Breaking News

[NCAA] Glenn Robinson, le « Big Dog » vénéré de Purdue

NCAA

Glenn Robinson - Purdue (c) Bleacherreport.com

Basket Retro vous livre notamment les faits marquants de l’histoire de la NCAA. Aujourd’hui, on s’attarde sur les deux saisons fantastiques réalisées par Glenn Robinson à Purdue de 1992 à 1994. Le Big Dog a laissé une trace ineffaçable dans cette fac de West Lafayette.

Il a passé 4 années au lycée de Roosevelt à Gary dans l’Indiana de 1987 à 1991. Avec son équipe de High School, les Panthers, il a mené son équipe à un bilan remarquable de 73 victoires et 7 défaites sur ses 4 ans. Pour sa saison senior, il a été nommé « Indiana Mr.Basketball ». Ce « il «, c’est Glenn Robinson, 43 ans depuis le 10 janvier dernier, qui a explosé les chiffres en tant que senior au lycée : 25,6 points, 14,6 rebonds 3,8 contres par match. Il enregistre un record historique avec son lycée avec 1710 points inscrits.

DEBUTS EN FAC RETARDES

En 1991, il est recruté à 18 ans par la fac de Purdue coachée par Gene Keady. Alors qu’on le pensait voir à l’œuvre par rapport à tout ce qu’il a démontré au lycée, Glenn Robinson n’est pas autorisé à jouer ses premiers matchs universitaires en tant que freshman avec les Boilermakers (= les chaudronniers, surnom des joueurs de Purdue). Le motif ? D’après la Proposition 48 définie par la NCAA, ses résultats scolaires au lycée minimum à valider sont insuffisants pour qu’il prenne part à la saison universitaire 91-92. Conséquence, le natif de Gary travaillera en tant que soudeur au lieu de jouer au basket. On est alors loin des strass et des paillettes et de l’ambiance NCAA pour le jeune Glenn.

Glenn Robinson - Purdue (c) Bleacherreport.com

Glenn Robinson – Purdue (c) Bleacherreport.com

Un an plus tard, Robinson peut enfin enfiler son maillot de Purdue pour ses premiers pas en NCAA considéré alors comme un sophomore lors de la saison 1992-1993. Le moindre que l’on puisse dire, c’est que l’ailier-fort n’a pas déçu sa fac. En 28 apparitions sur les parquets universitaires, Robinson frôle le double-double de moyenne de feu : 24,1 points (47,4 % aux tirs, 40 % à 3-points, 74,1 % aux lancers-francs), 9,2 rebonds, 1,8 passe, 2 interceptions et 1,2 contre. Au terme de sa première saison universitaire, Robinson est de loin le meilleur scoreur de Purdue devant Cuonzo Martin (11,9 points). Sur les 28 matchs disputés, il en conclut 13 avec un double-double et 27 avec au moins 10 points marqués.

42 POINTS FACE A MICHAEL FINLEY EN 93

Parmi ses matchs, un attire particulièrement l’attention du public et des médias. Le 13 février 1993, Robinson a marqué les esprits avec 42 points inscrits face aux Badgers du Wisconsin de Michael Finley, auteur lui de 33 points. Victoire 90-87 après deux prolongations. Dans le second overtime, il a contré un tir adverse qui aurait pu permettre à Wisconsin d’égaliser si celui-ci était rentré dans le cercle. L’ailier de 2m01 rentrera deux lancers précieux pour sécuriser le succès des siens. Qualifié pour le tournoi NCAA en 1993, Purdue affrontait Rhode Island à East Rutherford au premier tour dans la zone East. Malgré un énorme match délivré par Robinson (36 points à 12/20 aux tirs et 7/10 aux lancers-francs), les Boilermakers s’inclinaient 74-68 le 18 mars 1993. Le Big Dog achève ainsi sa première saison universitaire.

La saison suivante, Purdue entame celle-ci sur les chapeaux de roue avec une série de 14 victoires d’affilée dont 12 face à des équipes qui ne font pas partie de leur conférence, la Big 12. C’est le meilleur départ de cette université dans son histoire. Cette série s’est arrêtée le 15 janvier 1994, lors d’une défaite face au Wisconsin, 75-69.

Lors de la première confrontation de cette saison face à une équipe de la Big 12, NorthWestern, Robinson est le héros du match en inscrivant deux points précieux pour Purdue grâce à un tir de 3 mètres réussi avec 8 secondes à jouer avant la fin du match. A ce moment-là, il marque ses 33 ème  et 34ème  points de cette partie jouée le 5 janvier 1994. Le « Big Dog » terminera avec un double-double avec 14 rebonds et ses 2 contres. Victoire 68-67 de Purdue. « Nous n’avons pas pris nos adversaires à la légère », déclara Robinson après cette victoire, la 12eme de suite lors de cette série de 14 victoires. A la fin de la saison régulière, les hommes de Gene Keady affichaient un beau bilan de 26 victoires et 5 défaites.

