Breaking News

L’histoire de la coupe du monde #7 : L’URSS confirme sa suprématie en 1974

Histoire de la Coupe du monde

A l’approche de la coupe du monde de basket qui se tiendra en Espagne du 30 août au 14 septembre, Basket Retro vous propose pendant tout l’été de revenir sur l’histoire de cette compétition, depuis sa création en 1950 à nos jours. Pour le septième volet de cette série, place à la coupe du monde de 1974 qui s’est déroulée au Porto Rico.

Pour cette septième édition, l’organisation est retournée à un pays d’Amérique du Sud. C’est le Porto Rico qui en prend la charge pour la première fois de son histoire. Des stades flambants neufs ont été utilisés pour l’occasion, avec le Juan Pachin Vicens Coliseum de Ponce inauguré en 1972 et d’une capacité de 8.000 spectateurs, le Roberto Clemente Coliseum de San Juan inauguré en 1973 et d’une capacité de 12.000 spectateurs à l’époque.

A domicile, les Porto-ricains figurent parmi les outsiders de la compétition après leur belle médaille d’argent aux jeux panaméricains de 1971.

Fiba-World-Championship-1974-Puerto-Rico-HistoryLes équipes favorites sont les habituelles grandes nations du basket, toujours présentes au rendez-vous, avec les champions en titre Yougoslaves, leurs dauphins brésiliens, l’URSS, vainqueur des JO de 1972, et bien sûr les Etats-Unis.

La Team USA de 1974 est une nouvelle fois composée de joueurs universitaires, dont le plus âgé n’a que 22 ans. C’est l’équipe américaine la plus inexpérimentée de l’histoire qui prend part à cette édition des championnats du monde. Cela ne l’empêche pas de figurer parmi les favorites, preuve des ressources impressionnantes et de l’avance considérable des Etats-Unis en matière de basket-ball. Cette équipe est emmenée par Luther Burden et John Lucas, deux joueurs qui connaîtront une carrière en NBA par la suite.

Cette coupe du monde 1974 a aussi été marquée par la première participation d’un pays d’Afrique noire avec la présence de la République Centrafricaine. Cette équipe a été sacrée la même année aux championnats d’Afrique de la FIBA, mais n’a jamais pris part à nouveau à cette compétition depuis. Néanmoins, les centrafricains n’étaient pas vraiment au niveau, avec notamment une défaite cinglante face à l’URSS (140-48) pour son entrée en matière. A noter également le retour de l’Espagne, qui participe à ces championnats du monde pour la première fois depuis la première édition de 1950.

Il y a pour cette septième édition 14 nations présentes, contre 13 jusqu’alors. Le pays organisateur est toujours exempté de tour préliminaire, et le champion du monde en titre bénéficie pour la première fois de ce même avantage.

Malgré le soutien des 12.000 spectateurs de la Roberto Clemente Coliseum, le Porto Rico ne peut rien faire et perd ses 5 premiers matchs. Elle finit sur une note positive en battant Cuba, quatrième de la compétition, puis le Canada pour décrocher la septième place.

La compétition est plus serrée en haut du tableau. En effet, l’Union Soviétique, la Yougoslavie et les Etats-Unis ne perdent tous qu’un seul match. La Yougoslavie bat l’URSS au terme d’un match disputé (82-79). Elle perd néanmoins face aux américains sur le même écart (91-88). Pour le dernier match de la compétition, les Etats-Unis ont l’occasion de remporter le titre et sortir invaincu de ces championnats. Les soviétiques ne l’entendaient pas de la même oreille et suite à leur victoire, ils seront sacrés champions grâce à la meilleure différence de points. La Yougoslavie prend la seconde place, et les Etats-Unis complètent le podium.

LE CLASSEMENT FINAL DU TOURNOI

Position Equipe Bilan
1  URSS 8–1
2  Yougoslavie 6–1
3  United States 8–1
4  Cuba 5–4
5  Espagne 4–5
6  Brésil 4–5
7  Porto Rico 2–5
8  Canada 3–6
9  Mexique 5–2
10  Tchécoslovaquie 4–3
11  Argentine 2–5
12  Australie 2–5
13  Philippines 2–5
14  République centrafricaine 0–7

LE MVP DU TOURNOI

  •  Dragan Kicanovic (Yougoslavie)

LE CINQ MAJEUR DU TOURNOI

  •  Alexander Belov (URSS)
  •  Vinko Jelovac (Yougoslavie)
  •  Wayne Brabender (Espagne)
  •  Alejandro Urgelles (Cuba)
  •  Alexander Salnikov (URSS)

LES TOP SCOREURS DU TOURNOI

  •  Arturo Guerrero (Mexique) 27 points
  •  Manuel Raga (Mexique) 26.1 points
  •  Eddie Palubinskas (Australie) 24.8 points
  •  Ernesto Ghermann (Argentine) 23.7 points
  •  Wayne Brabender (Espagne) 23 points
  •  Luther Burden (USA) 20.2 points
  •  John Lucas (USA) 19.7 points
  •  Dragan Kicanovic (Yougoslavie) 18.8 points
  •  Alejandro Urgelles (Cuba) 18.5 points
  •  William Adornado (Philippines) 18 points.

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Antoine Abolivier (85 Articles)
Tombé dans le basket en découvrant Tony Parker et Boris Diaw. Passionné par tout ce qui touche à son histoire que ce soit le jeu, la culture ou les institutions. Présent sur twitter, @AAbolivier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.