Breaking News

Oscar Furlong, première étoile argentine

Coupe du monde

Montage Une : Laurent Rullier pour Basket Rétro

L’histoire de l’Argentine au championnat du monde est marquée par deux grands moments : la médaille d’argent à Indianapolis en 2002 et la victoire à domicile en 1950. Si Ginobili, alors pas encore spur, est le fer de lance des Argentins en 2002, c’est Oscar Furlong qui emmène l’Argentine vers son premier titre mondial en devenant le premier MVP de l’histoire.

Descendant d’immigrés irlandais ayant fait fortune à la fin du XIXe siècle dans le secteur du transport entre le port de Buenos Aires et l’arrière-pays argentin, Oscar Furlong naît le 22 octobre 1927 à Buenos Aires au sein d’une famille de la classe moyenne supérieure du quartier de Villa del Parque.

Les premiers clubs sportifs voient le jour en Argentine à la fin du XIXe siècle par l’intermédiaire des communautés britanniques et les sports pratiqués sont ainsi fortement influencés par ceux-là à l’instar du rugby à XV. Peu après, les autres communautés d’immigrés européens fondent eux aussi des clubs sportifs centrés, quant à eux, autour de la pratique de la gymnastique et de l’escrime, cette dernière pratique étant notamment portée par les communautés françaises et italiennes.

Oscar Furlong au centre, entouré de John Stanich (USA) et d’Alvaro Salvadores (ESP).

C’est ainsi que le Club Gimnasia y Esgrima de Villa del Parque (GEVP) est fondé en juin 1922. On trouve alors parmi les fondateurs deux frères, Carlos et Luis Furlong, respectivement père et oncle d’Oscar Furlong. Une section basket-ball est ouverte dès 1926 mais c’est au tennis que le jeune Oscar s’exerce d’abord. Il multipliera les aller-retours entre les deux sports avant de rejoindre l’équipe première de Villa del Parque en 1944.
Véritable leader de l’équipe, Furlong surnommé « pillín » (le roublard en français) emmène son équipe sur le toit d’Argentine. Villa del Parque remporte en effet quatre titres de champion de Buenos Aires consécutifs entre 1945 et 1948. Le championnat d’Argentine n’existe pas encore et Buenos Aires rassemble alors la quasi totalité des clubs argentins.


PREMIER FAIT D’ARMES AUX JEUX OLYMPIQUES DE 1948

C’est donc tout naturellement qu’Oscar Furlong rejoint la sélection nationale dans le courant de l’année 1947. Son premier fait d’armes en équipe nationale a lieu lors des Jeux Olympiques de Londres en 1948. L’Argentine est dans le groupe C du tour préliminaire aux cotés des États-Unis. Furlong va alors montrer l’étendue de son talent lors de cette opposition. Auparavant, les Argentins ont disposé facilement des Égyptiens (57 à 38) bien emmenés par Furlong et ses 21 points puis de la Suisse (49 à 23). Le natif de Villa del Parque est alors en jambes. Les Argentins font mieux que résister et prennent même l’avantage à la pause (33 à 26). Cependant, les États-Unis l’emportent de deux petits points 59 à 57 malgré les 18 points d’Oscar Furlong qui termine meilleur marqueur de la rencontre.
L’Argentine termine cette phase de poules à la 3e place du groupe après une dernière défaite face aux Tchécoslovaques (45 à 41) et à la suite des matchs de classement à une bien modeste 15e place.
La performance d’Oscar Furlong lors des jeux de 1948 est très remarquée notamment par le staff de l’équipe des États-Unis et le natif de Buenos Aires reçoit plusieurs propositions d’équipes NBA notamment des Lakers de Minneapolis et des Bullets de Baltimore. Cependant, Furlong encore trop attaché à l’amateurisme décline ses propositions. C’est donc avec un tout nouveau statut que l’Argentine se présente à domicile pour la première édition du Championnat du monde.

