Breaking News

1989 – 1990 : la saison NCAA de Yannick Souvré

NCAA

Montage Une : Laurent Rullier pour Basket Rétro

C’est une petite histoire d’une grande histoire que Basket Retro vous propose de découvrir. En effet, à l’été 1989, Yannick Souvré décide de quitter Mirande, son club formateur, pour les États-Unis et l’université californienne de Fresno State. Récit.

La vallée de San Joaquin est la région agricole la plus riche au monde en dollars d’exportation. C’est là que se situe Fresno en plein cœur de l’État de Californie. C’est encore là qu’est né le pivot NBA Bison Dele (Brian Williams), sous un soleil de plomb. La ville tire son nom des frênes blancs qui jouxtent ses alentours, fresno en espagnol. En 1901, la sixième université de Californie y voit le jour. Le nom officiel de l’université est California State University, Fresno. Pour les besoins du département d’athlétisme, l’université s’appelle simplement Fresno State – jamais Fresno State University et jamais non plus Fresno. L’université se targue en effet d’être l’« équipe de la vallée ». Une symbolique qui est vue sous la forme d’un V vert sur les uniformes des Bulldogs, surnom des équipes sportives, comme un hommage pour la communauté agricole de cette vallée centrale de Californie. En 1971, la fac y accueille une équipe féminine de basket qui est placée dans la Big West Conférence avec notamment San Diego, Fullerton, Long Beach, Santa Barbara ou Hawaï. Les résultats de l’équipe restent médiocres jusqu’à l’arrivée en 1981 de Bob Spencer, un coach chevronné et compétent.

Bob Spencer porté en triomphe par ses joueuses de Fresno en 1987. Source : The Fresno Bee

SHANNON MCGEE

Spencer guide en effet William Penn au titre NCAA en 1981. Entre 1974 en 1981, son pourcentage de victoire en saison régulière est même de 85% avec WP ! Sous ses ordres, entre 1984 et 1988, Fresno State va gagner chaque année au moins 20 rencontres sur les 30 (environ) de la saison régulière. C’est à cette époque que Shannon McGee joue pour les Bulldogs pendant quatre saisons de 1984 à 1987. Excellente joueuse dans une excellente équipe, McGee marque l’histoire de Fresno State. Ainsi, le média guide de la saison 2019 – 2020 nous apprend qu’elle figure avec 1515 points au 6ème rang des marqueuses les plus prolifiques de l’histoire de Fresno State. A la fin de son cursus universitaire, cette férue de pêche pose ses valises en France, à Mirande, pour y vivre du basket. C’est là, en 1988 et 1989, que McGee devient championne de France aux côtés de joueuses confirmées comme Valérie Garnier, Martine Campi ou Nathalie Etienne-Bergaud pour ne citer qu’elles mais également de novices comme Loetitia Moussard ou Yannick Souvré. Cette dernière débute en Nationale 1 à 15 ans et, poussée par ses parents obtient en 1988 un Baccalauréat D (scientifique) par correspondance avant d’entamer un cycle universitaire à Toulouse, en STAPS. André Souvré, son père, a été international lors des championnats d’Europe 1961 en Yougoslavie, champion de France en 1963 et deux fois vainqueur de la coupe de France en 1962 et 1963 avec le PUC (Paris université club). Sa maman enseignante d’EPS insiste elle aussi pour que Yannick, même si elle se destine vers le basket pro, mène de front des études. C’est dans ce contexte que va se jouer le lien Shannon McGee. Dans une interview donnée pour Basket Rétro en 2015, Yannick se souvient :

En discutant, avec Shannon (McGee) elle me dit «  si tu veux, si ça t’intéresse d’aller aux États-Unis, je te mets en contact avec mon ancienne fac ». Il n’a pas été question pour moi de démarchage de plusieurs facs et ceux des États-Unis vers moi. Shannon a juste contacté son coach de l’époque (Bob Spencer). On a envoyé des cassettes. On a montré quelques actions de jeu. Et le coach de Fresno a été intéressé par mon profil. On m’a offert une bourse. Sans celle-ci, il n’était pas question d’y aller. C’était bien trop cher. Et j’ai atterri à Fresno State. J’avais envie de vivre une expérience comme ça.

