Breaking News

Kendall Gill, le Jordan de bazar

Kendall

Fût une époque où l’on cherchait systématiquement à trouver un successeur voir un rival à Michael Jordan. Un certain Kendall Cedric Gill fera partie de cette liste. Des mensurations quasi-identique à celle du maître, un bon sens de la défense, d’excellentes facultés aériennes. Autant de points communs qui laissent penser que la comparaison avec « His Airness » n’est pas totalement dépourvue de bon sens. Mais on vous arrête de suite, si le Kendall Gill possède vaguement l’aspect et l’odeur du MJ, il n’en aura jamais eu la saveur.  Description.

kendall-gillKendall Gill voit le jour à Chicago (tiens donc) en 1968. Il ne quittera jamais sa région durant sa scolarité, puisqu’il jouera  tout d’abord sous les couleurs de la Rich Central Highschool d’Olympia Fields, avant de rejoindre l’université d’Illinois. Les débuts de Kendall sous le jersey des Fighting Illini sont plutôt discrets avec une toute petite moyenne de 3,7 points par match. Ces statistiques prendront de l’envergure au fil des saisons, et il bouclera sa carrière senior en inscrivant une moyenne de 20 points par match. Il est ainsi élu dans la troisième AP All America Team . Cette année là, il en profitera également pour s’adjuger le NCAA Slam Dunk Contest. Ce sont les Charlotte Hornets qui sélectionne l’arrière de l’Illinois au premier tour de la Draft 1990. En 5ème position. Pas franchement un cadeau pour Kendall Gill. Les Hornets sont une toute jeune franchise qui enchaîne les saisons dans les bas-fonds du classement de la ligue. Pour sa saison Rookie, Gill prend part à toutes les rencontres de la franchise de Caroline du Nord. L’occasion pour lui d’inscrire 11 points en moyenne par match. Il parvient à s’incruster dans la first All-Rookie Team, qui il faut l’admettre est d’une relative faiblesse cette année là. La saison qui suit, Kendall Gill explose offensivement, et franchit la barre des 20 points par match. Pas suffisant pour faire décoller des Hornets toujours scotchés en queue de classement. Il faudra pour Charlotte et Kendall Gill attendre le renfort d’un certain Alonzo Mourning pour goûter enfin aux joies des playoffs. Les frelons réaliseront une honnête campagne 92/93 qui les verra se hisser en demi-finale de conf’. On se dit qu’avec Larry Jonhson, Alonzo Mourning et Kendall Gill les Hornets tiennent là un trio qui pourrait les aider à s’installer durablement dans les hautes sphères de la conférence Est. Mais le front-office de Charlotte décide d’envoyer Gill à Seatlle au lendemain de l’élimination contre New York. Il faut dire que ces trois là sont plutôt des caractères forts, et l’un des trois était forcément de trop dans l’effectif. En plus Johnson et Gill sont loin d’êtres les meilleurs amis du monde. Johnson déclarant au sujet de son désormais ex-coéquipier :

«  C’est un voyou fouteur de merde, juste bon à détruire la cohésion de l’équipe.. »

kendallA Seattle, Gill atterrit dans une équipe taillée pour aller chercher le titre. Mais durant deux saisons, alors qu’ils cartonnent en saison régulière, les Sonics se font sortir au premier tour des playoffs. Kendall Gill semble trouver sa place dans l’effectif derrière les leaders que sont Payton et Kemp. En 152 matchs sous les couleurs de Seattle il facturera 13,9 points, 3,1 assists et 1,8 interceptions. Au lendemain de sa seconde élimination d’affilée lors du premier tour, Seattle cherche des coupables. On pointe du doigt le coach George Karl. Kendall Gill menace même de quitter le club si Karl reste en poste. Résultat : le front-office soutient son entraîneur et renvoi Gill à Charlotte. Pour le plus grand plaisir de Larry Jonhson. Second passage en Caroline du Nord, pour 36 matchs seulement. Georges Shinn le proprio de l’équipe l’échange aux Nets contre Kenny Anderson. Dans le New-Jersey, après une première demi-saison pour prendre ses marques, Gill retrouve toutes ces qualités. Explosif et dynamique, il score en moyenne 21,8 points (sa meilleure saison offensive) tout en prenant 6,1 rebonds. Saison 5 étoiles individuellement donc, mais il devra patienter jusqu’à l’exercice 97/98 pour retrouver les playoffs. Deux fois rien, un tout petit tour, juste le temps de se faire sweeper par Jordan et les Bulls. Au cours de la saison 98/99, les Nets retombent dans leur travers et ne voient pas la couleur des playoffs. Kendall Gill lui en profite pour inscrire son nom sur les tablettes des records de la ligue. Il termine meilleur voleur de ballon au terme de la saison régulière avec une moyenne de 2,68 steals par match. Il s’offre même le record de ballons volés en une rencontre avec 11 ballons chipés à l’adversaire. Record qu’il partage à ce jour avec Larry Kenon.

