Breaking News

[Portrait] From Fred to Dowtown

Portrait

Montage Une : Laurent Rullier pour Basket Rétro

Montage Une : Laurent Rullier pour Basket Rétro

Certains voient la vie en rose, d’autres choisissent celle en vert, c’est le cas de Fred Brown, indissociable des SuperSonics de Seattle.

Fred Brown est né le 7 août 1948 à Milwaukee dans le Wisconsin. Son parcours en high school se passe avec un certain succès avec deux titres au sein de l’Etat sous la bannière de la Lincoln High School. Fred Brown est un arrière shooteur, droitier et d’à peu près 1m90. Plutôt bon attaquant, il démontre aussi de bonnes qualités défensives. En 1967, il quitte le Wisconsin pour entrer au Southeastern Community College situé dans l’Iowa. C’est dans ce même Etat qu’il poursuit son parcours universitaire au sein des Iowa Hawkeyes. Pour sa dernière année, il tourne à 27,6 points par match de quoi attirer plus d’une franchise lors de la draft de 1971 à laquelle il se présente.

L’ÉPOPÉE VERTE

En toute logique, il est dans les tous premiers élus de cette draft, plus précisément sélectionné sixième par les Seattle SuperSonics. Il décide de porter le numéro 32. Son année de rookie commence le 12 octobre 1971 contre les Buffalo Braves mais il ne participe pas vraiment à la victoire ne scorant aucun point.

Trois jours plus tard, soit le 15 octobre de la même année, il inscrit ses premiers points face au rival voisin Portland. Toutefois sa première saison est assez discrète. La principale raison est un temps de jeu très limité car il doit partager ses minutes avec le vétéran Lenny Wilkens et l’expérimenté Dick Snyder.

Sa moyenne de points ne dépasse pas les 5 points par match (4,2) et son pourcentage d’adresse est également assez décevant (32,8%) sur un ensemble de seulement 32 matchs joués.

Pendant l’inter-saison, Lenny Wilkens est transféré à Cleveland, et par conséquent dès sa saison de sophomore il entre un peu plus dans la rotation des SuperSonics. Les résultats ne se font pas attendre puisque dès son deuxième match, face aux Sixers, il score 16 points. De manière plus générale, Fred Brown atteint un total de 13,5 points de moyenne par match. Il poursuit sa progression dans tous les compartiments du jeu et devient de plus en plus un sixième homme fidèle et efficace derrière son coéquipier Dick Snyder.

Ce dernier est transféré en 1975 pour rejoindre les rangs des Cavaliers.

La saison 1975-1975 est un nouveau cap pour Fred Brown qui score à plus de 20 points par matchs. Au-delà de ses qualités offensives en perpétuelles progrès, Brown démontre aussi qu’il sait défendre et surtout anticiper. Ainsi, il est le cinquième meilleur intercepteur de la ligue cette saison avec une moyenne de 2,3 interceptions par match.

Ses performances font de Fred Brown un joueur majeur de la ligue et il participe en 1976 au All-Star Game. Le match se joue le 3 février 1976, à Philadelphie. Ses coéquipiers de la conférence Ouest ne sont pas moins que Kareem Abdul-Jabbar ou Nate Archibald. Fred Brown joue 24 minutes, et score 14 points. Cela n’est pas suffisant car cette année c’est l’Est qui l’emporte sur le score de 123 à 109.

Lors de la saison 1977-1978, Lenny Wilkens, son ancien coéquipier revient à Seattle non pas en tant que joueur mais en tant que coach !

Fred Brown entame quant à lui sa septième saison à l’âge de 29ans, toujours sous le même maillot. Cette saison, lui et ses coéquipiers parviennent à accéder aux finales NBA face à Washington mais ils s’inclinent au septième match. Fred Brown termine les playoffs avec une moyenne de 17,3 points  de moyenne et une adresse de 44,9% (à l’époque la ligne à trois points n’existe pas encore).

A JAMAIS LES SEULS

La saison 1978-1979, Fred Brown est sur le banc notamment en raison des arrivées d’un backcourt plus jeunes composés de Gus Williams et Dennis Johnson. La saison régulière se passe très bien même si Fred Brown n’est jamais dans le cinq majeur de l’équipe. Mais il connaît bien ce rôle de sixième homme. Il tourne alors à 14 points, 3,4 passes par match et à quasiment 47% d’adresse. Il participe donc aux bons résultats de l’équipe qui termine à la première place de la conférence Ouest avec un bilan de 52 victoires pour 30 défaites, en fin de saison régulière.

