Breaking News

23 mars 1988, Paoline Ekambi, première femme française à commenter une rencontre NBA !

Télévision

Montage Une : Aurélien Sohard pour Basket Rétro

Alors que la course aux play-offs fait rage, Canal +, alors encore à ses balbutiements NBA, confie un micro à Paoline Ekambi. Ce soir là, Jordan affronte Barkley mais à l’antenne Mister George Eddy et Pao font eux équipe, aux commentaires. Basket Rétro vous propose de revenir sur ce moment d’exception. Récit !

George m’avait demandé de venir avec une veste jaune. Il était en jaune aussi. Comment cela, on ne voit pas ma veste jaune sur la vidéo ? Paoline Ekambi

Charles Bietry voulait qu’on soit en costume comme à la télé américaine ! On avait parfois des vestes jaune ou bleu ciel. C’était très arc en ciel. Chaque semaine c’était très coloré sur Canal ! George Eddy

George Eddy, veste jaune le 23 mars 1988 – Source : Chaine YouTube de Darluque

UNE PREMIÈRE

Au téléphone, Paoline Ekambi se marre à cette idée. Et non, on ne voit pas cette veste jaune sur la vidéo que nous propose la chaine YouTube de Darluque, une chaine dédiée au basket de l’ancien temps et à d’autres « vieilleries » parfois aussi. Mais si d’autres enfoncent des portes ouvertes, Paoline, elle, gravit des montagnes. Et ce n’est pas piolet en main, mais micro casque sur la tête, qu’en ce 23 mars 1988, elle devient la première femme française à commenter une rencontre NBA à la télévision comme elle fut la première à jouer en NCAA.

Je m’en souviens comme si c’était hier ! En plus ce match… les Chicago Bulls de Jordan sur Canal ! C’était la première fois que George invitait une femme à l’écran et j’étais extrêmement touchée, très honorée aussi. Alors oui je m’en souviens ! Et ce n’était pas un exercice facile, c’était en différé, on regardait les écrans et moi j’avais encore mes réflexes de joueuse. Et puis surtout, je ne m’y attendais pas du tout. Je n’étais pas consultante : j’étais invitée. Je ne voulais surtout pas empiéter sur l’espace de George Eddy, j’étais déjà si contente ! Paoline Ekambi

On avait changé notre méthode à l’époque. Les deux premières années, j’étais consultant sur Canal. Et là, Charles Bietry voulait que je passe en numéro 1, c’est à dire journaliste descriptif et que j’invite chaque semaine des personnages importants du basket français pour faire le consultant. C’était assez révolutionnaire comme concept. On a eu Pierre Dao, Jean Galle, George Fischer, Bill Sweek et d’autres. C’était l’occasion d’entendre à la télé les grandes personnalités du basket français à l’époque. Paoline était une des meilleures joueuses du championnat et c’était assez logique qu’on l’invite. On s’est pas dit avec Charles, il faut qu’on prenne une femme, non, pas du tout. Cela s’est fait naturellement parce qu’elle était à cette époque un personnage incontournable du basket d’autant qu’elle avait joué à Marist college. George Eddy

C’est George Eddy qui prend contact avec cette grande fan des Bulls, comme beaucoup à cette époque. Et c’est sans préparation ou presque que Paoline Ekambi va prendre la parole pour commenter Chicago / Philadelphie.

LE SHOW JORDAN

Aux Bulls, Jordan règne en maitre aux côtés de Charles Oakley, Sam Vincent, John Paxson, Scottie Pippen ou Horace Grant, alors rookies. A Philadelphie, si Maurice Cheeks et Mike Gminski l’ancien pivot de Duke tirent leur épingle du jeu, c’est un Sir Charles blessé qui porte les siens à bout des bras. Chicago joue alors les premiers rôles à l’Est tandis que les Sixers luttent pour se qualifier en playoffs. Dans cette rencontre qui a lieu au Spectrum de Phila, Chicago prend rapidement l’avantage. Après douze minutes, Chicago mène de 4 points 34 à 30. Le second quart n’apporte pas grand chose de plus que la première période. Et, à la mi-temps, Chicago est toujours devant mais de deux points (55 – 53). Grant, sans lunettes, s’est montré à son avantage côté Chicago, tout comme Sam Vincent. David Wingate et Cliff Robinson font de leur mieux, côté Sixers. Pippen, lui, a peu joué à cause des fautes et Jordan reste dans l’ombre. Pour un temps…