Au lendemain de cette saison historique pour lui, Kendall Gill verra sa carrière décliner lentement mais surement. Une fin de carrière qui lui fera voir du pays puisqu’en 4 saisons, il portera 4 tuniques différentes grâce à son statut de free-agent. Miami, Minnesota, Chicago et enfin Milwaukee. Ce sont les Bucks qui mettront un terme à sa carrière en le coupant le 5 janvier 2005 après 14 petites rencontres sous le jersey de la franchise.

kendall-gill-bullsConsidéré à juste titre comme un dur à cuire couplé d’une tête à claques tout au long de sa carrière, c’est presque logiquement que Kendall Gill se tourna vers le noble art au moment de sa retraite. Il faut dire qu’il pratique également les arts martiaux mixtes depuis la fin des années 90. A ce jour, Gill a disputé 4 combats pro’ dans la catégorie mi-lourds. Son bilan est plus que brillant avec  4 victoires dont 3 par K.0. Fidèle à son statut de personnage caractériel, Gill en est récemment venu aux mains avec Tim Doyle, un consultant du magazine « Sport Talk Live » qui a eu l’audace de ne pas abonder dans le sens de Kendall lors d’un débriefing d’après-match des Chicago Bulls pour qui il commente les matchs sur le réseau Comcast Sportsnets.

Kendall Gill avait certainement beaucoup d’atouts dans son jeu pour devenir au minimum un All-Star régulier. Mais son mauvais caractère, et ses nombreuses sautes d’humeur l’empêcheront d’exprimer l’intégralité de son talent de façon positive et surtout sur la durée. Un véritable gâchis. Quand on pense que Magic Johnson déclarait à son sujet :

« Il est monté au smash avec le ballon dans la main droite. Trois défenseurs l’ont suivi là-haut. En l’air, il a fait un changement de main pendant que les autres redescendaient, avant d’écraser un smash terrible. C’était la première fois que je le voyais. J’ai dit aux Lakers de s’intéresser à lui avant qu’il ne devienne une star. On pouvait déjà voir tout son potentiel ».

Un potentiel qui malheureusement n’aura pas eu souvent l’occasion de se dévoiler à nous. Malgré tout, les fans de l’université de l’Illinois se rappellent de Kendall et de ces nombreuses qualités, puisquen 2004, il fût retenu dans la  » Illini Men’s Basket All Century Team  » . 

SES STATS NBA

  • Points: 12 914 soit 13,9 par match
  • Rebonds: 4 002 soit 4,1 par match
  • Assists: 2 945 soit 3 par match
  • Steals : 1 519 soit 1,6 par match
  • Matchs: 966 matchs disputés dont 791 en tant que titulaire
  • 27 matchs de playoffs

SON PALMARÈS

  • 1990/1991 All-Rookie first Team
  • Meilleur intercepteur de la ligue en 98/99 avec 2,67 steals par match
  • Elu dans la Illini Men’s Basket All Century Team
  • Recordman du nombres d’interceptions dans un match (11)

MIX DE SA CARRIERE

Crédits photos : hiphopwired.com/Allhiphop.com/nba.si.com 

 

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Waka Bayashi (94 Articles)
Enfant des eighties, c'est au début des années 90 que je découvre la NBA. En 1993 j'obtiens mon brevet des collèges grâce à l'épreuve de Géographie au cours de laquelle je localise les plus grandes villes sur la carte des Etats-Unis, en ajoutant entre parenthèses le nom des franchises de la ligue, en espérant secrètement quelques points bonus. Fan des joueurs avec un taux de trash-talking élevé (coucou Reggie Miller), j'ai intégré l'équipe de Basket Rétro afin que mes parents soient fiers de moi.

1 Comment on Kendall Gill, le Jordan de bazar

  1. En effet, rien à voir mais alors rien du tout avec His Airness !!!!!!!

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.