Breaking News

ITW Clutch-23 (Partie 2) : « Attention à Houston en playoffs »

Clutch 23 réalise des mix d'images NBA depuis 2 ans.

La deuxième partie de l’interview est consacré à l’actualité NBA et les souvenirs marquants du championnat nord-américain de Clutch 23. Il nous dévoile tout cela avec son œil d’expert et de passionnés de la balle orange. La suite de l’entretien ci-dessous.

BR : Passons maintenant à l’actualité de la NBA. Qui voyez-vous MVP de la saison ? Kévin Durant ou LeBron James ?

C23 : C’est une question compliquée. Ils n’ont pas le même style de jeu. Lebron est ultra polyvalent et sait tout faire : défendre, attaquer, prendre des rebonds, passer, intercepter. Durant est un attaquant grand, rapide qui sait shooter à 3 points, à mi-distance au tour du cercle. Il a une palette de shoots incroyable. C’est une histoire de styles entre ces deux joueurs. Kevin Durant me rappelle plus Michael Jordan dans sa façon d’aborder les attaques. Lebron James me rappelle plus Magic Johnson dans sa façon de jouer. Pour l’intérêt de la NBA, ca serait bien de changer de MVP et de le donner à Durant surtout qu’il le volerait pas. Il fait une saison incroyable. Statistiquement, il est au dessus de James : à trois points, au lancer franc, au rebond. Il est meilleur partout quasiment. James a deux titres de champion, et déjà 4 titres de MVP. Il n’a rien à prouver. Je pense qu’il en aura un autre voire même 2. Cette année, je vois Durant. Maintenant, si le Thunder reste premier à l’Ouest même si Miami a le plus de victoires, Durant sera MVP. Avec la ligne de statistiques et les mois qu’il a gérés sans Russell Westbrook, il a montré qu’il était « valuable ». Je pense qu’il a marqué l’esprit avec son mois de janvier extraordinaire. Il était jordanesque.

BR : Voyez-vous des surprises en playoffs cette année ?

Les Houston Rockets, surprises des playoffs 2014 ?

Les Houston Rockets, surprises des playoffs 2014 ?

C23 : Il n y en aura pas autant que ça dans la Conférence Ouest. Il y aura toujours quelques poils à gratter présents au premier tour. Les gros « contenders » seront là : les Spurs, OKC, puis aussi les Clippers et j’ai un petit faible pour les Golden State Warriors et Stephen Curry. Houston est peut être la surprise pour les finales de conférence. Ensuite si Houston arrive à aller en finale contre Miami, ce sera un gros problème pour le Heat sur une série. Miami est rodé et a l’habitude du small ball, est faible dans la peinture et aime jouer les équipes dont ils ont l’habitude des confrontations. Ils ont déjà joué OKC en finale et ont un ascendant psychologique sur eux. Ils auront probablement l’avantage du terrain sur le Thunder. Ca peut être l’effet Détroit contre les Lakers. Les Pistons étaient en route pour un three peat et se sont fait cueillir par Détroit. (ndlr : victoire de Detroit en 89). Attention à Houston et au duo Howard-Harden. Sur une grosse série, le pivot titulaire des Rockets peut aligner 25 points, 12 rebonds.

Du coté de la conférence Est, c’est plus intéressant. Charlotte est pour l’instant en playoffs en étant classé septième. Je suis inquiet pour l’équipe qui jouera les Bobcats au premier round si Charlotte évite Miami ou Indiana. C’est intéressant. Ca ferait taire les critiques sur la gestion de Michael Jordan. Avec son recrutement et les trades, l’équipe est très intelligente. Elle s’est construite aussi avec des joueurs issus de la draft. Elle ressemble à celle d’OKC à ses débuts avec ses bons choix de draft : Durant, Westbrook, Harden. C’est un petit marché au niveau de la NBA contrairement au niveau universitaire où la Caroline du Nord en est un très gros. Charlotte peut passer un premier tour, ce que n’a jamais atteint la franchise.

Ce qui est aussi intéressant, c’est qui de Indiana ou de Miami aura l’avantage du terrain. L’année dernière,

Indiana ou Miami pour le titre de champion 2014 de la Conférence Est ? (c) panoramic

Indiana ou Miami pour le titre de champion 2014 de la Conférence Est ? (c) panoramic

Miami gagnait le game 7 avec l’avantage du terrain face aux Pacers. Les deux équipes se sont renforcées. A moins d’un accident, on est sur de les retrouver en finale de conférence. Si Miami a encore l’avantage du terrain, le Heat gagne même en 7 matchs. En revanche, si Indiana a cet avantage, il y a une chance sur 2 pour que Miami saute voire même 75 % de chances, et même avant un septième match. Tout dépendra de l’avantage du terrain. Si Brookyln joue les playoffs avec un Pierce et un Garnett en pleine possession de leurs moyens, on aura un Boston bis. Je ne vois pas les Clippers aussi fort. Ils jouent bien, ca vole de partout. Quand il s’agit de défendre, d’être dans le dur, ça coince.

