Breaking News

Teresa Edwards, Miss USA

Coupe du monde

Montage Une : Laurent Rullier pour Basket Rétro

A l’heure où se déroule en Australie la Coupe du monde féminine de basket, et dans une compétition où les Américaines font encore figure de favorite, Teresa Edwards symbolise à elle seule la soif de victoire des Etats-Unis. Une carrière jalonnée de succès et dorée sur tranche avec quantités de médailles d’or.

SYMBOLE DE LA VICTOIRE AMERICAINE

Dans l’histoire des Championnats du monde, la statistique est assez éloquente et démontre, s’il le fallait encore, qu’un pays domine de la tête et des épaules les compétitions internationales. Les États-Unis, bien évidemment, peuvent se permettre d’arriver à chaque tournoi avec une armada de joueuses aussi douées que talentueuses. Tant et si bien que parmi ces têtes d’affiches qui sont également assimilées à des « Dream Team » et alliées à la compétence et à une disciple féroce, les USA trustent les médailles d’or. Dix médailles d’or en dix-sept participations, quelques accros parfois, certes, mais des victoires et une domination totale sur ces dernières décennies. Dès lors, parmi la pléiade de joueuses au firmament figure Teresa Edwards.

Seule anicroche à ce tableau de rêve, une médaille en bronze à Barcelone en 1992, qui plus est, éliminée en demi-finale par l’ancienne URSS ou ce qu’il en restait puisque l’Union soviétique était tombée en 1991. Ajouté à cela, deux championnats du monde avec notamment une médaille d’or glanée en 1986 sur les terres soviétiques en ayant éliminée cette fois les Soviétiques en demi-finale (102-88). Plus une autre en Malaisie en 1990 pour compléter le tableau. Teresa Edwards est donc à elle seule le résumé de près de 20 ans de domination du basket féminin US sur le monde et les olympiades. Une double décennie que ses héritières perpétuent une nouvelle fois à l’heure actuelle et près de 20 ans après la fin de sa carrière (en 2004).

CARRIERE DE COACHING ET HALL OF FAME DU BASKET

C’est donc une joueuse non seulement de talents mais qui a également su se mettre au service de son pays. Elle fut même missionnée pour être chef de sa délégation lors des JO de Londres, en 2012 et a été nommée « Athlète de l’année » à quatre reprises (1987, 1990, 1996 et 2000). Cette spécialiste des passes décisives et des interceptions a été plus qu’une joueuse et représente un pan de l’histoire du basket féminin US. Aujourd’hui, âgée de 58 ans, Teresa Edwards transmet toujours sa passion du basket et le flambeau à la jeune génération. Au sein du Dream d’Atlant, en tant qu’adjointe, Edwards ne s’est jamais trop éloignée de sa Géorgie natale et peut se targuer d’être également « Hall of Fame » en compagnie notamment de Becky Hamon, Lauren Jackson ou encore Tamika Catchings, Tina Thompson et l’ancienne sélectionneuse US, Dawn Staley.

UNE CARRIERE EN OR 

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Volkan Ozkanal (23 Articles)
Fan de basket européen, d'Anadolu Efes, de Fenerbahçe du KK Partizan Belgrade et du CSKA Moscou, je voue un culte à l'immense Željko Obradović ainsi qu'à Petar Naumoski, grâce à qui j'ai appris à aimer la balle orange. Passionné également d'histoire, j'essaye de transmettre ma passion à travers Basket Retro.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.