Breaking News

Tom Van Arsdale, le joueur qui n’aimait pas le mois de mai

Portrait

Montage Une : Laurent Rullier pour Basket Rétro

11 Saisons, 929 matchs, 15,3 points de moyenne, 3 fois All-Star, Rookie NBA Team, voilà une carrière tout à fait correcte. En tout cas, c'est la belle copie que rend Thomas Arthur « Tom » Van Arsdale. Comment ? Ce joueur ne vous dit rien ? Vous ne l’avez jamais vu en playoffs ? Normal, il n’y a jamais joué. Pas une minute, pas même inscrit sur la feuille de match. Tom Van Arsdale (Vandy pour les intimes) est le joueur qui détient le record du joueur ayant joué le plus de matchs de saison régulière sans jamais avoir atteint les playoffs. 929 matchs, 11 saisons, et des vacances anticipées, toujours, oui toujours comme un rituel, ou plutôt un chemin de croix.

LA CARRIÈRE DE VANDY

Né le 22 février 1943 à Indianapolis Tom Van Arsdale ne rêve que d’une chose intégrer l’Université de l’Indiana. Peu importe l’intérêt qu’il suscite auprès d’autres universités. C’est l’université de sa terre, c’est là qu’il veut jouer. Et c’est là qu’il a joué avec son frère. Tom est assez rugueux, dur au combat et sur le parquet bien qu’un peu lent. Son frère l’est tout autant avec un penchant défensif clairement plus affirmé. Sa carrière universitaire se termine sans trophée mais pas sans laisser quelques bons souvenirs dans l’Indiana. Au passage, il remporte la médaille d’or lors des World University Games de 1965.

La même année, il se présente à la draft. Drafté au deuxième tour par les Detroit Pistons il va enfin intégrer la NBA !  Sa saison régulière, ses playoffs…enfin surtout sa saison régulière.

Dès son année de rookie, Tom Van Arsdale montre de belles choses et il obtient la récompense d’intéger la All-Rookie Team accompagné de son jumeau Dick. Ils sont accompagnés par Rick Barry, Billy Cunningham et Fred Hetzel.

Tom se bat sur le terrain et n’a peur de rien. Son envie sur les parquets se traduit par trois participations au All-Star game (1970-71-72) sous les couleurs des Cincinnati Royals. Avec son profil de bon rebondeur, très fiable aux lancers-francs et énergique au scoring, il laisse de bons souvenirs dans les équipes dans lesquelles il joue.

929 matchs d’efforts et de concentration et pas un match de playoffs.

LE SISYPHE DE LA NBA

Sa première saison sous les couleurs des Detroit Pistons, son équipe termine cinquième et par conséquent n’accède pas aux playoffs. Oui, nous sommes en 1965, la ligue n’est alors composée que de neuf franchises dont Detroit qui joue… à l’ouest ! Autre époque.

La saison 1967/1968, Tom y croit, tout se passe bien les victoires s’enchaînent. Tom joue 16 minutes par match, et tourne à 6,6 points. Cinquante matchs et toujours la possibilité de jouer les playoffs. Enfin, jusqu’au 1er février 1968 où il est transféré à Cincinnati (Royals).

Peu importe, et tant mieux même ! Là-bas, il peut jouer 25 minutes par match et scorer plus de dix points par match. Fin de la saison régulière. Il y est ! Il en est sûr ! Pourtant devant lui se profile la porte de la déception.

Un match, à un match près son équipe ne parvient pas à atteindre les playoffs (bilan 39-43). Et pire que tout comme un sort qui s’acharne, la franchise qui lui barre la route est Détroit (bilan 40-42) son ancienne franchise avec qui il a joué plus de la moitié des matchs cette saison.

Les saisons se suivent et se ressemblent un peu trop pour Tom. Tous les ans, son équipe ne parvient à accéder aux playoffs. Il n’est jamais au bon moment et au bon endroit. La preuve ?

Lors de la saison 1972/1973, désormais sous la tunique des Sixers de Philadelphie, la franchise termine la saison avec un bilan de 9 victoires pour 73 défaites! Record (un de plus pour Tom) du pire bilan NBA All-time (les Bobcats 2011/2012 n’ont remporté que 7 matchs mais sur 66 matchs joués).

Les matchs s’enchaînent (929), les saisons aussi (11) mais toujours le même bilan: des vacances prolongées au goût amer.

C’est donc à lui que revient le record insolite du joueur ayant le plus de matchs de saison régulière sans avoir jamais atteint les playoffs. Il cumule assez logiquement celui d’être le joueur ayant marqué le plus de points en saison régulière (14232) sans avoir atteint les playoffs.

JAMAIS SANS MON FRÈRE

Les Van Arsdale (Tom et Dick) ne sont pas les seuls fratries au sein de la NBA, ni même les seuls jumeaux ayant portés un maillot NBA. Déjà partenaire à l‘université puis adversaires en NBA, ils font en revanche partie des rares frères-a fortiori jumeaux-à avoir joué dans la même franchise, à Phoenix plus exactement, au cours de la saison 1976/1977.

Et quand on compare les statistiques des deux frangins, on peut dire qu’il y a comme un air de famille…

NBA Stats Tom Van Arsdale Dick Van Arsdale
Saison jouées 11 11
Participations au All-Star 3 3
Field Goals Made 5,505 5,413
Total de Points 14,232 15,079
Total de Rebounds 3,942 3,807
Field Goal % 43.1 46.4
Free Throw % 76.2 79

… Enfin, à une exception près…Dick a joué 34 matchs de playoffs, de quoi mettre l’ambiance lors des repas de famille.

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About ThePenDontLie (10 Articles)
Mon premier article est sur Bryant Reeves, what else ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.