BR : Par rapport à ce que vous dites, vous voyez une finale NBA Miami contre Houston ?

C23 : Ca peut être le pire adversaire pour Miami en finale. L’adversaire le moins idéal serait Houston voire Golden State. Si c’est San Antonio, le Heat va les laminer. Je pense que les Spurs vont aussi bien lutter en playoffs avant les finales de conférence. Je ne vois pas Oklahoma battre le Heat sur six manches. Il peut y avoir deux surprises en finale NBA à l’Ouest : Golden State qui a donné des difficultés à Miami récemment même si Lebron inscrit le panier de la gagne. Si Miami joue les Warriors en finale au meilleur des 7 matchs, ce n’est pas une bonne configuration pour le Heat. Miami n’aime pas jouer une équipe comme Golden State qui a 40-50 % aux tirs à 3 points. Les meilleures adversaires pour Miami en finale NBA sont ceux qu’ils ont déjà affrontés : OKC, San Antonio.

BR : Qui voyez-vous champion NBA 2014 ?

C23 : Objectivement, je vois Miami faire le three peat sauf s’ils n’ont pas l’avantage du terrain que ce soit en finale NBA ou en finale de conférence. Ensuite je me remémore le three peat des Bulls en 91-92-93. En 93, Chicago a eu beaucoup de mal. Ils ont vécu une saison régulière avec des hauts et des bas. Et ils se sont faits accrochés en playoffs par les Knicks. Contre Phoenix en finale 93, ca s’est joué à chaque fois à six points maximum d’écart. C’est un grand Jordan qui a fait la différence en playoffs avec des matchs à 50 points et plus. Au-delà de cela, Chicago aurait pu se faire prendre par New York et Phoenix. Si Miami n’a pas l’avantage du terrain, il faudra un grand Lebron James et un D-Wade en pleine possession de ses moyens. Contre Indiana si Wade n’est pas bon, ce sera très difficile. Les Pacers vont jouer dur. Si le heat a l’avantage du terrain, ils auront l’arbitrage et le public avec eux. Si ce n’est pas le cas, je vois OKC ou Indiana champion NBA.

BR : Quelles sont vos équipes favorites et pourquoi ?

C23 : Je suis un grand fan inconditionnel des Bulls depuis 1989. Ils ont connu des mauvaises heures comme en 1998-1999. C’est un drame cette saison où ils finissent derniers de la NBA. Après avoir vécu six titres. J’aime l’âme qu’ils ont. C’est des combattants. Ils jouent pour résister, pour leurs fans. Il y a une mentalité Chicago Bulls. Sinon, j’ai gros coup de cœur cette année pour les Golden State Warriors.

« Je suis un grand fan inconditionnel des Bulls depuis 1989 »

BR : Et inversement, quelles sont les équipes que vous détestez et pourquoi ?

C23 : C’est plus dur là. Je vous dirais que je n’aime pas beaucoup les Lakers. Ce n’est pas de leur faute non plus. L’année dernière je les aimais non plus avec Howard, Nash. Faut reconstruire cette équipe. Ca n’a plus rien à voir avec ce que j’ai pu aimer de cette équipe dans les années 80 et 2000 même dans les années 90 même s’ils ont rien gagner. A cette époque, ils étaient fun à voir jouer. Puis Boston n’est pas intéressant à regarder, club en fin de cycle.

BR : Avez-vous le souvenir d’un match NBA d’anthologie : performances d’un joueur, matchs de playoffs, All Star Game ?

C23 : Oui le match 6 des dernières finales entre Miami et San Antonio avec le shoot de Ray Allen. (voir vidéo ci-dessous) Popovich fait une erreur de coaching. Il fallait faire faute. Les Spurs étaient champion à six secondes de la fin. Il a manqué ce titre là à Tim Duncan pour passer au dessus de Kobe au niveau de la carrière. Ce match que j’avais vu en live avec mes amis m’a marqué. On était tous pour San Antonio. On était écœuré. Je savais ensuite que les Spurs avaient perdu le titre après ce match 6. Je pense aussi que si Lebron James va en finale, il n’en perdra plus jamais une.