En finale NBA, ils ont l’occasion d’affronter à nouveau les Bullets de Washington (qui deviendront les Wizards). Cette fois-ci, Fred Brown et les siens s’imposent en 5 matchs. Il joue 19 minutes lors de ce dernier match est score 14 points, il est un des artisans du titre avec des sorties de banc tranchantes et efficaces.

C’est fait, Fred Brown est champion NBA avec son équipe de toujours les Seattle de SuperSonics. A ce jour, c’est l’unique titre de la franchise, désormais éteinte malgré des rumeurs d’un retour. Quoiqu’il en soit, Fred Brown fait partie du club fermé des « à jamais les premiers » et peut-être celui des « à jamais les seuls ».

A JAMAIS LE PREMIER

La saison d’après, c’est une autre ligne de l’histoire de la NBA que va noircir Fred Brown. En parlant, de ligne c’est plus précisément celle à trois points qui voit le jour. En effet, c’est au cours de la saison 1979-1980 que la ligne à trois points débarque sur les parquets de la NBA. A la fin de cette saison, il termine avec un pourcentage d’adresse à trois points de 44,3% sur un total de 88 tentatives. Ce chiffre le fait entrer dans l’histoire car il est le joueur le plus adroit dans cet exercice lors de l’intronisation de la ligne à trois points. Hormis, cette distinction honorifique, il inscrit également définitivement son surnom dans la NBA: Dowtown Freddie, pour sa particularité à shooter de loin.

Cette distinction à 30 ans est le fruit d’une fiabilité au shoot qu’il a sans cesse travailler, et le dernier point d’orgue de sa carrière. Le reste de sa carrière se caractérise par deux éléments. Le premier est de rester un homme de banc toujours prêt à aider ses camarades. La seconde est une fidélité à sa première et unique franchise, Seattle.

En effet, Fred Brown joue l’ensemble de ses 1046 matchs (playoffs compris) sous le maillot des Seattle SuperSonics pendant 13 saisons.

En 1986, la franchise lui rend l’hommage logique et mérité de retirer son maillot. Désormais, le numéro 32 de la franchise est associé à jamais à Downtown Freddie.

Une fois sa carrière de basketteur terminée, Fred Brown quitte totalement le milieu du basket pour travailler dans le secteur bancaire. Il a toujours assumé aimer l’argent et comme à l’époque les salaires des joueurs étaient bien loin des montants actuels, il n’avait pas d’autres choix.

Since the N.B.A. wasn’t paying much at that time and I love money, I decided to go where the money was at — in banking.’ – Fred Brown.

Aujourd’hui, c’est un retraité heureux et orné d’une bague de champion mais qu’il ne porte plus. Et pour cause, sa femme l’a vendue aux enchères, il y a quelques années pour à peu près 44 000 dollars. L’anecdote est assez amusante car il n’était pas du tout au courant de la vente de sa bague. C’est sa femme qui a retrouvé sa bague dans ses affaires, et comme il ne la mettait jamais, elle a décidé de la vendre. Toutefois, le profit de la vente était destiné à une vente caritative.

Peu importe, Fred Brown est à jamais un Sonics et plus encore un champion. Et si l’on tend l’oreille, on doit encore entendre le public scandé « From Dowtown ! » dans le quartier de l’ancien Seattle Center Coliseum (aujourd’hui Key Arena qui continue d’accueillir l’équipe WNBA).

SON PALMARÈS & STATISTIQUES

  • Champion NBA en 1979 avec les SuperSonics de Seattle
  • 1 fois NBA All-Star en 1976
  • Joueur le plus adroit à 3 points lors de la saison 1979-1980
  • Statistiques en carrière : 14,6 points, 2,7 rebonds et 3,3 passes. 1046 matchs joués dont 963 en saison régulière, entre 1971 et 1984.

Brian Winters face à Fred Brown lors d’un HORSE  – CBS 1978.

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About ThePenDontLie (7 Articles)
Mon premier article est sur Bryant Reeves, what else ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.