Glenn Robinson avec Purdue en 1994 face à Duke (c) Doug Pensinger - Allsport

Glenn Robinson avec Purdue en 1994 face à Duke (c) Doug Pensinger – Allsport

49 POINTS FACE A ILLINOIS EN 94

La 26ème victoire obtenue par les Boilermakers est d‘ailleurs saississante. Purdue l’a remporté en battant Illinois 87-77 le 12 mars 1994 avec la moitié des points inscrits par Glenn Robinson, auteur de 49 points (18/26 aux tirs dont 5 paniers à 3-points et 8/10 aux lancers-francs). Sur deux séquences du match, il plante 10 et 13 points de suite. Les Boilermakers remportaient ainsi le titre de la Big 12, une première depuis 1988. Le record de points précédent du Big Dog datait alors d’il y a un an et un mois : ses 42 points le 13 février 1993 contre le Wisconsin, évoqués précédemment.

Ses 49 points sont le deuxième meilleur total de points marqués par un joueur de Purdue, le premier étant de 61 points (Rick Mount en 1970 face à Iowa). Après ce match face à Illinois, Robinson déclarait « C’était un super match. C’était le bon moment pour être In The Zone, dans ce dernier match, à domicile, et le titre de champion Big 12 ». Robinson relativisait sa grosse perf en attaque : « Peu importe si je marque 2 points du moment que nous gagnions.  Si j’avais marqué 50 points,  et que nous perdions, ca n’aurait pas été bon ». (source : The Register Guard, journal de l’Oregon daté du 14 mars 1994)

Gene Keady était admiratif du travail fourni par son ailier titulaire : « Glenn a été incroyable aujourd’hui, j’ignorais qu’il pouvait marquer autant de points. Je n’avais pas idée qu’il en avait 49. Il continue à travailler et ses coéquipiers continuent à l’aider. C’est époustouflant ce qu’il a réalisé cette année ». En face, Lou Henson, coach de Illinois, félicitait ce joueur qu’était Glenn Robinson : « Nous n’avons jamais eu dans la Big 12 un joueur d’impact comme Glenn. Il est génial ». (source : « Most Memorable Moments in Purdue Basketball History »)

44 POINTS CONTRE KANSAS (DEMI-FINALE REGIONALE 94)

Purdue se concentrait désormais sur la phase finale du tournoi NCAA. Dans la zone Southwest, les Boilermakers affrontent Central Florida au premier tour. Succès aisé 98-67 le 17 mars 1994 avec 31 points de Robinson (10/20 aux tirs et 6/8 aux lancers-francs) et 20 points de Cuonzo Martin. Au tour suivant, Purdue était opposé à Alabama (Antonio Mcdyess, Jason Caffey) le 19 mars 1994. Robinson réalisa un match monstrueux en attaque avec 33 points (12/22 aux tirs et 7/9 aux lancers-francs). Victoire 83-73. Purdue va en demi-finale régionale affronter le Kansas de Greg Ostertag, Scott Pollard et Jacque Vaughn.

Dans ce match couperet, les deux équipes bataillent bien sur le parquet. Mais les Boilermakers sont chauffés à bloc (normal pour des chaudronniers me diriez-vous), et auront le dernier mot face au Jayhawks. Ils s’imposent 83-78. Glenn Robinson n’inscrit pas 30 points et plus cette fois-ci sur ce tournoi NCAA mais 44 points (15/33 aux tirs dont 6/10 à 3-points) avec 7 rebonds. (voir vidéo en fin d’article) « Nous ne sommes pas une équipe qui compte sur un homme. Quand vous venez sur moi, vous laissez Cuonzo Martin marquer 8 paniers à 3-points », confiait Robinson après match. En effet, son coéquipier brilla avec ses tirs derrière l’arc dont 5 réussis en deuxième mi-temps. Purdue accéda au Elite Eight pour la première fois depuis 1979-1980. « Tout le monde s’attendait à ce que Glenn marque des points. Mais Cuonzo leur a donnée une poussée avec 29 points », soulignait Richard Scott, ailier de Kansas.

