Breaking News

NBA Draft History : 1986, une draft maudite

NBA Draft

17 juin 1986. Après une saison NBA marquée par la domination des Boston Celtics de Larry Bird, la traditionnelle draft NBA se tient au Felt Forum de New York. De nombreux experts qualifient ce cru comme exceptionnel, proche de celui de 1984 qui a vu sortir Michaël Jordan, Hakeem Olajuwon, Charles Barkley ou encore John Stockton. A la fois pourvue de stars (Brad Daugherty, Len Bias, …) et profonde, les franchises NBA espèrent bien dénicher une pépite lors de cette avant dernière-draft avant l’élargissement de la ligue à 25, puis 27 franchises .

Au final, même si, avec 66 joueurs ayant foulés un parquet NBA, cette draft a atteint des records, les destins tragiques de plusieurs joueurs marqueront les esprits, à commencer par celui de Len Bias.

Retour sur les choix « maudits » de cette draft 1986

1. BRAD DAUGHERTY – CLEVELAND CAVALIERS

Avec le premier choix récupéré à Philadelphie via les Clippers, les Cavaliers de Cleveland entendent bien relancer la franchise après des années de disette sous les ordres du farfelu propriétaire Ted Stiepen. Véritable star NCAA, le joyau de North Carolina, Brad Daugherty, 21 ans est logiquement sélectionné avec le premier choix.

Sa carrière démarrera sur les chapeaux de roues : tournant à plus de 16 points et 8 rebonds lors de ses trois premières saisons, il est même sélectionné pour participer aux All-Star Games 1988 et 1989. Des premiers soucis aux dos l’empêchent de jouer 41 rencontres lors de la saison 1989-90. De retour en 1990-91, il réalise deux grosses années consécutives à plus de 20 points et 10 rebonds, décrochant de nouveau trois sélections consécutives au All-Star Game. Mais ses problèmes récurrents le rattrapent et, il est contraint de nouveau à écourter sa saison 1993-94. Il ne remettra plus jamais les pieds sur un parquet NBA, prenant sa retraite à 28 ans. Un réel gâchis pour un joueur qui finira sa carrière à 18,7 points et 9,4 rebonds de carrière, en seulement 8 saisons.

2. LEN BIAS – BOSTON CELTICS

Peut-être l’un des plus grands drames du sport américain de ces 30 dernières années. Les Boston Celtics, champions en titre ont la chance de sélectionner en 2nd position grâce à un échange datant de 1984 qui a vu Gerald Henderson partir à Seattle contre le premier tour de draft 1986 des Sonics. Encore plus que Daugherty, Bias est annoncé comme le phénomène de cette draft, un aillier-fort rapide, mobile et puissant. On le compare déjà aux plus grands, le scout des Celtics déclarera même :

« C’est peut-être ce qu’il y a de plus proche de Michaël Jordan à sortir depuis très longtemps. Je ne dis pas qu’il est aussi bon que Michaël Jordan, mais c’est le genre de joueur explosif et excitant que Jordan était lors de sa seconde saison avec les Bulls ».

len-bias-t1_crop_650x440

Les Celtics se frottent les mains, l’arrivée de Bias arrive au meilleur moment : il va pouvoir permettre à Larry Bird et Kevin McHale de se reposer et assurera la continuité entre la génération actuelle et l’avenir de la franchise.

Mais le destin en décidera autrement : le lendemain de la draft, après une soirée avec ses anciens coéquipiers d’université, il succombe d’une overdose de cocaïne à l’âge de 22 ans. Les Celtics s’en remettront difficilement, n’atteignant jamais le haut du panier dans les années 90.

3. CHRIS WASHBURN – GOLDEN STATE WARRIORS

Avec seulement 72 matchs joués en tout et pour tout lors de sa carrière NBA, le pivot Chris Washburn reste l’un des plus gros flops de l’histoire. Une nouvelle fois, malgré un excellent potentiel, les excès de cocaïne auront raison de sa santé et de sa carrière. Il sera banni de la ligue en Juin 1989 après des contrôles positifs. Basket Retro vous a récemment proposé un mini-portrait du joueur.

Repenti de la drogue, il est aujourd’hui propriétaire de son propre restaurant.