C’est ainsi qu’à la fin de l’été 1989, Souvré quitte la France pour le campus de Fresno. Chez les Bulldogs, Simone Srubek une pivot senior et Gari Gaines doivent mener une équipe qui s’est bien renforcée avec Stacy Corneggia et Yannick Souvré nous dit The Fresno Bee, le journal local. Yannick va jouer à la Sealland Arena d’une capacité de 10.000 personnes. La salle a accueilli par le passé des concerts d’Elvis Presley, Tina Turner, Abba,  David Bowie ou d’Elton John. Autant dire rien à voir avec la Poudrière… La saison doit commencer le 24 novembre 1989 avec le Nevada Wolf Pack Classic à Reno dans le Nevada. Yannick découvre une vie et des coutumes dont elle n’imaginait rien :

Le basket, c’est les États-Unis avant tout de chose. Je suis tombé dans une fac où l’entraîneur était fan de l’entraînement. Quand je suis arrivé, j’ai halluciné. C’était un autre monde. Je sortais de Mirande où on était réputé pour s’entraîner dur. A Fresno State, je me suis entraîné très très dur. C’est-à-dire c’est 3 heures non stop, très peu de boisson, faire les montées et descentes des gradins du stade de foot, la musculation. A l’époque, ça commençait à peine la musculation. On en parlait très très peu en France. Là-bas on en faisait trois fois par semaine. J’ai découvert une autre culture basket, une autre tout court. Je me suis découverte moi-même. Quand j’ai joué à Fresno, comme j’étais assez grande pour une meneuse, ils m’ont fait jouer à l’aile. Ce qui était un peu un paradoxe puisque je suis pas faite pour cette position-là.

SPORT ILLUSTRATED

Pour son baptême du feu en NCAA, Souvré enchaine trois matchs en trois jours. Les Bulldogs gagnent ainsi le 24 face à Bucknell (90-65), le 25 contre Texas Tech (78-69) mais perdent (77-62) en finale de ce tournoi de début de saison face à North Texas. Seconde française à tenter sa chance en NCAA après Paoline Ekambi à St Marist, Yannick enchaine les matchs en décembre (7). Pour son premier match, at home à la Sealland Arena, pour le Taco Bell Classic autre tournoi de début de saison, elle met le feu à la salle ! Dans la victoire des siennes 129 à 66 contre Baylor, notre blonde aux cheveux longs et bouclés, va scorer 36 points avec en prime 8 tirs à 3 points. Pour vous situer la performance, cette marque constitue un record de franchise qui ne sera battu qu’en 2018 par Candice White. Quant aux 8 paniers à trois points, Yannick Souvré n’a pas encore été dépassée, 32 ans après (NDRL : Jaleesa Ross l’a égalé le 2 octobre 2011). C’est sans surprise que le 4 décembre 1989, elle est élue joueuse de la semaine de la Big West. Pour son premier numéro de 1990, Sport Illustrated 1990 dont c’est la 72ème année d’existence, revient même sur la performance de la toulousaine !


Records pour Yannick Souvré ! Source : Sport Ilustrated

Sur la même page du magazine, on revient également sur l’incroyable décennie 80 de Lakers (584 – 222) et sur un rookie nommé David Robinson qui change le visage de la franchise des Spurs de San Antonio… Bref, le soleil brille en décembre pour notre basketteuse et pas seulement parce qu’elle se trouve en Californie. C’est encore dans ces conditions qu’elle s’offre un beau cadeau de noël en découvrant New York, les 29 et 30 décembre en participant au St. John’s Invitational. Les premiers jours de janvier riment avec victoires pour les Bulldogs qui débutent l’année sur six succès consécutifs (Cal State Fullerton, Pacific, UC Santa Barbara, Irvine, San Diego State et San Jose State). Yannick pas toujours très à l’aise à l’aile rend des copies mitigées offensivement, s’appliquant sur la passe avant tout. En février, les défaites s’accumulent : 6 en 9 rencontres dont deux face à Hawaï à domicile… Faute de voyager dans le Pacifique, elle découvre quand même Las Vegas et Santa Barbara avant que Mars et sa March Madness se présentent. Plus tôt, elle a même été une supportrice attentive des garçons de sa fac qui affrontent UNLV coachée par Jerry Tarkanian et menée par Larry Johnson. Las Vegas sera d’ailleurs sacrée champions NCAA cette année là. Au final, avec 21 victoires pour 12 défaites, les Bulldogs sont en progrès par rapport à l’année précédente mais peinent face aux formations de leur conférence.

