1935/36 – Chicago, Indianapolis, Dayton, Detroit, Windsor, Akron, Pittsburgh, Paterson, Yonkers

DE VRAIES AVANCÉES FREINÉES PAR LA CONJONCTURE

Pour passer un cap dans sa route vers le professionnalisme, l’ABL introduisit des contrats exclusifs entre les joueurs et leurs équipes, pour mettre ainsi un terme aux « backpackers » des parquets de Regional Leagues.

Ces dispositions permirent à l’ABL de se révéler très stable et de connaître un franc succès jusqu’au Krach boursier de 1929. La grande dépression décima les ligues professionnelles et força les équipes y ayant survécu à rejoindre des championnats locaux. L’ABL tenta bien, dans les années 30, un modeste comeback en tant que ligue régional dans les environs de New York, mais ne connut pas un succès à la hauteur de son passé.

L’autre ligue majeure de cette période fut la Midwestern Basketball Conference, en quelque sorte parent (ou plutôt grand-parent) de la NBA. Les évolutions apportées par cette ligue dépassèrent le simple cadre du basket puisque la MBC se révéla être le précurseur du sponsoring dans notre discipline.

A une époque où les entreprises ne réalisaient pas encore l’apport que pouvait avoir un partenariat sportif sur l’image et la notoriété d’une société, la MBC parvint à convaincre des usines locales de la soutenir financièrement. En retour, ces industries allaient pouvoir baptiser les clubs d’après leurs enseignes. Ce partenariat donna naissance à des équipes comme : les Akron Firestone Non-Skids, les Chicago Duffy Florals ou encore les Fort Wayne Zollner Pistons (ancêtre des Detroit Pistons).

brooklyn paramount theaterSi les terrains utilisés se situaient encore pour la plupart dans des armureries, des gymnases de lycée, ou des casernes de pompier, certains clubs parvenaient à tirer leur épingle du jeu. Ainsi, les Indianapolis Kautskys (MBC) louaient régulièrement la Butler Fieldhouse qui permettait d’accueillir jusqu’à 15 000 spectateurs !

Une nouvelle mode apparut également dans les années 30 : celle de jouer les rencontres sur des scènes de théâtre. Les Brooklyn Jewels en sont le parfait exemple puisqu’ils évoluaient au Brooklyn Paramount Theater, tout comme les Kate Smith Celtics (futur Original Celtics) dont les rencontres se déroulaient au Manhattan’s Hippodrome.

LES DÉBUTS D’UN BASKET COLLECTIF

L’ABL fit des avancées significatives dans l’optique d’accélérer le jeu et de le rendre plus « propre » et agréable. Sur le terrain, cela se traduisit par l’interdiction des reprises de dribbles, des cages mais aussi des paris. Par ailleurs, les conduites inappropriées allaient (enfin) être pénalisées, et l’exclusion au bout de cinq fautes obligea les joueurs à mieux se comporter.

nat holmanCes changements, combinés à l’apparition de la règle des 3 secondes, révolutionnèrent le jeu en ABL. Cependant, le basket dans son ensemble demeura sauvage et méconnaissable comparé au basket moderne. Les joueurs de la Metropolitan’s League à New York évoluaient encore dans des cages, et ceux de la MBC, mais aussi de l’ABL, jouaient toujours les entre-deux après chaque panier. Dans de telles circonstances, les scores des rencontres variaient généralement entre 30 et 40 points maximum.

Peu à peu, les nouvelles règles transformèrent le basket en un sport incontestablement collectif. L’interdiction des reprises de dribble constitua une première avancée considérable pour diminuer drastiquement les situations de un contre un. De plus, l’afflux de joueurs issus d’universités (le collectif y était davantage développé) s’avéra un atout supplémentaire pour adopter des systèmes basés de plus en plus sur le jeu de passes, dans lesquels des équipes comme les New York Renaissance et les Original Celtics excellaient.

Grâce à des coaches comme Nat Holman (ci-contre) et Joe Lapchick (anciens joueurs des Celtics), qui tentèrent de faire adhérer leur vision d’un basket construit au plus grand nombre, les défenses gagnèrent en agressivité (sans pour autant être plus violentes) et de nouveaux systèmes offensifs se développèrent pour contrer des défenses toujours plus efficaces. Les équipes prirent notamment conscience des avantages de taille dont les pivots bénéficiaient pour scorer facilement sur les défenses adverses.

UN SPORT EN PERPÉTUELLE ÉVOLUTION

Les Big Leagues marquèrent une étape importante de l’évolution du basketball dans cette première moitié du 20ème siècle. Mais avec des championnats présents uniquement dans le Nord-Est des Etats-Unis, et des règles variant inlassablement d’une ligue à l’autre, le basket allait encore nécessiter beaucoup de changements. Une dernière ère verrait le jour avant la naissance de la NBA : celle des Major Leagues.

Source : « The Undisputed Guide to Pro Basketball History »

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Simon ANNIC (20 Articles)
NBA Addict depuis les premiers dribbles de Kobe avec les Lakers, je suis autant passionné par la NBA actuelle que par l'histoire de la grande ligue, de Red Auerbach à Phil Jackson, d'Elgin Baylor à Chris Paul.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.