Breaking News

[Euroleague] Allison Feaster-Strong, sur le toit de l’Europe avec l’USVO (2003-2004)

Euroleague

USVO (c) Getty

Elle a fait partie des joueuses qui ont marqué l’histoire de l’US Valenciennes Olympic (USVO) Allison Feaster-Strong, l’ailière franco-américaine a remporté l’Euroligue avec l’équipe nordiste en 2004. Arrivée en 2001 dans le Nord, elle a été une des joueuses cadres qui a permis à son équipe de triompher sur le toit de l’Europe. Détails.

Âgée de 43 ans depuis le 11 février dernier, natif de Chester, après 4 ans au lycée de South Carolina de 1990 à 1994, Allison Feaster-Strong rejoint la prestigieuse fac d’Harvard de 1994 à 1998 pour parfaire son basket. Diplômée d’économie à la sortie de l’université, l’ailière d’1m80 séduit la franchise des Los Angeles Sparks qui la drafte en cinquième position en 1998. Le championnat nord-américain se disputant qu’en été, le reste de la saison, comme d’autres joueuses, Feaster évolue en Europe.

Après une saison dans le championnat portugais à Anadia Sanitana (1998-1999), le mari de Danny Strong découvre la Ligue Féminine de Basketball en signant à l’ASPTT Aix-en-Provence en 1999. Elle jouera dans le Sud jusqu’en 2001. A partir de cette année-là, elle remonte vers le Nord de la France pour rejoindre Valenciennes et l’USVO à 25 ans. Elle partira en 2005. Lors de la troisième année en 2003-2004, la franco-américaine est aux anges puisqu’elle réalise le doublé avec le club nordiste : championne de France et vainqueur de l’Euroligue.

22 POINTS EN FINALE DE L’EUROLIGUE 2004

Dans cette prestigieuse compétition, avec Ann Wauters et Audrey Sauret, elle a été l’une des trois joueuses majeures du club à avoir tiré vers le haut son équipe, entraînée par Laurent Buffard, pour aller chercher ce titre européen. Au Final Four, les joueuses nordistes ont battu en demi-finale Pecs aisément 75-53. Le 18 avril 2004, à Pecs en Hongrie, Valenciennes remporte largement la finale de l’Euroligue grâce à son succès 93-69 face aux Polonaises de Gdynia de Malgo Dydek. C’est la deuxième Euroligue gagnée par l’USVO après celle en 2002.

Feaster-Strong avait fini co-meilleur de la rencontre et de Valenciennes avec Ann Wauters (22 points chacune). Affaibli par une grippe en demi-finale (seulement 4 points en 31 minutes de jeu), la franco-américaine avait retrouvé des bonnes sensations en finale, shootant à 7/12 aux tirs dont 4/6 à 3-points et 4/4 aux lancers-francs, le tout en 34 minutes. Avec déjà 16 points à 4/4 à 3-points en 20 minutes, elle ajoute 2 rebonds et 4 passes dans cette finale.

L’intérieur belge (7/13 aux shoots dont 2/2 à 3-points) a complété ses stats avec 8 rebonds et 5 interceptions. Quant à Audrey Sauret, elle a réalisé un match remarquable avec un magnifique double-double : 16 points, 10 passes, 2 rebonds et 4 interceptions.

USVO avait mal entamé la finale en encaissant un 6-0 d’entrée. Sereines, elles ont pris 7 points d’avance après la fin du premier quart-temps : 25-18. Après cinq minutes de jeu dans le deuxième quart-temps, elles ont pris 12 points d’avance (35-23). L’écart s’est creusé jusqu’à la mi-temps : 51-32. Une première mi-temps lancé de la plus belle des manières. Les joueuses de Laurent Buffard ont réussi à maintenir l’écart à la fin des 40 minutes de jeu. L’euphorie et la fête a donc pris une bonne place après tant de temps passés aux entraînements et sur les parquets.

DANS LE 5 MAJEUR TYPE DE L’EUROLIGUE 2004

En 19 matchs d’Euroligue, Feaster-Strong termine troisième meilleure marqueuse de l’USVO (13,4 à 43,6 % aux tirs, 38,8 % à 3-points et 77,1 aux lancers-francs) derrière Wauters (16,5) et Sauret (14,3). A l’issue de cette victoire finale en Euroligue, Feaster, Wauters et Sauret sont élues dans le cinq majeur type de cette compétition en compagnie de Dalma Ivanyi et Natalia Vodopyanova. Les autres joueuses championnes d’Europe cette année-là sont Suzy Batkovic, Edwige-Lawson Wade, Sandra Le Dréan, Yerushia Brown, Fatou Dieng, et Elodie Bertal.

Allison Feaster-Strong avec Audrey Sauret et Ann Wauters, dans le 5 majeur de l'Euroligue 2004 (c) AFP

En quart de finale, Feaster-Strong a été impériale face à Sopron, victoire 2 manches à 1 :

  • 19 points (6/15 aux tirs et 8/8 aux lancers-francs), 7 rebonds, 3 passes et 3 interceptions au Game 1, victoire 80-68
  • 22 points (8/14 aux tirs et 4/4 aux lancers-francs), 4 rebonds, 2 passes et 3 interceptions au Game 3, victoire 62-59

En phases de poules (2 groupes de 8. Les 4 premières de chaque se qualifient pour les quarts de finale. 9 victoires en 14 matchs pour l’USVO dans cette phase et la première place du Groupe B), Feaster-Strong a conclu des matchs avec d’excellentes stats :

  • 16 points (6/13 aux tirs et 2/4 aux lancers-francs), 2 passes face au CSKA Moscou , défaite 82-70
  • 14 points (6/15 aux tirs et 8/8 aux lancers-francs), 6 rebonds et 4 passes face à Gdynia, victoire 94-85
  • 17 points (5/14 aux tirs et 5/6 aux lancers-francs), 3 rebonds et 4 passes face à Pecs, défaite 80-72
  • 17 points (5/9 aux tirs et 4/5 aux lancers-francs), 2 rebonds face à Ros Casares, victoire 70-63
  • 14 points (5/9 aux tirs et 2/2 aux lancers-francs), 5 rebonds face à Brno, défaite 59-57
  • 23 points (9/16 aux tirs dont 5/9 à 3-points), et 2 passes face à Gdynia, défaite 74-69
  • 16 points (5/12 aux tirs et 3/4 aux lancers-francs), 3 rebonds et 3 passes face à Parme, victoire 94-85
  • 17 points (7/12 aux tirs dont 2/4 aux lancers-francs), 7 rebonds et 4 passes face à Pecs, victoire 94-85

Feaster-Strong quitte l’USVO en 2005 avec 5 titres de championne de France, 4 Coupes de France, 4 Tournoi de la Fédéraion et 2 titres d’Euroligue. Super palmarès avec Valenciennes. Elle a poursuivi sa carrière en Espagne (Valence : 2006-2007 ; Leon : 2007-2008 ; Saragosse : 2009-2011 ; Girone : 2011-2012). Entre-temps, elle est passée par l’Italie à Schio : 2008-2009. L’été en WNBA, elle jouera pour trois franchises : Los Angeles Sparks (98-2000), les Charlotte Sting (2001-2006) et les Indiana Fever (2008).

LE TITRE D’EUROLIGUE 2004 DE VALENCIENNES

Article écrit par Richard Sengmany

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Patrick Parizot (736 Articles)
Fondateur et rédacteur en chef de Basket Retro. Grand passionné de la balle orange et surtout adepte du basket en tout genre. Apprécie particulièrement le basket vintage et notamment celui des années 70.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.