 

Yannik Souvré et son numéro 23 (premier rang en bas à droite) Source : Bulldogs.com

WIN OR GO HOME

Le Big West Conference Women’s Basketball Tournament est le tournoi de la conférence Big West. Il s’agit d’un tournoi à élimination directe qui s’organise selon les records (classements) de la saison régulière. Fresno termine quatrième derrière UNLV, Hawaï et Long Beach. Le gagnant, déclaré champion de la conférence, s’invite au tournoi final de la NCAA (March Madness). Ce tournoi féminin a lieu chaque année depuis 1983. Alors, au Long Beach Arena, en ce 9 mars 1990, la tension est palpable. Au premier tour, Fresno et Fullerton, qui s’affrontent, se connaissent bien puisqu’ils se sont rencontrés à deux reprises en saison régulière. Dans les deux matchs, Spencer fait le choix en défense de ne pas doubler sur Genia Miller, la star de Fullerton, tout en essayant de contenir les autres joueuses. Cette stratégie fonctionne bien le 4 janvier quand les Bulldogs se défont des Titans 74 à 59. Mais le 1er mars, Fullerton prend sa revanche à 68 – 60. Alors, en chat échaudé craignant l’eau froide, Bob Spencer décide de changer son fusil d’épaule pour doubler systématiquement en défense sur Miller pour ce Win or Go Home Game. Et cela marche ! Cette dernière va bien terminer avec 15 points et 6 rebonds contre 24 points et 12 de moyenne sur la saison mais les Titans patinent. Ainsi, Katy Werth pour Fullerton marque bien 27 points mais à 11/30 aux tirs. Pour les Bulldogs de Fresno State, Stacy Cornaggia brille avec 18 points, Geri Gainey en rajoute 14, et Simone Srubek 12. The Los Angelès Times du 9 mars 1990 mentionne bien que Yannick s’est beaucoup dépensé en défense mais ne précise pas son nombre de points pour cette rencontre. Deux jours plus tard, les protégés de Spencer ne pourront rien contre UNLV (91-71). Ainsi s’achèvera la belle aventure universitaire de Yannick Souvré. En 33 matchs, Yannick termine sur la saison sur un 60 / 154 à 3 points, soit le 5ème meilleur pourcentage de réussite de l’histoire de la faculté. Globalement cette équipe de 1989 / 1990 reste à ce jour la plus collective de l’histoire de Fresno State avec 570 passes décisives pour la saison. Pour la petite histoire, le titre NCAA féminin sera remportée par Stanford. Pour l’anecdote, Fresno State est la fac d’un certain Paul George. Yannick, elle, terminera son aventure américaine avec un diplôme de seconde année universitaire en communication. Elle aura encore appris à pratiquer un anglais courant qui lui sert actuellement dans sa vie professionnelle. En outre elle aura vécue une formidable aventure humaine, sous le soleil de Californie…

Le Bulldog : mascotte de Fresno State avec son célèbre V vert pour la Vallée. Source : Wikipédia

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Guillaume Paquereau (63 Articles)
Amoureux de Gozilla depuis mon plus jeune âge, je suis devenu fan des Suns ! De Sir Charles à Dan Majerle en passant par Nash, via Stoudemire pour aller jusqu'à Devin Booker : PHX a le monopole de mon coeur. Je veux du soleil !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.