LE TITRE MONDIAL A DOMICILE

Si la préparation des Argentins en 1948 fut assez artisanale et marquée du sceau du manque de l’après-guerre, celle de 1950 est teintée de nouvelles technologies. Jorge Canavesi, le sélectionneur argentin, engage une intense préparation s’inspirant de techniques venues d’Europe et surtout des États-Unis. Le décor est planté quand lors de la deuxième journée de compétition, les locaux s’adjugent la victoire face aux Français, médaillés d’argent des Jeux de 1948 (56-40). Dans une formule alambiquée où l’Argentine n’a besoin que d’une victoire pour atteindre la poule finale, l’Argentine dispose dans celle-ci du Brésil (40 à 35) grâce à la performance impériale de Furlong (15 points) puis du Chili assez facilement (62 à 41), une nouvelle fois de la France (66 à 41) et enfin de l’Égypte (68 à 33). Les Argentins survolent ainsi la compétition bien emmenés par le duo Oscar Furlong – Ricardo « Pancho » Gonzales et se présentent face aux États-Uniens. Les deux équipes étant toutes deux invaincues, le titre va se jouer lors de cette opposition.

Oscar Furlong (avec le numéro 8) lors du Championnat du monde de 1950.

Devant plus de 20 000 spectateurs, les Argentins sont devant à la pause 34 à 24. L’équipe corpo de Chevrolet Détroit qui représente alors Team USA recolle à 40-37. Finalement, la sélection argentine l’emporte 64 à 40 grâce aux 20 points de Furlong. La foule se précipite sur le terrain pour congratuler les joueurs. L’Argentine est sur le toit du monde et vient de remporter son premier titre mondial. Oscar Furlong est nommé dans l’équipe type avec son compatriote Pancho Gonzales et honoré du premier titre de MVP du Championnat du monde terminant à 11,1 points de moyenne.

NOUVELLES MÉDAILLES AUX JEUX PANAMÉRICAINS

Les États-Uniens prennent leur revanche en 1951 en finale des Jeux Panaméricains mais l’âge d’or de la sélection argentine perdure jusqu’en 1955 avec une nouvelle médaille d’argent lors des Jeux Panaméricains suivants. Entre-temps, les Argentins terminent 4e du tournoi des Jeux Olympiques d’Helsinki en 1952.
Furlong s’exile ensuite aux États-Unis en profitant d’une bourse d’études à l’université méthodiste du Sud à Dallas au Texas et fait les beaux jours des Mustangs de SMU en NCAA le temps de son cursus universitaire entre 1953 et 1956.

En 1955, le président argentin Juan Peron est renversé par un coup d’état et se met alors en place en Argentine une dictature militaire.
Le 8 janvier 1957, le nouveau régime décide de bannir de la pratique du basket-ball l’ensemble de l’équipe championne du monde en 1950, y compris Oscar Furlong, pour défaut d’amateurisme. L’équipe est alors accusée de professionnalisme pour avoir reçu des cadeaux de Juan Peron en récompense de leur titre mondial. Ainsi est mis un terme à la génération dorée du basket argentin des années 1950 qui aura remporté un titre mondial et deux médailles d’argent aux Jeux Panaméricains (1951 et 1955). La sélection argentine mettra des décennies à se relever.

Oscar Furlong, quant à lui, dispute son dernier match le 6 janvier 1957 lors d’une victoire de Villa del Parque où il marque 20 points. Il aura remporté en tout 6 titres de champion de Buenos Aires avec son club de toujours.
Il poursuit sa carrière dans son autre sport favori, le tennis, en emmenant son pays en demi-finale de Coupe Davis en 1977 comme capitaine.

International argentin à 50 reprises, Oscar Furlong est intronisé au FIBA Hall of Fame en 2007.
11 ans plus tard, le 11 juin 2018, la première grande étoile du basket argentin s’éteignait à l’âge de 90 ans.

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Julien Hector (37 Articles)
aime les vieux grimoires surtout quand ils parlent de basket et de l'ALM Evreux Basket !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.