DÉFAITE EN FINALE RÉGIONALE FACE A DUKE EN 94

Glenn Robinson avec Purdue en 1994 face à Grant Hill de Duke (c) pinterest.com

Glenn Robinson avec Purdue en 1994 face à Grant Hill de Duke (c) pinterest.com

En finale régionale Southwest, Purdue défiait les Blue Devils de Duke de coach K et Grant Hill le 26 mars 1994. Une fois n’est pas coutume, Glenn Robinson passa au travers de son match avec 13 points à 6/22 aux tirs, bien muselé doit-on le souligner par Grant Hill. C’est le total de points le plus faible de la saison pour le Big Dog. Cuonzo Martin, son coéquipier, est redescendu d’un cran également en marquant que 12 points. Au final, Duke s’est imposé 69-60 et envolé pour le Final Four 1994 (ndlr : défaite en finale face aux Arkansas Razorbacks de Corliss Williamson).

« Tout le monde a fait un mauvais match.  Je n’ai pas choisi le bon moment pour en faire un. Or, je n’ai pas du tout honte. Au début de la saison, j’ai ouvert Sports Illustrated et Street and Smith’s. Ces deux magazines nous ont dit qu’on était la 30 ème meilleure équipe du pays, 35 ème ou 29 ème. Le Chicago Tribune avant le début de la conférence avait annoncé ‘Purdue n’est pas une bonne équipe. C’est l’équipe d’un seul homme. Crois-moi. Purdue ne sera pas dans le Top 10’ » , racontait Robinson  (source : articles.latimes.com)

« Nous avons fait une sacrée saison. J’ai senti qu’on aurait pu tout gagner. Peut-être qu’il y avait de meilleures équipes que nous. Mais nous sommes allés assez loin. Plusieurs personnes nous avaient dit qu’on ne battrait pas Kansas », expliquait Robinson (source : « Most Memorable Moments in Purdue Basketball History). Finalement, Purdue en atteignant la finale régionale, a figuré parmi le Top 8 des meilleures équipes NCAA (= les deux finalistes des 4 régions du tournoi NCAA). Malgré son match raté, Robinson signe 30,3 points de moyenne sur tout le tournoi NCAA 1994 (en 4 rencontres).

UN BOILERMAKER HISTORIQUE

Après cette défaite contre Duke, Purdue achevait sa saison 1993-1994 avec un bilan de 29 succès et 5 revers. Les stats de deuxième saison du Big Dog sont extraordinaires avec Purdue : 30,3 points (48,3 % aux tirs, 38 % à 3-points, et 79,6 % aux lancers-francs), 10,1 rebonds, 1,9 passe, 1,6 interception en 34 matchs. Ses stats globales sur ces de belles saisons sont de 27,5 points (47,9 % aux tirs, 38,5 % à 3-points, 77,3 % aux lancers-francs), 9,7 rebonds, 1,9 passe, 1,8 interception et 1 contre. Elu joueur de l’année de la Big 12 en 93-94, Robinson devient le meilleur marqueur sur une seule saison de cette conférence avec 1030 points.

Il est le 15ème joueur de l’histoire de la NCAA à scorer 1000 points et plus en une seule saison. Robinson est le huitième meilleur marqueur de l’histoire de Purdue. Il est le seul joueur à compiler au moins 1000 points, 500 rebonds, 100 interceptions, 100 passes et 50 contres en une unique saison. Il reçoit le trophée du meilleur joueur universitaire «  le John R.Wooden Award » en 1994, devenant le premier de Purdue à le recevoir depuis John R.Wooden lui-même en 1932. Autre point commun entre Robinson et Wooden, ils portaient tous les deux le numéro 13 chez les Boilermakers. Il reçoit le United States Basketball Writers Association ( USBWA, = Oscar Robertson trophy)

Glenn Robinson et ses trophées collectifs et individuels avec Purdue en 1994 (c) Nytimes.com

Glenn Robinson et ses trophées collectifs et individuels avec Purdue en 1994 (c) Nytimes.com

A la suite de ses deux saisons universitaires, Glenn Robinson est choisi en première position de la draft 1994 par les Milwaukee Bucks. Organisé à Indianapolis le 29 juin 1994, cette draft est d’une bonne cuvée d’ailleurs : Jason Kidd (deuxième, Dallas), Grant Hill, (troisième, Detroit), Juwan Howard (cinquième, Washington), Eddie Jones, (sixième, LA Lakers), Jalen Rose, (treizième, Denver). Le Big Dog sera champion NBA en 2005 avec les Spurs. En portant le maillot des Boilermakers, personne pourra dire que Glenn Robinson s’est « Purdue » dans cette université en jouant au basket.

Les 44 points de Glenn Robinson face à Kansas

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Richard Sengmany (402 Articles)
Découvrant le basket dans les années 90 grâce à la diffusion des matchs NBA sur Canal+, je rédige depuis plus de dix ans des articles sur la balle orange, sur d'autres disciplines sportives et la culture.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.