C’était un exercice intéressant parce qu’à chaque fois il fallait mettre à l’aise l’invité qui n’avait pas l’habitude de la télé forcément. Par exemple, Vincent Collet quand il vient, il est exceptionnel ! Il était encore joueur et avait une connaissance du basket américain assez rare. On a découvert la richesse de sa connaissance basket à cette occasion. Que Bill Sweek ou Bob Fischer connaissent le basket US : c’est normal mais Vincent est sorti du lot incontestablement. Cela m’a rendu beaucoup plus polyvalent pour la suite ces expériences. C’était un exercice intéressant parce qu’à chaque fois il fallait mettre à l’aise l’invité qui n’avait pas l’habitude de la télé forcément. George Eddy

J’imagine qu’il m’a briefé mais je ne me souviens pas qu’il m’ait aiguillé en me disant : « tu dis telle ou telle chose ». Moi, j’y suis allé en fan des Bulls ! George a fait en sorte que je me sente libre d’être moi même. Et puis c’était la première fois que je commentais une rencontre qui plus est des garçons alors j’ai préféré rester humble et à ma place. Je n’étais pas rompu à l’exercice. Paoline Ekambi

Spike Lee qui est dans les tribunes, lui le New Yorkais, voit Philadelphie recoller au score sur un shoot de Gminski (55 partout) puis passer devant grâce à deux paniers de Cheeks. L’entraineur des Bulls, Doug Collins, assisté du maître zen Phil Jackson prend alors un temps mort pendant lequel Paoline s’exprime à l’antenne sur le basket féminin français :

Le basket féminin trouvera ou retrouvera son public lorsqu’il y aura un titre où lorsqu’une équipe gagnera la Coupe d’Europe. Il y a eu le CUC par le passé. Le Stade Français joue bien actuellement mais pas assez pour gagner au niveau européen. Paoline Ekambi

Suite à cette interruption, Paoline et George mettent en avant le show Jordan. Jordan, 16 points à la mi-temps, va en effet prendre feu dans le second acte de ce match. MJ score ainsi 16 points dans le troisième quart. Le tout entre plusieurs digressions bien venues de nos deux commentateurs sur Pierre Galle (qui a fait du bon boulot à Montferrand quand il entrainait les filles), Clarence Kea (qui a les même shorts gigantesques que Jordan), Apollo Faye (qui tient le ballon comme un pamplemousse façon Jordan) ou James Hardy (qui vient d’enflammer Coubertin avec Hervé Dubuisson). Côté Phila, Barkley maintient son navire à flot (18 points). Le duel attendu a bien lieu dans ce match qui reste serré puisqu’après 36 minutes, Chicago n’est devant que de 2 points. Et alors que Paoline Ekambi évoque le fait qu’Odile Santaniello reste la joueuse la plus difficile sur laquelle défendre, avec Christelle Doumergue, nous rentrons dans le money time. Mais Jordan plie la rencontre vite. D’ailleurs, avec ses 49 points, au final, difficile de voir quelqu’un d’autre que lui et Chicago l’emporte somme toute assez largement 118 à 102.

Paoline Ekambi sous le maillot des bleues (Source : Basket Retro) et au micro (Source : @Skander Guetazi)

ET APRES…

Cette aventure s’était arrêté là. Mais à l’époque c’était lui et lui seul qui commentait donc il n’y avait rien de plus normal. Les matchs NBA, c’était la voix de George Eddy que l’on entendait. Et puis, il avait cet accent américain et quel passionné ! C’était son job une fois que Charles Bietry lui ait donné sa chance. L’expert c’était lui. Mais je n’ai pas oublié ce moment. Il a été formidable avec moi. Paoline Ekambi

Nous n’avons collaboré qu’une fois avec Paoline. Après, on a eu beaucoup de consultantes pour l’équipe de France. On a eu Céline Dumerc, Paoline Salaignac et beaucoup beaucoup d’autres sur Canal. On était toujours très ouverts à avoir des femmes consultantes. George Eddy

LA RENCONTRE SIXERS VS BULLS COMMENTEE PAR PAOLINE EKAMBI ET GEORGE EDDY EN IMAGES

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Guillaume Paquereau (64 Articles)
Amoureux de Gozilla depuis mon plus jeune âge, je suis devenu fan des Suns ! De Sir Charles à Dan Majerle en passant par Nash, via Stoudemire pour aller jusqu'à Devin Booker : PHX a le monopole de mon coeur. Je veux du soleil !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.