Un autre match qui m’est marqué est le Game 6 des Bulls en 98 contre Utah du début jusqu’à la fin. Utah joue à domicile et mène. Pippen se blesse et sort. Jordan gère le match avec un finish sur trois actions : un lay up en toute vitesse ; interception sur Karl Malone, et panier inscrit en faisant un crossover sur Byron Russell (voir vidéo ci-dessous). On a typiquement un match où Jordan ne peut pas compter sur son lieutenant. Il n’a pas une équipe qui est forte au shoot ce jour là. Je crois que Chicago est à 36 % de réussite. C’est un drame. Et l’arbitrage maison Utah est contre eux. Je veux voir un match de ce niveau là du coté de Lebron James en finale NBA où le joueur va plier l’équipe adverse de A à Z  à lui tout seul. Et prendre son équipe en main. C’est ce qu’il lui manque aujourd’hui.

Madison Square Garden

Madison Square Garden

BR : Avez-vous assisté à un match NBA. Si oui, pouvez-vous nous décrire l’ambiance ?

C23 : Oui j’ai vu un match au Madison Square Garden en 1992 entre New York et Chicago à Noel. C’était un très bon match. Jordan inscrit 40 points et quelque. C’était un gros match avec une grosse ambiance. Au Garden, j’étais à cinq rangées du banc des Bulls. J’ai pris des photos avec un appareil jetable. Debout je voyais Scottie Pippen, Michael Jordan. C’était super. Ensuite j’ai vu deux matchs au United Center en 1997 : Chicago – New York et Chicago -Indiana. Je le conseille d’assister à un match NBA, c’est autre chose de le voir à la télé.

BR : Quelles sensations avez-eu au United Center ?

United Center

United Center

C23 : Etant donné que j’ai vu le vieux Chicago Stadium non pas pour voir un match de NBA mais pour un événement de charité, il n’est pas comparable à celui du United Center. Le problème est que les vieilles salles sont très artisanales mais vous aviez une acoustique remarquable. Les gens étaient les uns sur les autres. C’était le bordel. Au United Center, maintenant vous avez des écrans géants, des shows lumineux. C’est autre chose. Il est magnifique, beau : parquet, places. J’ai entendu le speaker Ray Clay qui parlait en 1997 «  And Now… » avec l’animaton des taureaux qui courent. C’est énorme.

BR : Avez-vous déjà rencontré des joueurs NBA ?

C23 : En face à face non. Jordan et Magic sont vieux et ont la bedaine. J’ai peut-être moins envie de les voir (rires) mais en tant que joueurs peut être. Si Charlotte continue à performer, je passerais bien un weekend à Charlotte pour voir  les Bobcats jouer contre un gros : Charlotte- Miami ou Charlotte-Indiana. Et voir Jordan dans la tribune VIP. Je prendrais un biller VIP.

BR : Avez-vous des produits dérivés ?

C23 : Oui j’ai presque 400 maillots dont une quinzaine signés : le violet de Toronto de Vince Carter, ceux de Shawn Kemp et Gary Payton, le maillot jaune des Lakers de Magic Johnson, le maillot rouge des Hawks de Dominique Wilkins, ceux de Jordan et de Pippen, un de Rodman, le gris des Spurs de Tony Parker, les deux maillots du lycée de Lebron James (un vert, un blanc) et celui des Cavs en rouge. Puis j’ai plein de casquettes et chaussures : 7-8 paires de Jordan.

 » J’ai presque 400 maillots dont une quinzaine de signés »

BR : Quel est votre 5 majeur idéal de toute l’histoire de la NBA ?

C23 : Ca c’est dur. Il faut prendre les meilleurs de chaque poste et en faire un 5 cohérent. Je dirais Shaquille O’Neal (pivot) Jordan (arrière), Magic (meneur), Pippen (ailier), James (ailier). (Rires). C’est une équipe de fou.

BR : Avez-vous un autre souvenir basket hormis la NBA : Euroligue, Equipe de France ?

C23 : Oui le titre de l’Equipe de France à l’Euro 2013. Les français ont super bien joué. Tous se sont investis. Les absents qui ne sont pas venus ont eu torts. Avec ces absents, je pense qu’il n y aurait pas eu de suspense du tout. Si Noah était présent dans la peinture, c’était fini pour l’Espagne. Je retiens aussi la finale USA – France en finale des JO de Sydney. Les bleus avaient perdu de 10 points. Je fais un mix d’ailleurs sur cet équipe américaine de 2000. Elle était athlétique avec les Garnett, Carter. J’y ai cru au hold up des tricolores ce jour là. C’était magnifique quand même.

Merci à Clutch 23 pour cet entretien dans Paris.

Propos recueillis par Richard Sengmany

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Richard Sengmany (381 Articles)
Découvrant le basket dans les années 90 grâce à la diffusion des matchs NBA sur Canal+, je rédige depuis plus de dix ans des articles sur la balle orange, sur d'autres disciplines sportives et la culture.

1 Comment on ITW Clutch-23 (Partie 2) : « Attention à Houston en playoffs »

  1. Miami champion cette année je n’y crois pas mais alors pas du tout !

    J'aime

Répondre à joachimcelts Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.