5. KENNY WALKER – NEW YORK KNICKS

Surtout connu pour sa victoire lors du concours de Dunk 1989, Kenny « Sky » Walker était un allier longiligne connu pour sa vitesse et sa détente. Certaines rumeurs disaient même qu’il aurait battu un cheval lors d’une course !

Pourtant, il ne jouera que 7 saisons pour 448 rencontres, avec 7pts et 4 rebs en moyenne, devant au final écourter sa carrière à cause de problèmes récurrents au genou.

6. WILLIAM BEDFORD – PHOENIX SUNS

Une nouvelle fois, une carrière gâchée par la drogue. Pivot de université de Memphis, William Bedford n’a jamais pu confirmer tout le bien que l’on pensait de lui. Drafté par les Phoenix Suns, il est au cœur du scandale autour de trafic de cocaïne qui touchera de nombreux joueurs des Suns au cours de la saison 1986-87. Finalement échangé aux Pistons, il est suspendu toute la saison 1988-89 pour usage de drogue. Il remportera tout le même un titre de champion la saison suivante avec Detroit, mais dans un rôle plus que mineur (42 matchs joués, à 2,8pts de moyenne).

Sa carrière NBA se terminera au Spurs en 1993 après 6 saisons et 238 rencontres.

kenny-walker-goggles7. ROY TARPLEY – DALLAS MAVERICKS

Drafté par les Dallas Mavericks, Roy Tarpley est un explosif pivot issu de l’Université du Michigan. Puissant et mobile, son impact est immédiat dans l’effectif texan. Après deux premières saisons couronnées par un titre de meilleur 6ième homme 1988 (13,5 points et 11,8 rebonds), il est une première fois suspendu seulement 19 matchs après le début de la saison 1988-89 suite à une arrestation pour conduite en état d’ébriété. Il tentera plusieurs retours mais rechutera à chaque fois et sera définitivement suspendu de la NBA en 1995 après un passage en Europe. Malgré 156 matchs lors de ses 2 premières saisons, il n’en jouera que 124 par la suite.

24. ARVYDAS SABONIS – PORTLAND TRAIL BLAZERS

Pouvons-nous vraiment intégrer le géant lituanien dans cette catégorie tant sa carrière fût immense ? Et pourtant ses blessures chroniques aux genoux et au dos associées aux tensions de l’époque entre la Russie et les Etats-Unis ont retardé l’entrée d’Arvydas en NBA, Il intégrera les Trail Blazers à 31 ans, 10 après avoir été drafté. Auteur d’une carrière exceptionnelle, on aurait aimé toutefois le voir plus rapidement se frotter aux pivots dominateurs des années 90’s. Nul doute que sa place dans l’histoire de la NBA aurait été différente

33. KEVIN DUCKWORTH – SAN ANTONIO SPURS

Auteur d’une belle carrière NBA, double All-Star et membre de la formidable équipe de Portland qui jouera deux finales NBA en 1990 et 1992, Kevin Duckworth est malheureusement parti trop tôt, mort à l’âge de 44 ans d’une crise cardiaque.

60. DRAZEN ¨PETROVIC – PORTLAND TRAIL BLAZERS

Que dire du mozart du basket, si ce n’est qu’il laissera à jamais un goût d’inachevé aux amateurs de la balle orange. Extrêmement talentueux, il décéde au sommet de son art dans accident de voiture. Il avait 29 ans et sortait d’une saison à 22 pts de moyenne avec les New Jersey Nets.

Parmi les autres tragédies qui marqueront cette draft, Don Redden décédé d’une crise cardiaque en 1994, ou Baskerville Holmes qui se suicida après avoir tué sa petite ami en 1997peuvent être cités.

Fort heureusement, quelques pépites sont sortis du lot comme Dennis Rodman, John Salley, Jeff Hornacek ou encore Ron Harper mais le bilan restera maigre au vue du potentiel de cette cuvée…

LE PREMIER TOUR DE LA DRAFT 86

draft86

L’HISTOIRE TRAGIQUE DE LEN BIAS DRAFTE EN 1986

Crédits photos : NBAE/SI

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Jay Swan (49 Articles)
Twitter : @junkyardswan

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.